Forum des auditeurs : « Le préservatif féminin ? Autant se mettre un sac Franprix ! Oh !? »

, par Sandra

JPEG - 1.4 Mo
Forum des auditeurs : « Le préservatif féminin ? Autant se mettre un sac Franprix ! Oh !? »

- Message de Patrick Papazian :

C’est très "segmentant", le préservatif féminin, comme on dit dans le marketing ! Chez mes patientes, une majorité me dit "autant se mettre un sac Franprix, c’est l’horreur" mais une minorité m’affirme que "l’essayer c’est l’adopter", elles se sentent autonomes, ne dépendant pas du mec.

Sandra : Alors, qu’en pensez-vous dans l’équipe ? La comparaison du préservatif féminin au sac Franprix (rires).

Alexandre : Moi, la première fois que j’avais vu ce commentaire, le sac Franprix, ça m’avait fait exploser de rires. Cette comparaison est merveilleuse ! (rires). Après, je ne me prononcerai pas sur les possibles sensations ou quoi que ce soit parce que je ne connais pas en fait. Je laisserai à d’autres personnes…

Sandra : Alors sac Franprix ou pas, êtes-vous d’accord Mohamed et Valérie ?

Valérie : Moi, je dirai juste que ce serait bien que les hommes acceptent aussi que ce soit la femme qui le mette. Peut-être que c’est ça qui devrait évoluer un petit peu, qu’ils se sentent moins macho et que la femme ait le droit de le mettre et qu’ils ne se sentent pas… moins viril si la femme le fait.

Sandra : C’est un peu ce que tu disais Mohamed je crois la semaine dernière. Sac Franprix, t’es d’accord ou pas ?

Mohamed : Moi je trouve ça un peu grotesque (rires). Ca fait un peu trop, faut pas en rajouter non plus. Je pense qu’au niveau des précautions, c’est quand même plus adéquat, même si ça fait un peu… les gens le trouvent volumineux mais je crois qu’il est quand même pratique.

Sandra : En tout cas il est efficace. C’est un moyen de prévention qui existe, autant l’utiliser.

Alexandre : C’est un point de vue intéressant, le point de vue du machisme. Je n’avais pas réfléchi à ça.

Valérie : Eh oui, on a le droit de le mettre aussi nous ! (rires). Ce n’est pas forcément plus beau un préservatif sur le sexe d’un homme que…

Sandra : Question d’habitude.

- Message de JCM

Apparemment les sites de séropos s’occupent toujours de ce qui ne les regarde pas, la prévention des séronégatifs, et n’ont pas avancé d’un poil dans la compréhension du rejet du préservatif. c’est beau l’entêtement, mais comme le reste ça passe du sublime au ridicule très vite.

Sandra : Qu’en pensez-vous de ce message ? Je pense que le préservatif concerne les personnes séropositives et pas que les séronégatifs. Il n’y a pas un monde des séropositifs et des séronégatifs. Avez-vous une réaction à dire pour lui ?

Mohamed : Ca concerne tout le monde. Maintenant, on peut comprendre ses propos un peu virulent car il y a des gens qui s’inquiètent plus pour les VIH que les non VIH. C’est peut-être le mode de communication qu’il faudrait peut-être rectifier. Peut-être que pour JCM les VIH se sont approprié le port du préservatif, au sens, vous les non VIH, vous n’avez pas à en parler. Alors que c’est pour tout le monde.

Sandra : Je termine avec le message d’Inou.

Bonjour,
Je suis du même avis que Arnaud. En même temps, le préservatif masculin a connu le même sort (et continu de le connaitre parfois et c’est dommage !), il y a quelques années. Il a fallu des campagnes d’information et de formations à répétition avant que la majorité des hommes l’adopte. C’est là où j’interpelle les femmes et surtout les mouvements féministes, de femmes ou pour l’émancipation de la femme (eh oui, tous).
Le préservatif féminin permet à la femme de se libérer d’une contrainte : négocier le port du préservatif par son partenaire. Elle a l’opportunité de décider de la protection du rapport sexuel ou non !!!
Comme moyen de contraception ou de prévention contre les infections sexuellement transmissibles, il faut voir le préservatif féminin comme un instrument supplémentaire de libération de la femme.
Pourquoi préserver ma santé doit-il passer par la décision de quelqu’un d’autre si je peux le décider moi-même ?
Pour se faire, commençons par le rendre accessible financièrement, géographiquement et peut-être sur le plan esthétique.
Ensemble, nous vaincrons !

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE