Forum des auditeurs : « Coupable d’avoir aimé une nuit et de n’avoir pas pris nos précautions »

, par Sandra

JPEG - 3.1 Mo
Forum des auditeurs : « Coupable d’avoir aimé une nuit et de n’avoir pas pris nos précautions »

Message de Mostafa :

Bonjour à toutes et à tous. Merci aux associations qui nous permettent de s’exprimer. Coupable d’avoir aimé un jour une nuit et de n’avoir pas pris nos précautions. Nous sommes tous innocents. Avoir le VIH ce n’est pas une malédiction, juste une maladie pernicieuse, je prends ça pour une mise en garde.

Je suis célibataire sans enfant, j’ai 48 ans je cherche moi aussi une compagne avec qui je pourrais avoir une relation sérieuse. Je ne veux pas finir ma vie seul, sans femme. Je suis réaliste et je pense que ma pathologie, ne me laisse guère de choix que trouver une compagne qui est comme moi, c’est-à-dire séropositive avec qui je n’aurais pas à cacher ce mal qui est en nous.

Je suis en bonne santé, mais je sais que si j’arrive à trouver une gentille femme avec qui je pourrais envisager notre avenir, je pense que je pourrais combler ma future compagne. Et à deux en formant un couple pour le pire et le meilleur, je crois que c’est une bonne chose pour nous. La lutte n’est pas encore gagnée et faire face, aux choses de tous les jours sont des fois le parcours du combattant (façon de parler).

Je suis un garçon de nature très calme, gentil affectueux. Je ne cherche qu’une chose, l’amour avec un grand A. Je vous souhaite à tous une bonne continuation.
Pour ma part je suis ouvert à tous, je ne fais pas de fausse promesse, pas de mensonge pourquoi ? La seule chose que j’ai à cacher est ma séropositivité.

Chaleureusement Mostafa.

Sandra : Si vous souhaitez contacter Mostafa, vous pouvez laisser un message sur le site comitedesfamilles.net ou bien nous appeler au 01 40 40 90 25. Et là, je voudrai interpeler José et Yann sur certains des propos de Mostafa. D’abord qui dit « nous sommes tous innocents. Avoir le VIH n’est pas une malédiction » mais juste avant il dit « coupable d’avoir aimé un jour une nuit et de n’avoir pas pris nos précautions ». Que pensez-vous ? J’ai l’impression, c’est mon ressenti, qui se sent à la fois coupable mais en même temps il dit non, ce n’est pas de ma faute. Comment vous comprenez ses propos ?

José : C’est un peu compliqué. Coupabe et pas innocent en même temps. Peut-être que si on n’est pas au courant, et qu’on n’a pas pris ses précautions, on peut être innocent mais si on est au courant et qu’on n’a pris ses précautions on peut être coupable.

Sandra : Tu es d’accord Yann ?

Yann : Je ne sais pas. Ça me fait du bien d’entendre ça. C’est-à-dire qu’il y a le rappel de l’anti-culpabilité quand il dit « on est innocent » même si on a porté souvent cette maladie comme une honte. Et deuxièmement, il a l’honnêteté aussi de dire, j’avoue que je n’ai pas été perspicace cette fois-ci quand j’ai fait l’amour et je ne me suis pas protégé. Je crois qu’il a bien analysé et que ça lui permet peut-être de voir plus loin.

Sandra : Deuxième chose, Mostafa et aussi l’autre personne, Schama, qui cherche absolument une femme séropositive. Mostafa qui dit, il pense que ce n’est pas possible qu’il puisse être avec une femme séronégative. Est-ce que vous partagez son opinion ?

José : Pas tout à fait parce que moi je connais des gens qui sont séropositifs et puis d’autres séronégatifs, qui vivent très bien ensemble.

Yann : L’amour dépasse le VIH, heureusement. On a le cas au Comité des familles d’un nombre important de couples sérodifférents.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE