Forum des auditeurs : que veux-dire être séropositif indétectable ?

, par Sandra

JPEG - 255.1 ko
Forum des auditeurs : que veux-dire être séropositif indétectable ?

- Message de GJAM

Bonsoir,
Je souhaitais simplement avoir quelques renseignements.
Tout d’abord, lors de la réception d’un test de dépistage par mail, sous quel format les laboratoires l’envoient-ils ? Est-ce toujours sous format de sécurité tel que le PDF afin que les résultats ne soient pas modifiés ?

Être séropositif indétectable veut-il dire que le résultat au test de dépistage sera négatif bien que le virus soit présent ?

J’ai pris le temps de lire chaque témoignages et me rend compte que beaucoup de personnes s’attardent sur des symptômes spécifiques, je pense néanmoins que bien souvent il n’y en a pas et que c’est justement bien souvent à cause de l’absence de symptômes que les gens ne pensent pas à faire leur dépistage, donc petite question : Des symptômes sont présent à combien de % dans la majorité des cas de personnes infectées ?

Merci d’avance de vos réponses.

Sandra : Christian et Mohamed, avant que je tente de répondre à GJAM, est-ce que vous avez des indications ?

Christian : Là… non, je suis un tout petit peu perdu…

Sandra : Ah là tu es dépassé ! (rires). A mon avis tu sais répondre sur “Être séropositif indétectable veut-il dire que le résultat au test de dépistage sera négatif bien que le virus soit présent ?” Normalement ça tu sais.

Christian : Oui, tout à fait…

Sandra : Tu sais ce que ça veut dire avoir une charge virale indétectable ? Tu es quand même concerné par cet état toi. Tu as une charge virale indétectable.

Christian : Oui, c’est vrai, je suis indétectable mais… (rires)

Sandra : Qu’est-ce que ça veut dire quand ton médecin te dit ça ?

Christian : Ca veut dire que je ne peux plus contaminer.

Sandra : Mais ça ne veut pas dire que le virus est absent de ton corps.

Christian : Tout à fait, il est toujours là. Il est un peu comme paralysé quoi. Il est pour le moment endormi. Il est un peu neutralisé. Je crois que c’est ça, Sandra ? Sans être un grand expert de la science…

Sandra : Aie confiance en tes connaissances Christian ! Tu es quand même concerné par cette pathologie donc aie confiance. Pour t’aider, j’ai cherché sur le site portail vih du Québec et clinique actuel.com, voilà je donne quelques références comme ça.

Le terme « indétectable » est utilisé lorsque la quantité de virus présents dans le sang (la charge virale) est très faible.
La mesure de la charge virale est effectuée à l’aide d’une prise de sang. Elle fait partie du suivi régulier d’une personne vivant avec le VIH. L’objectif du traitement antirétroviral est d’atteindre une charge virale indétectable. Cela indique que le VIH est moins actif dans sa réplication. Et ce ralentissement de l’activité du virus permet au système immunitaire de se reconstruire.
Une personne dont la charge virale est indétectable demeure porteuse du VIH ainsi que des anticorps du VIH. Elle est donc toujours séropositive. Le VIH est toujours présent, même si c’est en quantité plus faible, dans le sang et dans certains réservoirs du corps (les ganglions ou les intestins, par exemple).

Donc même si on fait un test VIH, ça va toujours révéler qu’on est séropositif.

Mohamed : Ce que je conseillerai quand j’entends parler comme ça, parce que ça me fait rappeler les entretiens que j’ai avec mon médecin quand je fais mon bilan, ce que je voulais conseiller à tous les malades, les porteurs du VIH, c’est que quand ils vont consulter, surtout de se renseigner par rapport à ça, par rapport à la charge virale et les CD4. Parce qu’eux, ils parlent en copie et… je sais qu’il y a une marge à respecter pour ne pas être dans le seuil des réplications justement. Alors c’est bien de vous informer et de demander aux médecins si vous êtes encore dans les critères où vous n’êtes pas contaminant.

Sandra : Oui c’est vrai, il faut toujours poser des questions à son infectiologue quand on ne comprend pas, n’hésitez pas. Qu’est-ce que ça veut dire CD4, CD8, charge virale, tout ça, n’hésitez pas. L’infectiologue est là pour ça.

Ensuite, j’ai appelé un écoutant de Sida Info Service, parce qu’il pose la question par rapport aux laboratoires qui donnent les résultats. Normalement, les laboratoires n’ont pas à envoyer les résultats du test par mail. Malheureusement, certains le font encore alors que ce n’est pas recommandé, ce n’est pas éthique. Normalement, c’est le médecin qui doit donner les résultats…

Mohamed : C’est confidentiel.

Sandra : Oui voilà, faut respecter le secret médical. Mais il y a donc des labos qui se permettent d’appeler même les personnes alors que c’est au médecin d’annoncer les résultats, car si on fait son test vih dans un labo, c’est qu’au préalable on a été voir un médecin et que c’est le médecin qui a mis ça sur l’ordonnance, d’aller faire un test. Si jamais au laboratoire on vous dit “on vous enverra les tests par mail”, vous dites non, j’irai faire mon test ailleurs et puis voilà.

Et sinon, sur les questions de contamination, il demandait, il avait des questions sur les pourcentages. Je ne sais pas où est cette personne, si elle est en France ou pas mais donc moi je me suis basée en France. En France, il y a 7000 à 8000 contaminations par an. Ces références je les ai prises dans le rapport Morlat, qui est le rapport de la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH.

Au diagnostic Parmi les personnes découvrant leur séropositivité en 2011 [8], 13 % sont au stade Sida et la diminution de ces découvertes entre 2003 et 2007, ne s’est pas poursuivie ensuite. En 2011, 29 % des découvertes de séropositivité sont très tardives (diagnostic de Sida ou CD4 < 200/mm3 ) et 35 % des découvertes sont précoces (diagnostic de primo-infection ou CD4 > 500/mm3 ). Le diagnostic précoce est plus fréquent en ville, chez les moins de 25 ans, les HSH et les femmes hétérosexuelles nées en France. Le diagnostic très tardif concerne principalement les personnes de 50 ans et plus et les hommes hétérosexuels, nés en France ou à l’étranger quel que soit leur âge.

Voilà, je ne sais pas si j’ai répondu à la question de GJAM mais en tout cas c’est les premières données que je peux donner et puis si jamais GJAM tu veux d’autres informations, je t’invite à lire le passionnant rapport Morlat qui fait je crois 500 pages, donc tu auras toutes les réponses sur le suivi des personnes séropositives et notamment l’épidémiologie.

Chers auditeurs, je vous invite à réagir sur le site comitedesfamilles.net

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE