Emission de radio du mardi 26 août 2014 (rediffusion)

Articles de cette rubrique

  • À quand un réel un accompagnement social pour les séropositifs de province ?

    , par Sandra

    Sandra : Il nous reste à peu près 10 minutes d’émission, je pense à nos amis auditeurs de province, parce que souvent il y a un décalage entre être séropositif à Paris, en région parisienne et être séropositif en province. Est-ce que, l’association ARCAT existe en province, est-ce que vous faites des (...)

  • La reconnaissance travailleur handicapé pour les séropositifs

    , par Sandra

    Gregory Lagrange : L’accès à l’alimentation, on a fait le constat depuis l’enquête Vespa 2, France Lert a fait le constat, que dans toutes les populations vivant avec le VIH, y compris les sous-populations, les personnes étaient plus pauvres en conditions de vie que la population générale française et (...)

  • Ecouter l’émission de radio de la semaine

    , par Sandra

    « On ne meurt plus du Sida », une phrase prononcée par Gilles Bouleau qui a choqué Pierre Bergé, président du Sidaction. « Mais si on prend bien son traitement, qu’on a un bon suivi médical, on ne meurt pas du Sida » s’étonne Nino, séropositif depuis plusieurs années. Et vous qu’en pensez-vous ?
    Forum (...)

  • Obtention d’un titre de séjour pour soins : plusieurs parcours possibles

    , par Sandra

    Une question en droit des étrangers ?… Appelez les juristes d’Info Migrants : 01 53 26 52 82.
    Julienne : Pour avoir mon titre de séjour ici en France, ça a été un peu difficile. C’est grâce même à Ikambere. Si cette association ne me soutenait pas, on n’allait pas me donner puisqu’ils ont fait la (...)

  • Les ingrédients pour bien prendre son traitement VIH

    , par Sandra

    Julienne : Merci de m’avoir donné la parole. Je suis arrivée en France en 2010 voir ma fille. J’étais malade mais je ne savais pas que j’étais séropositive. Mais après trois semaines ma maladie s’est aggravée, je suis allée à l’hôpital faire tous les examens me demandant « qu’est-ce qu’il y a ». Je raconte (...)