Forum des auditeurs : droit d’asile ou permis de séjour pour soin ?

, par Cristina

JPEG - 134.7 ko
Forum des auditeurs : droit d’asile ou permis de séjour pour soin ?

- Touré Abass :

j’ai le VIH depuis mon Pays. Les soins n’étaient pas aussi fréquent dans les hôpitaux que prévu. Maintenant que je suis en France depuis 2016 je suis suivi à l’hôpital intercommunal de Créteil, par le docteur j’ai demandé l’asile ne sachant pas qu’on pouvait avoir un séjour pour maladie sans demander l’asile. Mais jusqu’à présent je suis DUBLIN de ma procédure. Alors j’ai demandé un arrêt total pour l’asile mais hélas pas de réponses de la Préfecture. Alors que faire ? Je suis sans abri ni travail.

Sandra : Cristina tu as fait une recherche, tu as peut-être une réponse à apporter à Touré ?

Cristina : Oui on a fait des petites recherches. On a demandé à Info Migrants au 01 53 26 52 82 et on lui a expliqué la situation, même si c’était un peu compliqué de bien comprendre la situation de Touré. On imagine que vous avez bien le droit de séjour pour raison médicale. Si c’est bien ce cas, pour ce qui concerne la demande du droit d’asile il faut juste pas répondre aux sollicitations de la Préfecture, pas se présenter aux rendez-vous, comme ça la demande va tomber, mais vous avez quand même le droit de séjour pour raison médicale. Du coup pour le moment il faut se concentrer sur les soins et vous verrez après, s’il y a une situation plus stable, et reprendre les démarches pour la demande d’asile.

Sandra : Christian tu voulais réagir ?

Christian : Le cas de Touré n’est pas un cas isolé. Moi-même en toute sincérité j’ai vécu ce cas en sortant de l’Espagne, je parachute à Bordeaux, sachant que c’est la France, je ne savais pas que je devais vivre un véritable calvaire, j’avais pas de repères... Et donc directement je suis tombé dans un hôpital et j’ai rencontré une assistante sociale et, je vous dis la vérité : la plupart des assistantes sociales induisent nous autres migrants dans l’erreur. Ils vous font carrément comprendre que le seul moyen pour être en règle ici c’est de faire immédiatement la demande d’asile. Je lui avais présenté mon cas, je ne savais même pas que en étant malade je pouvais avoir les papiers, je voulais être en règle, avoir une visibilité auprès de l’administration. Donc elle m’a dit : « Tu dois demander l’asile ! » et à chaque fois que j’avais rendez-vous avec elle, elle me demandait si j’avais entamé la procédure, et je lui disais que non, j’étais en train de réfléchir, elle insistait toujours. Jusqu’au moment où elle m’a dit : « Tu ne peux pas avoir les papiers, mais on va quand même essayer ». Du coup elle avait entamé une procédure, elle avait reçu mon acte de naissance etc, et moi entretemps je vivais dans la rue avec les clochards, la galère avec le 115, c’était en février en plein hiver... Je suis monté à Paris et j’ai vu enfin la lumière, l’association Aurore m’a récupéré et m’a tout donné jusqu’à aujourd’hui, je lui suis très reconnaissant. Et c’est à ce moment-là que la Préfecture m’appelle pour me dire que j’avais entamé une procédure et qu’il m’attendait. J’ai dit que je n’avais rien signé, du coup j’ai demandé si j’avais reçu un numéro, ce numéro que vous avez une seule fois en France et, vu que j’étais à Paris, si je pouvais continuer avec ce numéro. Mon titre de séjour portait le numéro de Bordeaux, et du coup une procédure avait été déjà entamé, pour vous dire que les assistantes sociales en toute sincérité induisent à l’erreur, et peut-être c’est le cas de Touré, qui a été très mal orienté, mal informé. S’il n’y a rien signé, s’il ne s’est pas présenté je pense qu’il n’y aura pas des soucis. Mais au cas où il a vraiment demandé...ça peut poser un problème.

Cristina : Oui et surtout en ce moment où, vous le savez, au gouvernement il y a la discussion sur la loi du droit d’asile, si d’un côté les assistantes vous poussent pour faire la demande et de l’autre la Préfecture essaye de donner le moins possible de permis de séjour...Du coup pour l’instant si vous avez le permis de séjour pour raisons médicales il vaut mieux rester comme ça, de toute façon dans cette émission on va surement s’occuper de l’évolution de la loi sur le droit d’asile, c’est très important.

Mohamed : Ce qu’il faut savoir c’est que récemment ça a relativement changé. Moi j’ai appris récemment qu’il y a que deux hôpitaux qui prenaient la CMU où l’aide médicale d’Etat, sur la Paris et la région parisienne je parle. Il y en a un dans Paris, que je pense c’est Lariboisière et l’autre il est à Bobigny, les autres hôpitaux ne prennent pas l’aide médicale d’Etat...

Sandra : Alors, information à vérifier, je ne suis vraiment pas sûre de ce que tu avances.

Mohamed : Ce que j’ai entendu dire...

Sandra : Sans vouloir te contredire, je ne pense pas que ce soit vrai car c’est un droit.

Mohamed : Je voulais souligner que le contrôle médical a été renforcé au niveau des Préfectures et qu’ils n’aimaient pas trop ce qui avait déposé deux ou trois demandes.
Sandra- Cette à dire ces qui font une première demande pas acceptée et ils en refont une autre exceptera ?

Mohamed : Oui il y a des contrôles plus poussés maintenant au niveau des prises de sang. Maintenant il vérifie bien avant de donner le permis.

Sandra : Oui c’est l’OFII maintenant, depuis le premier janvier 2017.

Christian : Pour être plus claire disons clairement à nos compatriotes que si vous êtes personne malade vivant avec le VIH ou une maladie chronique, si vous avez la bonne information, faites votre demande en qualité de personne malade, et si vous avez fait une démarche avant en qualité de demande d’asile dites-le, ne mentez pas, parce que si vous mentez et après ils vont le découvrir après ça posera un problème.

Sandra : Voilà je pense qu’on a bien répondu à Touré. Malheureusement Touré n’a pas laissé d’adresse mais, donc j’espère qu’il va repasser par le site pour qui puisse écouter la réponse qu’on lui a donnée, bon courage Touré ! Tu dis que tu n’as pas de travail ni d’endroit pour dormir, alors, comme tu es suivi à Créteil ça veut dire que tu es en banlieue parisienne, je t’invite à venir nous rencontrer à l’association au Comité des familles, tu peux nous appeler aux 01 40 40 90 25 pour prendre un rendez-vous avec nous. Je ne te dis pas qu’on va faire des miracles pour ta situation, mais on pourra t’écouter, te soutenir et te donner des pistes pour t’en sortir. Christian tu parlais des assistantes sociales, bon, tu as eu une mauvaise expérience, mais je pense qu’il en faut pas en faire une généralité, elles font ce qu’elles peuvent avec leurs connaissances, ce n’est pas évident au quotidien de s’occuper de tout le monde parce qu’elles reçoivent vraiment les personnes tout venant, ces qui ont les papiers, ces qui l’ont pas... Je voulais juste les encourager.

Christian : Oui, mais je vous assure il y a des assistantes sociales qui sont incapables de vous monter un simple dossier de l’AME.

Sandra : Oui, mais pas toutes ! Il y a surement un problème de formation, pas toutes les assistantes sociales connaissent les droits des étrangers mais bon...

Cristina : Après de plus en plus on a la possibilité de nous informer nous-même, d’être bien fort de chercher la réponse sur internet sur des site qui ont un certain status, pas sur n’importe quel site, comme j’ai dit tout à l’heure le site Info Migrants, on peut quand même les appeler, et on peut avoir une véritable réponse. Avoir l’information c’est du pouvoir, il faut la trouver la bonne information et continuer comme ça.

Transcription : Cristina Rosati