Caen : Sid’accueil accompagne et soutien les personnes vivant avec le VIH

, par Sandra

PNG - 483.3 ko
Caen : Sid’accueil accompagne et soutien les personnes vivant avec le VIH

Début de l’enregistrement.

Marinette Slimani  : Je suis coordinatrice d’une association qui s’appelle Sid’accueil Normandie et qui est basé à Caen en Normandie. C’est une association de lutte contre le Sida qui évidemment fait de l’accompagnement et du soutien pour les personnes qui sont touchées par le virus mais aussi de la réduction des risques avec le programme d’échanges de seringues auprès de la population toxicomane, qui fait de l’information et de la sensibilisation vers tous les publics mais plus particulièrement vers les publics scolaires et puis maintenant qui a une action de dépistage rapide VIH et VHC.

Il y a déjà tout un côté qui n’est pas formel où elles peuvent venir quand elles le veulent, quelquefois c’est simplement boire un café et parler, ça, c’est vraiment une aide psychologique pour un peu rompre aussi leur isolement. Une fois par mois, on organise un après-midi récréatif pour toutes les personnes qui souhaitent venir où là, on réunit tout le monde, un peu pour créer du lien social entre les personnes et où on met une activité, donc c’est soit une sortie culturelle, soit un jeu, tout dépend aussi de saison et ça se termine par un goûter. Evidemment, comme tout le monde, tous les ans, on organise aussi le fameux repas de Noël où tous les bénévoles de l’association, les salariés et les usagers participent au repas.

Un public quand même essentiellement masculin, pas très jeune. Des personnes qui sont contaminées quand même depuis relativement longtemps. Sauf qu’on a une nouvelle population qui nous est envoyé par notre hôpital local, plutôt là des personnes plus jeunes, des parents, des jeunes enfants mais qui sont issues de l’immigration.

Sandra : Et donc du coup, ces deux générations je dirai, puis en plus de cultures différentes, cohabitent très bien dans votre association ?

Marinette Slimani : Pas de souci, c’est comme dans une famille. Les plus anciens sont heureux d’avoir des enfants, les accompagnent. Donc tout se passe très bien. C’est justement ce qu’on veut en fait. C’est vraiment créer le lien social et que nous on se retire un petit peu sur la pointe des pieds et qu’on les laisse ensemble, qu’ils puissent à l’extérieur se rencontrer, se voir, faire des choses ensemble. Et ça se fait.

On les aide d’une façon financière, via des tickets “CAPS”, des tickets services pour acheter de l’alimentaire, rembourser des factures de soins qui ne sont pas pris en charge, des grosses factures de loyer ou d’EDF, c’est ça principalement. Et après, c’est justement le lien social, c’est vraiment pouvoir faire des choses avec elles et pour elles. Surtout dans le domaine du bien-être.

Sandra : Est-ce que tous les usagers arrivent à venir facilement dans votre association ? Parce que nous parfois à Paris déjà il y a des gens qui disent “j’habite en banlieue, j’habite loin, je ne peux pas venir”. Et je sais qu’en province, nous on a une correspondante en Bretagne et parfois c’est la coordinatrice qui est obligé de faire le taxi pour emmener les membres de son association à venir aux activités. Donc chez vous, comment ça se passe ?

Marinette Slimani : Bien évidemment, c’est pareil. La difficulté de se déplacer ou le manque de volonté de pouvoir le faire. Donc nous aussi, les bénévoles et moi-même, on fait un petit circuit avec nos voitures. C’est vrai quelquefois on a mis en place des choses, des rencontres et puis personne ne vient. C’est arrivé. On a organisé une visite à l’abbaye aux dames et puis il y a que deux personnes qui sont venues. C’est comme ça, il faut faire avec.

Dans le cadre du COREVIH, j’ai souhaité animer une commission spécialement pour les femmes, que je co-anime avec une animatrice du planning familiale de Caen. Justement parce que les femmes ont des spécificités différentes, déjà dans la population générale, via leur sexualité, leur mode de vie. Les personnes atteintes du VIH encore plus. Elles vivent encore plus la discrimination. Donc on souhaitait créer une petite rencontre qu’entre femmes où elles puissent parler de leur problématique et une prévention par les paires en fait. Il s’est avéré que ça n’a pas pris le chemin qu’on souhaitait, enfin qu’on avait imaginé en tout cas, mais on est à leur écoute et elles, ce qui a émergé, c’est qu’elles voulaient avoir du bien-être. Donc on a fait venir un coiffeur, on fait du massage, on a fait des séances de sophrologie. C’est ce qu’elles demandaient en fait.

Sandra : Il y a peut-être des personnes en Normandie qui vont vous écouter, des personnes séropositives qui sont encore isolées. Auriez-vous un message pour ces personnes ?

Marinette Slimani : La porte de l’association Sid’accueil leur est forcément ouverte bien évidemment. Je vais donner l’adresse. C’est 9 rue Docteur Vincent, à Caen.

Fin de l’enregistrement.

Alexandre : Je ne sais pas si on a encore le temps pour faire quelques petites remarques…

Sandra : Ah là c’est chaud, on arrive à la fin de l’émission. Donc, je pense qu’on peut inviter les personnes à laisser un message sur le site comitedesfamilles.net, si vous avez des questions et remarques à faire. A vos claviers !

SID’ACCUEIL Normandie
9 rue du Docteur Vincent
14000 CAEN
Tél : 02 31 86 82 82
E-mail : sidacbasnormand@sfr.fr
Facebook : Sid’Accueil