Antigone Charalambous : « Nous sommes tous acteurs de santé sexuelle »

JPEG - 29.6 ko
Antigone Charalambous : « Nous sommes tous acteurs de santé sexuelle »

Sandra : On va parler de santé sexuelle. Alors quel est le concept ? On en a déjà parlé à l’émission mais tu sais qu’il y a de nouveaux auditeurs donc est-ce que tu veux bien le réexpliquer ? D’abord Yann. Peux-tu expliquer ce qu’est la santé sexuelle ? On va voir si tu sais.

Yann : La santé sexuelle je ne sais pas, mais je vais réveiller mon cerveaux. Je pense que quelques soient les attirances les orientations c’est faire en sorte de la vivre mieux. Tu as vu la réponse bateau qui ne veut rien dire ? On dirait un politicien.

Antigone Charalambous : Je suis d’accord avec toi, Yann tu as fait quelque chose que je trouve trop souvent, que beaucoup de personnes font et encore pire certains professionnels. Ils définissent les choses en ne les définissant pas. Je suppose que lorsque tu as dit « la » tu parlais de la santé sexuelle. Mais c’est quoi la santé sexuelle ?

Yann : Se sentir bien dans son rapport au sexe.

Antigone Charalambous : Oui mais ça ce n’est qu’un aspect de la santé sexuelle.

Yann : Oui mais ça englobe tu me diras.

Antigone Charalambous : Ça fait complètement parti nous sommes d’accord. Comme disait Sandra : un concept. Je pense que c’est bien de mettre le cadre. Donc c’est vrai que c’est un concept car ça a été créé. C’est un concept méconnu, je suis à chaque fois assez étonné de voir un petit peu à quel point il est méconnu. On pense savoir ce que c’est mais en même temps ce concept est assez vieux car il a été défini pour la première fois par OMS dans une conférence à Genève en 1974 sous l’impulsion des sexologues de l’époque, de l’institution mondiale de sexologie. Donc il a été présenté en 74 mais inventé bien avant. C’est un début où on sépare clairement l’activité sexuelle de l’activité reproductrice. C’est-à-dire que notre sexualité devient une chose à part entière avec ses propres demandes, ses propres besoins que l’on va traiter séparément du fait d’avoir des enfants. Ce qui est une chose magnifique et dont on a besoin en tant qu’humanité. Mais on s’est rendu compte, en premier ordre les sexologues mais de par la profession et le regard, qu’il y avait des problèmes spécifiques. Que ce soit l’orientation sexuelle, que ce soit la question des pensées, des fantasmes, des choses qui tracassent et entraver le développement d’une personne ou tout simplement des questions, des informations en termes de sexualité reproductrice ou de contraception. pouvons-nous lire la définition ?

Sandra : Oui pas de problème.

Antigone Charalambous : Selon l’OMS la santé sexuelle est un état de bien-être physique, mental, et social associé à la sexualité. Elle ne consiste pas uniquement en l’absence de maladie, de dysfonctionnement ou d’infirmité. La santé sexuelle à besoins d’une approche positive et respectueuse des relations sexuelles et de la sexualité et la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui apportent du plaisir en toute sécurité et sans contrainte de discrimination ou violence. Afin d’atteindre et de maintenir la santé sexuelle les droits sexuels de toutes les personnes doivent être respectés, protégés et assurés. La sexualité est un aspect central de la personne humaine tout au long de la vie et comprend le sexe biologique, l’identité et le rôle sexuel, l’orientation sexuelle, l’érotisme et le plaisir, l’intimité et la reproduction. La sexualité est vécue sous forme de pensée , de fantasme, de désir, de croyance, d’attitude, de valeur, de comportement, de pratique, de rôle et de relation. Alors que la sexualité peut inclure toutes ces dimensions, ces dernières ne sont pas toujours vécues ou exprimées simultanément. La sexualité est influencée par des facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, économiques, politiques, culturels, éthiques, juridiques, historiques, religieux et spirituels. C’est long mais je vous assure à chaque fois je commence par la définition car ça met les choses au clair. Chaque fois que je fais une intervention avant que l’on me donne cette définition-là, tout le monde part dans tous les sens. Et une fois que l’on pose ce cadre qui est, je vous l’accorde, très large mais essentiel.

Yann : Tout comme la sexualité.

Antigone Charalambous : Exactement. Il est important que l’on comprenne que d’une certaine façon nous sommes tous plus ou moins acteurs de santé sexuelle et acteur de notre santé sexuelle. En d’autres termes pour avoir une bonne santé sexuelle clairement l’équilibre personnel psychologique est essentiel mais il ne peut exister que dans un milieu, un environnement qui le permet. En d’autres termes comment pouvons-nous être en bonne santé sexuelle si nous sommes discriminés parce que nous sommes séropositifs ? Ou homosexuels ? Ou transgenres ? Ou familles monoparentales ? Donc dans le concept de santé sexuelle il y a aussi un volet juridique. Et l’aspect des droits.

Transcription : Lucas Vitau