Marc Pointel : « L’éducation sexuelle en France est pitoyable »

, par Sandra

JPEG - 130.3 ko
Marc Pointel : « Nous avons 95 tailles différentes de préservatifs, des spéciaux pour fellations extras fins, etc. »
Marc Pointel : « L’éducation sexuelle en France est pitoyable »

Lucas : Alors le Roi de la capote c’était un site internet sur lequel on pouvait acheter toute sorte de préservatifs, des rigolos des épais, des fins, en gros ou à l’unité, on pouvait tout faire c’était un site qui fonctionnait très bien qui a été pris sur un modèle américain. Le monsieur qui tenait ce site s’est dit qu’il allait créer une boutique à Paris même si à la base c’était son idée première. Il avait dû faire un site internet pour faire ses preuves, ça a cartonné, aujourd’hui la boutique marche très bien, on en parle dans beaucoup de médias. C’est utile, ludique et surtout sans complexe je vous laisse écouter notre rencontre.

Marc Pointel : Je m’appelle Marc Pointel, je suis le fondateur de la fameuse boutique « Le roi de la capote » au 106 boulevard Richard Lenoir à Paris dans le onzième. Le concept de la boutique en fait c’est d’être surtout un spécialiste du préservatif en France, puisque nous sommes la seule boutique en France à être dédiée exclusivement au préservatif. Alors l’étendue de notre gamme de produits est très vaste en fait on a pratiquement la plus grande gamme de préservatifs sans latex. On a une exclusivité que vous ne trouverez nulle part ailleurs c’est-à-dire plus de 95 tailles de préservatifs. On a les sans latex, les disponibles en 95 tailles, on a le préservatif féminin « le fameux ».On a des préservatifs plus techniques comme le préservatif dédier à la fellation , des préservatifs très fins, des préservatifs non lubrifiés, des digues buccales et non dentaires, on a les préservatifs aromatisés qui vont de la myrtille en passant par la banane, le chocolat, la fraise et la menthe. On a les classiques, on a les préservatifs en grande quantité, pour les patrons de clubs, pour les associations, pour les professionnels du sexe, ou pour ceux qui veulent simplement organiser une partie fine chez eux. J’ai à la fois un produit préféré et un matériau préféré.

Un de mes produits préférés c’est le protexe 002 qui est un préservatif en polyuréthane qui fait 20 microns d’épaisseur, c’est un préservatif deux fois plus fin que l’épaisseur d’un cheveu donc c’est assez redoutable en plus il est sans latex, extrêmement résistant. L’autre c’est un préservatif en polyisoprène, ça ressemble à du latex, ça a la couleur du latex mais ce n’est pas du latex, que fait par exemple Durex avec son « reel feeling » ou Manix avec le « Skin ». Vous avez aussi mon matériau préféré qui reste le polyisoprène parce que déjà il est beaucoup plus souple que le latex et surtout plus résistant donc en cas de défauts de lubrification vaginal et annal il n’y a pas de casse. La première cause de casse d’un préservatif c’est un défaut de lubrification.

Nous travaillons avec des associations de lutte contre le VIH/sida et plus particulièrement depuis de nombreuses années avec Sida Info Service. Ils m’apportent certaines réponses très pointues sur certaines questions, ils peuvent m’envoyer des clients, et inversement je leur apporte une expertise au niveau du préservatif, ou certaines idées ou certains combats que l’on pourrait mener ou faire changer certains cerveaux qui nous gouvernent car en France on a un réel problème qui est l’orgasme. C’est-à-dire que la sexualité en France et surtout son éducation sexuelle est pitoyable et temps que François Hollande ou ses ministres ne diront pas « tout est bon dans le cochon allez-y faites l’amour et jouissez Français et Françaises que vous êtes » nous aurons toujours autant de problèmes à parler de sexualité, à parler de prévention, d’amour, d’orgasme, de fellation , de pénétration, de faites des bébés, faites l’amour et pas la guerre. Bref, on a un gros problème au niveau de la sexualité en France et on est loin d’être les french lovers sobriquets que veulent bien nous donner les étrangers.

La boutique peut être un atout de prévention pour plusieurs raisons. Nous sommes des spécialistes sans tomber du côté obscur du sex-shop, on est une parapharmacie spécialisée, en plus j’ai étudié la sexologie donc on est vraiment des supers pros et des supers cracks du préservatif. Ce que je peux conseiller à une personne séropositive infectée par le VIH c’est d’utiliser systématiquement des préservatifs. Maintenant la médecine a fait beaucoup de progrès même si ça reste et je tiens à le préciser une maladie mortelle. Il faut se protéger. Il ne faut pas baisser la garde, parce qu’il n’y a pas que le VIH, il y a aussi la syphilis qui revient énormément à grands pas, et les hépatites notamment la C qui est une vraie saloperie. Il faut systématiquement rajouter un petit peu de lubrifiant parce que la première cause de casse du préservatif est un défaut de lubrification vaginale ou annale. Préservatif plus un peu de lubrifiant égal ont fait l’amour sereinement et on pourra retrouver le sourire sans stress en faisant l’amour et du coup avoir un meilleur accès à l’orgasme.

Sandra : La France va mal car on n’a pas assez d’orgasmes (rires). Non sérieusement, c’est n’importe quoi.

Yann : Non c’est son point de vue.

Sandra : C’est son point de vue je respecte. Pardon. C’est un poète. Oui France Lert 

France Lert  : Les « condomerie » ça a existé dans différents pays. À Paris il y en a eu dans le passé mais elles ont fermé assez rapidement. Il faut quand même gagner de l’argent, c’est une entreprise privée, il faut qu’elle tienne le coup. Ça n’a pas marché, je pense que lui, je l’avais rencontré avec Giles Pialou quand on avait fait notre rapport, quand il dit qu’il connait le produit c’est vrai. Ce n’est pas une connaissance vague et ce qui est très important dans l’utilisation du préservatif, en particulier pour les gens qui ont beaucoup de partenaires, qui font beaucoup l’amour ils vivent aussi avec des gens qui ont beaucoup de partenaires donc les IST c’est un souci il ne faut pas les négliger. Comme la contraception il faut vraiment choisir le préservatif dont on a besoin pour les types de rapports que l’on a. Il y a très longtemps on s’était dit avec une collègue qui est aussi une experte des préservatifs Brenda Spencer, qu’il fallait absolument faire du préservatif un produit comme les autres c’est-à-dire que l’on choisit. Si on aime rouler vite on prend une grande voiture, si on aime être pépère on prend un petit truc. Le préservatif c’est pareil il faut le choisir et le connaitre et c’est le seul endroit où on peut le regarder. Surtout les gros actifs sexuellement ils ont intérêt d’avoir chez eux une gamme de préservatifs : fellation ce n’est pas comme la pénétration donc ce n’est pas les mêmes besoins. Donc c’est bien surtout pour ceux qui sont les plus à risque donc ceux qui ont plein de partenaires qui font des tas de trucs comme le sexe en groupe, d’avoir un stock, des variétés et d’aller choisir. Ce qu’il y a en pharmacie n’est pas évident à côté d’une dame qui vient prendre ses anti-machin-truc ou des gens qui viennent chercher du lait de bébé. Aller sur le site pour ceux qui habitent en province et d’aller dans la boutique pour vraiment se rendre compte que le préservatif est extra extra fin.Pour les fellations qui sont un problème surtout pour les gens qui en font beaucoup entre hommes par exemple d’aller choisir ce préservatif qui est confortable, c’est bien. Le préservatif c’est comme la contraception même combat, choisir celui qui vous va.

Yann : On va revenir un peu sur la fellation parce que c’est un domaine toujours un petit peu tendu. Rares sont les hommes qui se sont fait faire des fellations avec préservatif.

France Lert : Ce n’est pas vrai !

Yann  : Ha ben moi je vous le dis. Pour parler de sexualité régulièrement au Comité des familles, autour de mes amis et quoi que ce soit, très peu de femmes font des fellations avec des préservatifs. Les deux ne prennent pas de plaisir à sucer avec un plastique.

France Lert : Il ne faut pas dire ça... Justement je m’insurge contre ça et d’ailleurs Marc Pointel aussi. D’abord il y a des gens qui utilisent le préservatif pour les fellations, il y en a. Il ne faut pas les ridiculiser en disant vous bouffez du plastique.

Yann : Je ne les ridiculise pas. Je vous parle de la réalité…

Sandra : Ce n’est pas ce qu’il a dit.

France Lert  : Il y a des gens qui dans une certaine mesure préfèrent le faire comme ça pour des raisons de sécurité. Il ne faut pas les ridiculiser.

Yann : Je comprends, on ne ridiculise personne. Je dis que la réalité ce n’est pas ce que les médias disent. C’est-à-dire que pour les fellations très peu de gens utilisent le préservatif notamment en couple plus assidu.

France Lert : D’accord mais en tout, là l’intérêt du préservatif extra fin il parait que c’est vraiment très bien. Je ne peux pas témoigner.

Sandra : Mince ! (rires)

Yann : Connaissez-vous beaucoup d’hommes ou de femmes qui se font faire un cunnilingus avec une protection adéquate ?

France Lert : Je ne parle pas assez de ça avec les gens que je connais. Vous avez pas mal d’expérience je pense.

Yann : Moi personnellement j’en ai très peu mais en tous les cas je m’informe et c’est l’avantage d’être dans le milieu associatif comme le Comité des familles, où on peut parler de tout, la parole est libre et quand on se retrouve comme ça on fait des réunions où il n’y a pas une représentation de la caste des médecins et les gens se sentent moins jugés, alors que les médecins en général ne jugent pas. Donc on a des confidences qui sont dans la réalité et tout le monde ne se suce pas avec du plastique...

Sandra : Il nous reste quelques minutes avant la rubrique culturelle. Un dernier commentaire. Lucas tu es reparti avec un stock ?

Lucas : Non je ne suis pas reparti avec un stock mais je trouvais la discussion très intéressante. Je pense que l’atout de cette boutique c’est aussi d’avoir le préservatif dont il parlait de digue buccale. Je n’ai pas la moindre idée de ce que c’est mais ça m’a l’air rigolo, j’ai envie d’essayer par exemple. Je pense qu’en communiquant sur les différences de produits, donc le préservatif spécial pour les fellations, peut être que ça va rentrer dans les moeurs à force d’en parler.

Sandra  : Vous vouliez parler Barbara ?

Barbara  : Les saveurs, je me suis dis myrtille, tout ça, c’est quelque part...

Sandra  : A table ! (rires).

Barbara : La question de faire des fellations avec un préservatif se pose, et d’où les différentes options. Donc je suis plutôt contente que ça s’offre à nous, aux consommateurs.

Yann : Un si grand panel oui, sûrement qu’on peut trouver son bonheur .

Sandra  : Donc on sait où vous allez aller après l’émission, directement dans la boutique Roi de la capote. Oui Lucas

Lucas  : Donc n’hésitez pas à aller visiter la boutique, boulevard Richard-Lenoir vers Bastille dans le 11ème à Paris.

Transcription : Lucas Vitau