Rubrique culturelle : Festivals en banlieue parisienne et retour dans les années 80

, par Sandra

JPEG - 102.1 ko
Rubrique culturelle : Festivals en banlieue parisienne et retour dans les années 80

Alexandre  : On passe à la rubrique culturelle présentée par Yann. Yann, c’est à toi !

Yann : Yes ! Donc ce sera du ska, du reggae, du punk, du rap, c’est en musique que je vous ferai partager le festival Sur les Pointes. Joey Star et Nathy pour le Carribean Dandee. Guérrilla Poubelle s’il y a des punk autour de la table. C’est un groupe tellement, que je n’ai jamais entendu ni vu je dois dire mais qui est très appuyé par notre radio chérie FPP parce qu’ils dénoncent toujours les terribles actions parfois de la police quand on essaye d’être simplement libre et debout. Il y aura aussi Les Sheriff, c’est du ska reggae bien pétant. Les fils de Teuhpu. C’est au parc des Lilas à Vitry-sur-Seine. Un dépaysement total avec, figuier dans le désert, le camping est gratuit. Juste espéré que vous me disiez figuier dans le désert ? En écrivant ma rubrique, je me suis dit ah merde, ras-le-bol de cerise dans le gâteau, donc figuier dans le désert. Voilà, je pensais que ça allait plaire ça à Alexandre…

Sandra : Et c’est un bide ! Voilà, voilà… (rires).

Alexandre : J’avais juste pas compris. Mais merci.

Yann : Ca y est maintenant on l’utilise partout dans Paris et dans le monde entier (rires). Et donc le camping est gratuit, le tarif 3 jours pour ce festival citoyen, le dimanche toute la journée est prévu pour les enfants, c’est 30 euros les 3 jours ou 13 euros la journée.

Comme un cadeau le livre de mon ami et ami du Comité des familles, le sexologue Patrick Papazian, sort aujourd’hui. Je n’ai pas pu encore le lire…

Sandra : Il va me l’envoyer au Comité des familles.

Yann : Ah bah moi je vais l’acheter ! Nananère. “Parlez-moi d’amour”, c’est aux éditions L’Opportun, de toute façon on le reçoit bientôt à la radio, dès que Sandra trouvera un petit créneau pour lui. Et on en parlera plus longuement. C’est un sexologue qui reçoit beaucoup de personnes ayant le VIH. Et donc je crois que dans toutes ses rubriques, dans tous ses rendez-vous il a tiré comme ça de quoi nous donner un éclairage sur les questionnements sur l’érotisme et la sexualité.

J’en profite aussi pour vous dire que la semaine prochaine dans la rubrique culturelle, on recevra Catherine, c’est une amoureuse des livres. Elle a une librairie qui s’appelle, je crois que c’est une chaine, Folies d’encre, qui est à Saint-Denis, on parlera, on la torturera sur la beauté des mots et ce qui lui a fait devenir bibliothécaire. Je vais à présent rapidement vous rappeler que c’est les 10 ans du magnifique Aubercail festival avec notamment pour l’ouverture Pierre Pierret à 13 euros. Un hommage à Mano Solo par Les hurlements d’Léo et un grand bal collectif, comme tu avais dit Alexandre, j’aime les bals et je les revendique. Tout ça, vous trouverez ça sur aubercail.fr ou sur notre site car toujours vous avez les liens pour retrouver les annonces que je fais.

Ensuite vous dire quel morceau j’ai eu envie de mettre aujourd’hui, c’est assez facile, il est anglais, il est bassiste et il avait un groupe qu’on connait tous, Police. Mais là c’est un morceau que je vais mettre du premier album, “Le rêve de la tortue bleue” s’appelle l’album. Le titre que je vous ai choisi c’est “Russian”, c’est assez fin parce qu’il a fait une adaptation remarquable et poignante d’une romance de Serge Prokofiev donc c’est un côté irlandais qui se joue avec un travail de voix qui est juste sublime par notre ami Sting, et c’est joué par des musiciens exclusivement venus du jazz. Il évoque les désastres de la guerre froide entre autres, entre les Etats-Unis et l’URSS. Alors, restons debout partout, et comme le disait si bien l’extra talentueux Siné, “Restons toujours debout, jamais couché”. Je t’aime Siné, j’embrasse Catherine et tous les gens qui ont défendu pendant 87 ans, cet homme absolument libre et je vous recommande toute la panoplie de ses dessins, notamment tout le travail qu’il avait fait sur les chats et cet effet de grande gueule qui n’a jamais cessé de gueuler sur les injustices. A toi !

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE