Un auditeur atterré par nos propos sur la PrEP

, par Sandra

JPEG - 441.9 ko
Un auditeur atterré par nos propos sur la PrEP

Sandra : Continuons l’émission avec le forum des auditeurs, je vais prendre le message de LDV, qui a laissé un message sur un article où on parlait de la PrEP. C’est un article ancien qui date de 2015. Voici son message :

Je suis atterré par cette émission sur la PrEP. a part dire ça coute cher ils connaissent même pas le fonctionnement et le suivi patient et se permettent les gens. un vrai café du commerce.
La prep sa permet

1/ un suivi des patients à risques car bcp de partenaires au niveau des IST (g , des vaccinations vhb et vha que du VIH. ce qui a un impact positif sur les épidémies IST donc il y a un véritable bénéfice de santé publique. et l’explosion des ist date de bien avant la mise en place de la prep

2/ le coût du TRUVADA a été divisé par 2 depuis avec le générique. un mois coûtant 180/200 € par patient.

3/ personne n’est obligé de rester à vie sous prep et si ca existe c’est que ca evite des contaminations VIH ce qui permettrait à terme d’endiguer l’épidémie qui est chez les HSH . Un bilan coût / efficacité a été fait et même avec le truvada a 400 € ( et non 600 o comme mentionné dans l’émission) il y a un bénéfice net
4/ la molécule est toxique notamment au niveau rénal. mais d’autres molécules sont a l’étude pour le même usage avec une toxicité moindre.
et après foutez la paix aux gens et à ce qu’ils font dans leur lit. ca n’empêche pas la prévention avec le préservatif. mais faut le voir comme un outil de plus. le seul point ou je serais en désaccord c’est sur le remboursement à 100% par la sécu. d’ailleurs vous mettez en exergue le non décollage aux USA. mais vous n’appuyez ce titre par aucun chiffre ni aucun document

Sandra : Voilà, le message sympathique de LDV. J’étais très contente de lire. Pour précisions, on a parlé de la PrEP, ce n’était pas une émission consacrée sur la PrEP, c’était juste une petite rubrique où c’était à l’époque Alexandre qui présentait l’émission, on faisait de la co-animation. C’était d’ailleurs sa première émission. Il avait une rubrique, on a juste parlé de la PrEP, comment ça se passait aux Etats-Unis, et puis il y avait un petit article qui disait qu’aux USA ce n’était pas encore ça. Mais bon, ça date de 2015. Forcément, maintenant, il y a des évolutions. Alexandre avait donné la parole à plusieurs personnes membres du Comité des familles, des personnes pas du tout expertes, des personnes qui vivent avec le VIH et qui donnaient leur avis sur la PrEP. Forcément il y en a qui sont pour, d’autres contre. Chacun exprimait son avis. Donc, oui, c’était une discussion comme ça, mais on ne prétendait pas apporter des informations exactes. A l’émission Vivre avec le VIH, chacun exprime son opinion. On est en 2018, les informations qu’apportent LDV sont exactes, il y a le générique, donc ça coûte moins cher, mais après ; il y en a qui ne sont pas tout à fait d’accord avec la PrEP. J’en fais partie. Un point qui me dérange, quand on va dire à des personnes, il y a un médicament, le Truvada, qui est utilisé dans la trithérapie, tout en sachant que dans d’autres pays, il n’y a pas l’accès aux médicaments VIH. Ca peut paraitre un peu une prévention de luxe quoi. Ca fait un peu mal quand on pense qu’il y a des gens qui meurent du sida en Afrique, en Inde, dans les pays où n’y pas accès aux traitements. Je vois qu’il y a Christophe qui souhaite réagir.

Christophe : Je veux préciser que le Truvada, c’est une bithérapie à la base. Ce n’est pas qu’un seul antirétroviral.

Sandra : Oui, bien sûr. C’est tout ce que j’ai à dire à LDV. Désolée que tu aies été atterré par cette émission. Regarde les articles un peu plus récents. En tout cas, vous avez le droit d’être pour ou contre la PrEP à l’émission Vivre avec le VIH, il n’y a pas de souci. On peut en discuter.

Christophe : Ca reste un outil parmi d’autres. Tu as raison, il y a des problèmes de coût. Ce n’est pas simple à prendre. Il faut prendre 2 comprimés 2 à 12 heures avant, le lendemain et le surlendemain. Il y a aussi des effets secondaires, il ne faut pas les oublier, sur les os et les reins.

Sandra : N’hésitez pas à réagir sur le site comitedesfamilles.net. Je voulais expliquer quand même ce que c’était la PrEP, on en parle mais peut-être qu’il y en a qui disent mais je n’ai rien compris ! Donc, pour faire simple, la PrEP c’est un médicament qui permet de se protéger du VIH, avant un rapport sexuel. Pour certains, le préservatif, c’est difficile à mettre, à s’en procurer, ne peuvent pas l’utiliser, bref, des tas de raisons qu’on peut trouver. Du coup, il y a la PrEP qui est apparue, c’est un outil de prévention en plus mais qui protège uniquement du VIH et pas des autres IST, c’est pour ça que c’est vraiment très important d’avoir un suivi à côté, pour voir s’il n’y a pas d’autre IST.

Christophe : Attention, ce n’est pas une pilule du lendemain s’il y a des gens qui écoutent. Faut le prendre avant, après et le surlendemain.

Sandra : Oui. Mohamed, tu connais la PrEP ?

Mohamed : Je trouve ça quand même, c’est bien d’avoir mis ça en oeuvre, ça permet de freiner la maladie et puis je pense que pour la tranche des ados, ils doivent y trouver leur compte.

Sandra : Ce n’est pas pour les ados.

Mohamed : Pas spécialement, ça concerne tout le monde…

Sandra : Non mais c’est prescrit pour l’instant pour ceux qui sont majeurs.

Christophe : C’est uniquement destiné aux hommes gays ayant des rapports sexuels dans des conditions à risque.

Sandra : Ca va bientôt s’ouvrir pour les personnes migrantes normalement. Il y a déjà des endroits où ça s’ouvre.

Christophe : A l’origine, quand l’agence du médicament a donné l’autorisation, c’était dans ces clous-là.

Sandra : Tout à fait. C’était en priorité pour les personnes HSH comme on dit. Mais maintenant, on va en parler prochainement à l’émission, il y a des études qui se penchent “pourquoi pas pour les personnes migrantes ?” parce que des études ont montré que les personnes migrantes s’infectent par le VIH quand elles arrivent sur le territoire français, il y a un problème de prévention. Pourquoi pas leur proposer la PrEP. Mais là encore, ça pose quelques difficultés mais ça, ce sera pour une autre émission. D’autres choses à dire sur la PrEP ?

Christophe : Il y a quelques jours, a été présenté à la CROI aux Etats-Unis une suite de l’essai Ipergay qui a démontré que la PrEP pouvait marcher à 98% sur les autres IST. Il y a des résultats bons et pas bons.

Sandra : N’hésitez pas à réagir sur le site comitedesfamilles.net

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE