Rubrique culturelle : le premier festival Passeurs d’humanité du 12 au 15 juillet 2018

, par Cristina

PNG - 9.1 ko
Rubrique culturelle : le premier festival Passeurs d’humanité du 12 au 15 juillet 2018

Yann : Amis belles oreilles je vais vous parler tout de suite du premier festival Passeurs d’humanité qui se trouvera dans la vallée de la Roya où j’espère avoir un stand du Comité des familles étant donné que je suis dans cette période-là en vacances sur la Côte d’Azur. Mais je tenais avant, faire un lien important par rapport à ce festival Passeurs d’humanité. Pourquoi il se passe à la Roya ?

Rappelez-vous de cette histoire de ce monsieur qui aidait les migrants et qui aide toujours les migrants. Ils sont un groupe important comme ça de ce passage de l’Italie à la France. Ce monsieur a donc risqué la prison, il a dit devant tout le monde, devant les médias que la prison ne l’arrêterait pas, il se sent humain, donc il est naturel qu’il aide les humains. Ca me fait repenser à ce que l’Abbé Pierre avait fait en 1949 lorsqu’il accueille dans une maison délabrée de Neuilly Plaisance celui qui sera le premier compagnon, George.
A cet homme désespéré, ancien forçat, il dit : « Je n’ai rien à te donner, sauf mon amitié et mon appel à partager nos efforts pour ensemble en sauver d’autre ». Cette rencontre portait en elle toutes les valeurs du futur Emmaüs : l’accueil, le respect de la dignité humaine, la reconnaissance de la capacité de chacun à être acteur de sa vie, la solidarité envers les plus pauvres. 70 ans ont passé, 70 ans au cours desquelles l’action Emmaüs s’est développée et diversifiée dans 37 pays et sur 4 continents.

Alors vous parler maintenant de ce festival c’est très important parce que notre humanité est constituée au fil du temps, elle est faite des mouvements et des hommes et des femmes et de leurs échanges, du partage d’idées, de savoir, de savoir-faire et de gestes, de la diversité, de la biodiversité. Depuis la nuit de temps la vallée de la Roya est une terre de passage entre la France et l’Italie et plus largement entre l’Afrique et l’Europe. Au fil des siècles des étrangers sont passés ici. Certains se sont arrêtés et puis installés, d’autres ont tracé leur route, d’autre encore nés ici sont partis. Toutes et tous font la richesse de cette vallée que nous aimons. Donc ce festival qui aura lieu du 12 au 15 juillet sera celui de toutes et tous ceux qui promeuvent la bienveillance dans les relations humaines. C’est quand même simple d’être conscient qu’une personne souffre, donc ça me vient immédiatement de lui tendre la main, vous comprenez ?

De tout ce qui savent que le repli sur soi c’est le rejet de l’autre, la méfiance de celui qui est différent sont des chemins qui mènent à la barbarie. Nous inviterons à ce festival des philosophes, des écrivains, des artistes. Je rappelle que le parrain est notre ami à la radio Stéphane Sanseverino, nous valorisons ceux et celles qui dans cette vallée font des merveilles par leur travail, leur dévouement, leur créativité, et aussi leurs gestes de solidarité avec les plus démunies comme les migrants chassés par la guerre, la maladie, l’oppression, le dérèglement climatique. En aucun cas l’hospitalité ne peut être considérée comme un délit. Nous valoriserons tous ceux qui innovent dans une agriculture protectrice de la planète et de la santé. Vous voyez, c’est vraiment un festival qui va permettre de se poser les questions. C’est aussi un peu en rapport avec les zadistes qui eux aussi essayaient de proposer des choses même si c’est un autre débat si vous voulez, mais en tout cas je tire mon chapeau à ces hommes qui sont prêts à faire de la prison parce qu’ils partent du principe qu’aider un humain...vous voyez, prenons le cas de ce malien qui a sauvé cet enfant. Est-ce qu’il faut sauver un enfant pour être régularisé, est-ce qu’il faut sauver un adolescent ? Et si on sauve un adulte finalement ?

C’est un geste normal, voilà. Donc c’est vraiment un festival important, c’est quatre jours d’invitation à la rencontre et au débat mais en plus de ça vous découvrirez des beautés, des paysages de montagnes, des rivières et ses merveilles et son histoire singulière. J’espère que comme je suis dans la région à cette période-là pour voir ma maman, avec ma famille je pense bien pouvoir me prendre un petit sac à dos avec nos brochures, nos capotes et avoir un petit stand pendant ces trois jours sur ce festival.

Pour le choix du morceau je vous fais découvrir Chet. C’est un garçon qui a fait un album il y a 8 ans et qui n’en a jamais plus fait parce que finalement la scène ce n’est pas quelque chose dont il se sent à l’aise. Il a une écriture sublime, il travaille pour énormément d’artistes, donc pensez à regarder un peu les gens que vous adorez écouter, très souvent ce n’est pas eux qui écrivent, donc il écrit pour Carmen Maria Vega, et tant d’autres. Le morceau s’appelle Sacha, je vous demande de bien écouter cette griffe sublime.

Diffusion du titre Sacha de Chet

Chet, Sacha

Transcription  : Cristina Rosati