Petit coucou à Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France

, par Sandra

JPEG - 59.5 ko
Petit coucou à Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France

Sandra : J’avais envie de faire un petit coucou à Valérie Pécresse, parce qu’en fait sur Twitter, elle a tweeté :

Valérie Pécresse :
“Très fière que le Grand prix du Jury de #Cannes aille à un film audacieux soutenu par la région #120BattementsParMinute de Robin Campillo.”

Ce film, 120 battements par minute, parle du VIH, du sida. Plutôt du sida parce que c’était dans les années 80 - 90, où il n’y avait pas encore les trithérapies qu’on connait aujourd’hui et ça parle surtout du militantisme d’une association en particulier, Act-Up. Valérie Pécresse est présidente de la région Ile-de-France. Si vous vous souvenez, on avait fait une pétition->https://www.change.org/p/conseil-r%C3%A9gional-d-%C3%AEle-de-france-r%C3%A9tablissez-les-aides-aux-transports-pour-les-personnes-sans-papiers] contre une de ses mesures, puisqu’elle a décidé, vraiment dès le 1er jour de ses fonctions, de supprimer l’aide aux transports pour les personnes étrangères, pour les personnes en situation irrégulière. Du coup, maintenant les personnes en situation irrégulière doivent payer 73 euros le pass navigo, il n’y a pas plus d’aide comme c’était avant et du coup c’est très difficile pour ces personnes-là qui doivent se rendre à l’hôpital ou dans des associations. Ca empêche les personnes d’aller se soigner tout simplement. Et donc ça va à l’encontre de l’objectif que s’est donné Paris, l’objectif sans sida pour les années à venir. Et du coup, Act-Up a répondu :

Réponse Act-Up : Pécresse n’aime la lutte vs le sida qu’au ciné, ses actions vont à l’encontre d’une IDF sans sida !

Il y a aussi François Damerval qui a répondu, qui est conseiller Régional Ile-de-France dans l’Essonne

Réponse : François Damerval
Conseiller Régional IDF Essonne

1. Se réjouir du succès #120battementsparminute, il faut en tirer les conséquences politiques en corrigeant la politique actuellement menée

8. Il ne suffit pas de se vanter d’avoir soutenu la création culturelle qu’est #120BattementsParMinute , il faut des actes.

Et enfin, je termine avec une dernière réponse (il y a beaucoup de personnes qui ont répondu à son tweet), Caroline Izambert qui est responsable des mobilisations citoyennes et plaidoyer à l’association AIDES qui dit tout simplement :

Réponse Caroline Izambert, Responsable mobilisations citoyennes et plaidoyer à l’association @assoAides.
Rétablissez l’aide transport AME sans laquelle on renonce quotidiennement à la prévention, au dépistage et aux soins en @iledefrance

Sandra : Evidemment, nous aussi on va dans ce sens, ça nous donne l’occasion de reparler de notre pétition qui s’intitule “Rétablissez l’aide aux transports pour les personnes bénéficiaires de l’AME”. N’hésitez pas à signer cette pétition si vous ne l’avez pas encore fait et surtout relayez-là. Et nous, on ne lâche pas l’affaire. Tant que la situation ne sera pas rétablie, on continuera de parler de cette pétition. Bientôt les nouveaux députés vont être en place, on leur en parlera aussi. C’est important, il faut que l’accès aux soins soit pour tous. Je ne sais pas si vous voulez faire un coucou à Valérie Pécresse ?

Christian : Sandra, tu as tout dit vraiment. Ce sont ces deux choses. Grâce à l’AME, on peut avoir les médicaments à 100%, mais ce n’est pas le cas pour tous les médicaments, une petite pommade à 3 euros, vous ne pouvez pas l’avoir avec votre simple AME…

Sandra : Alors là, c’est un autre problème, parce que moi je parle de l’aide aux transports…

Christian : Le transport aussi c’est très important. Moi, je continue à payer 73 euros. Il y a trop de problème là-dessus. Et pour le film, j’en ai entendu parler, j’irai vérifier.

Sandra : Il sort en août. On en a parlé il y a deux semaines à l’émission. Si vous pouvez aller le voir, aller voir ce film et puis après, je pense qu’on fera une projection au Comité des familles pour permettre à ceux qui n’ont pas pu aller au cinéma de le voir. J’ai vu la bande-annonce et il a l’air vraiment extra et je pense que c’est important de revenir en arrière et de se souvenir qu’il y a des militants séropositifs ou pas qui se sont battus pour le droit de tous les malades. C’est important de se souvenir de ça et de se rappeler que rien n’est acquis et qu’il faut continuer de se battre encore aujourd’hui.

Transcription  : Sandra JEAN-PIERRE