Forum des auditeurs : pas envie de prendre mon traitement / Trans et 20 ans de VIH / Séropositif en couple avec un séronégatif !

, par Sandra

JPEG - 15.4 ko
Forum des auditeurs : pas envie de prendre mon traitement / Trans et 20 ans de VIH / Séropositif en couple avec un séronégatif !

Sandra  : C’est le fameux forum des auditeurs. J’ai sélectionné 3 messages pour cette émission et sans plus attendre nous commençons avec le message de Stéphane.

- Le message de Stéphane suite à l’article quand débuter un traitement

Bref, perso pour le moment pas envie de prendre ça de plus je suis en pleine forme . Cd4 et cd8 (vih depuis juillet 2016 ) sont bons donc faut arrêter de croire que le faite de prendre les arv tout de suite réduit les réservoirs. Ils sont déjà installés dans les premières semaines je pense. Ok ok il faut être indétectable mais à choisir je préfère gagner du temps à mon corps (quitte à réduire mes rapports sexuels ) que d’avoir dans 5 ans les premiers signes des effets des arv. C’est prouvé, le stade sida se développe bien plus tard et se soigne très bien de nos jours. Bref, si des personnes porteurs du vih avec aucun traitement pour le moment et en bonne santé qu’ils viennent faire un témoignage ici merci beaucoup.

Sandra : Voilà, c’est le message de Stéphane et j’ai envie de me tourner vers toi Inoussa parce que je suppose que ce genre de questionnements, ce sont des questions que tu as l’habitude de rencontrer avec les personnes que tu reçois au Comité des familles. Aurais-tu un message à donner à Stéphane ?

Inoussa : Oui, le message de Stéphane recoupe pas mal d’interrogations que beaucoup de patients font. Et si je peux m’adresser à Stéphane, c’est de lui dire de se rapprocher de son médecin traitant pour prendre de plus en plus d’informations. C’est vrai, le traitement ARV est un traitement au long cours. Donc il faut être prêt pour commencer. Rien ne nous oblige à nous précipiter, en tout cas dans quelques cas rares où le traitement ARV peut être entre guillemets d’urgence. Sinon, ce n’est pas d’urgence. Il faut préparer le patient mais il n’en demeure pas moins que le traitement est très important. Très important. Et plus tôt on commence le traitement, mieux ça vaut, parce que l’organisme subit même si on n’est pas en phase sida, l’organisme est en train de lutter en permanence avec le VIH.

Sandra : Oui, et je rajouterai que je comprends tout à fait Stéphane parce que c’est vrai qu’effectivement prendre un traitement tous les jours, ça signifie mettre de la chimie dans son corps. On peut avoir peur des effets secondaires. C’est vrai, on ne va pas le nier, les traitements ont un effet sur le corps. Mais tout de même, en 30 ans d’épidémie, il y a eu beaucoup de progrès sur les traitements. Aujourd’hui les traitements VIH sont beaucoup moins lourds. Les personnes les supportent mieux. Je dis ça parce que j’entends tous les jours des témoignages positifs sur les traitements VIH. Et quand on a la chance de pouvoir bénéficier de traitements VIH, je pense que quand même… il faut se poser la question, y réfléchir et pourquoi pas ne pas profiter de cette chance que tu as Stéphane de pouvoir bénéficier du traitement. Après effectivement, si tu es en bonne santé, je comprends que tu aies envie de préserver ton corps de cette chimie. Mais je rejoins ce que tu as dit Inoussa et n’hésitez pas chers auditeurs à réagir sur le message de Stéphane, sur le site comitedesfamilles.net.

Je poursuis avec le message d’Hélène qui a posté un message suite à notre précédente émission, celle du 13 septembre

- Le message d’Hélène

J’avais gardé une impression mitigée du "comité des familles". Le comité s’adressait à une population spécifique oubliée de la sidacratie, mais on n’entendait qu’une seule voix, avec un discours très agressif à l’égard des autres associations. Visiblement le ton a changé, je vous en félicite. Autrement, que vous dire, j’ai 64 ans, je suis trans, 20 ans de sida, le visage dévasté par les lipodystrophies. Je suis une privilégiée, j’ai un travail passionnant dans un milieu tolérant…J’ai perdu beaucoup d’amis. Il y a les fatigues, les problèmes de mémoires…les problèmes affectifs…mais chez les trans il y a tellement de situations dramatiques que je n’ai pas le droit de me plaindre. Sans être contre la PREP je vous félicite de ne pas rentrer dans son rouleau compresseur. Bon courage.

Sandra : Hélène, merci pour ce message. Elle fait référence au Comité des familles il y a quelques années. Bon, je ne vais pas donner de commentaires mais effectivement le Comité des familles a changé, évolué. En tout cas, contente qu’aujourd’hui le Comité des familles te plaise. Juste un élément sur la PrEP, j’explique, c’est la prophylaxie pré-exposition. Il s’agit en fait de se protéger du VIH, une personne séronégative va prendre un médicament VIH, qui est le Truvada, pour éviter d’avoir une contamination VIH. Et donc c’est vrai qu’il y a ceux qui sont à fond pour la PrEP, ceux qui sont totalement contre et nous on va dire qu’on est entre les deux pour l’instant. Mais effectivement, comme tu dis, on n’est pas rentré dans son rouleau compresseur. On prend le temps de comprendre et de voir ce que ça donne. Je tenais à te remercier Hélène pour ton message. Il y a aussi Bruno Perrine qui est président de l’association du Comité des familles qui t’a laissé un message sur le site et aussi Yann, qui a l’habitude de participer aux émissions et qui a laissé un message. Je ne sais si toi Inoussa tu as envie de laisser un message pour Hélène ?

Inoussa : Je dirai à Hélène, rends-nous visite ! On en parlera.

Sandra : Et n’hésitez pas à réagir sur le site comitedesfamilles.net. Et je prends un dernier message. Je pense que tout le monde peut réagir aussi sur ce dernier message. Le message de Xavier, qui a laissé un message suite à l’article forum des auditeurs : une personne séropositive peut-elle exercer la profession d’infirmière ? / Quoi ! T’es en couple avec un séropositif ?

Bonjour, je suis séropositif depuis 30 ans... et en couple avec un homme séronégatif ! Au début, j’ai eu peur de lui annoncer que je suis séropositif. Mais, je ne voulais pas construire une relation sur un mensonge. Quand je lui ai annoncé, il était surpris, surtout qu’il ne connaissait aucun séropositif. Nous avons continué de nous voir, puis de vivre ensemble. Cela fait maintenant 20 ans ! Cela n’a pas toujours été facile... mais, comme dans les couples de séronégatifs. Au début, il m’a accompagné à des rendez-vous médicaux. Il a pu rencontrer mon médecin et poser des questions. Ma famille l’apprécie, et je connais sa famille. Etre en couple permet de partager, de se confier, d’écouter, de s’encourager mutuellement, d’avoir une vie pleine de sens. Si tu as envie d’être en couple, prends le temps de bien faire connaissance. Mais, ne tarde pas à lui parler. Si cette personne ne t’accepte pas, alors ne regrettes rien. Tu as le droit d’être accepté/e entièrement. Utilise des préservatifs (masculins ou féminins) à chaque fois. L’Amour véritable ne regarde pas la couleur de la peau, la situation sociale ou les autres différences. Il regarde ce qui est en commun et permet de découvrir le reste. Alors, femme ou homme, ne renonce JAMAIS à l’Amour !

Sandra : Voilà, c’est le message de Xavier que je trouve très beau, rempli d’espoir et je suis assez d’accord avec lui. Je ne sais pas si quelqu’un voudrait réagir… Alexandre !

Alexandre : Je suis entièrement d’accord avec lui. Et j’ajouterai même, puisqu’il a dit que l’amour n’a pas de couleur, je dirai même l’amour n’a pas de sérologie en fait. Tout simplement.

Sandra : Je suis d’accord aussi. Quelqu’un d’autre veut réagir ? Non, alors je vous laisse réagir sur le site comitedesfamilles.net et en tout cas Xavier, on te remercie pour ton témoignage.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE