Forum des auditeurs : est-il possible venir en France depuis le Cameroun pour se soigner ?

, par Cristina

JPEG - 186.8 ko
Forum des auditeurs : est-il possible venir en France depuis le Cameroun pour se soigner ?

Esther Danielle

Je suis séropositive du VIH sida depuis 3 ans, dépistée quand je suis tombée enceinte de mon fils. Depuis mon accouchement tout le monde m’a tourné le dos, ma famille comprise. Je suis affectée moralement et le médicament que je prends me fait chuter le taux sanguin tout le temps ce qui me fait perdre connaissance parfois. J’ai demandé au médecin de changer mes médicaments depuis cette période mais sans suite. Vraiment la bonne prise en charge au Cameroun est réservée aux personnes de gros moyens. J’ai peur de me retrouver dans une situation très critique et irrémédiable un jour, et j’ai besoin de votre aide pour bénéficier d’une prise en charge en France car je suis repoussée par ma famille vu mon état de santé. Comment faire pour obtenir un visa afin de bénéficier d’un bonne prise en charge ? Je vous écris depuis le Cameroun.

Sandra : Avant que vous réagissiez et je sais que Christian tu auras des choses à dire parce que tu viens du Cameroun, Cristina tu as fait des recherches aussi, quelle réponse souhaites-tu apporter ?

Cristina : Tout étranger qui souhaite venir en France, quel que soit le motif (médical ou non), doit demander une autorisation préalable d’entrée appelée « visa consulaire ». Ce visa doit être sollicité avant le départ auprès des services consulaires français. Autres pièces à fournir : formulaire de demande de visa médical ; passeport en cours de validité ; justificatif d’hébergement en France pour la période hors hospitalisation. L’arrivée en France n’ouvre pas automatiquement des droits, il faudra payer en avance ou faire payer les soins par un tiers. Vous me confirmez ça ?

Christian : Mais oui, tout à fait, sur le plan théorique ce que tu viens de dire est correct, mais elle n’aura jamais de visa ! Moi j’étais obligé de passer par la route, la mer, de risquer ma vie... Ils vont jamais lui donner de visa. Effectivement ce qu’elle est en train de vivre il n’y a pas de prise en charge au Cameroun, mais on vous donne des médicaments un mois, le mois suivant on vous donne dix comprimés. Moi je prenais trois comprimés par jour, le matin le midi et le soir, pour quelqu’un qui prend trois comprimés j’étais suivi à l’hôpital militaire, mais de toute manière tout est centralisée à Yaoundé. Elle ne peut pas avoir véritablement un bon suivi, un bon traitement.

Quand on vous donne une boîte des médicaments un jour, un autre jour dix comprimés, vous ne pourrez pas prendre les médicaments constamment. On manque des médicaments, au Cameroun le système pour donner de médicaments n’est pas comme ici... Au Cameroun vous êtes sous le soleil, sous la pluie, des centaines de personnes, tout le monde vous voit... Du coup je ne veux pas te dire de prendre la route comme moi, et d’espérer un visa, mais trouve-toi une solution, tu trouveras une solution, ça c’est sûr. Elle pourra demander le visa 1000 fois jamais ils vont lui donner. Vous avez tous vu ce qui se passe avec les migrants en ce moment, elle n’est pas un cas isolé, il y en a plein de cas comme ça au Cameroun.

Avant j’avais une copine, je faisais une émission qui parlait de ces situations problématiques : une fois il y avait une femme qui mourait de l’hépatite C, ils ne voulaient pas l’évacuer en France, ils ont refusé, finalement on a réussi, elle est arrivée en France et maintenant elle est guérie, mais si elle restait au Cameroun, elle mourrait de ça. Moi je parle du Cameroun et le jour où je vais repartir là-bas on va m’égorger parce qu’on dira : « tu sais lui a une grande gueule », mais vraiment les 30 ans que j’ai vécu au Cameroun ne m’ont rien rapporté. Ce que je n’ai pas eu au Cameroun en 30 ans de vie je j’ai eu ici en France en deux mois...

Sandra : Pour aider Esther moi je pourrais la mettre en contacte avec une association au Cameroun que je connais bien, je connais le président qui s’appelle Hans, l’association s’appelle « Espoir et solidarité africaine » et donc rien qu’avec ça elle pourra créer des nouvelles amitiés, parler avec d’autres femmes séropositives, elles pourront se soutenir, et pour ce qui concerne le traitement il peut y avoir des solutions, je ne promets pas des miracles mais quand même il y aura du soutien. Je sais Christian que tu vas dire qu’il y a des associations qui ne font pas vraiment le boulot correctement, mais il n’y a pas que de mauvaises associations. L’association dont je parle je suis sûre que ça se passe bien.

Mohamed : Dans certaine pays d’Afrique ils sont commencé à installer un réseau de soins pour le VIH et pour l’accès au traitement. C’est sûr qu’il faut plus se rapprocher de la capitale, mais une fois que les gens sont sur place ils peuvent avoir un suivi régulier, prendre son traitement et puis être tranquille.

Sandra : Et donc Cristina tu disais que quand on arrive en France il faut payer les premiers soins. C’est plus ou moins vrai, je dirais que dans les hôpitaux il y ce qu’on appelle le PASS et donc là-bas les personnes qui n’ont rien du tout sont pris en charge donc, même si après parfois les personnes sont hospitalisées et reçoivent une facture, il ne faut pas s’inquiéter. Une fois qu’elles auront l’AME tout ça sera remboursé par la sécurité, ne devront pas payer et il ne faut pas s’inquiéter si elles reçoivent une grosse facture. On a déjà vu des gens arriver au Comité des familles, voici la facture qu’est-ce que je dois faire ? Il ne faut pas s’inquiéter. Même nous en France, nous ne pouvons pas payer le frais d’hôpital.

Christian : Moi quand j’ai reçu une facture de 1500 euros je n’avais rien, donc vous allez simplement dans votre hôpital au service des admissions avec votre PASS, ils vont vérifier, c’est comme ça que vous ne payez plus rien. Donc des fois ça peut arriver comme dit Sandra que vous avez des factures, mais ne vous inquiétez pas, allez aux admissions, vous présentez le PASS et tout ce que vous avez comme papiers et ils vont annuler tout ça immédiatement.

Sandra : On a tout dit sur le Cameroun, désolée Christian de t’avoir coupé mais on devait avancer sur la discussion...

Christian : Tu sais Sandra, je suis un nationaliste, mais il y a des choses qu’il faut dire.

Sandra : Bien sûr, il y a des choses scandaleuses, la corruption, tout ça, je trouve que c’est une injustice, il y a des personnes qui meurent encore du VIH, du SIDA, on ne peut que dénoncer pour espérer que les choses changent.

Transcription : Cristina Rosati