Forum des auditeurs : séropositif ? Non, je ne l’accepte pas ! / Discrimination au travail

, par Sandra

PNG - 62.6 ko
Forum des auditeurs : séropositif ? Non, je ne l’accepte pas ! / Discrimination au travail

- Le message de Mikado suite à l’article Forum des auditeurs : "Suis-je séropositif ?"

Bonsoir Sandra
J’ai vraiment besoin de votre aide. Je vous explique ma situation. L’année dernière à la même époque j’ai fait un test Élisa qui s’est avéré positif. Afin de le confirmer ou non le laboratoire m’a demandé de refaire un test western b 15 jours plus tard qui lui s’est avéré négatif. Pour confirmer le deuxième test on m’a demandé de faire un dernier test concernant la charge virale qui lui s’est avéré positif. On m’annonce donc à ce moment-là que je suis séropo. Plusieurs choses que je ne comprends pas, le WB est le test le plus fiable ? Pourquoi alors me dit-on que je suis positif ?
Suite à cela on me dit que pour le moment je n’ai pas besoin de traitement !? Mais qu’il est préférable de le commencer ! Chose que j’ai faite. Sauf qu’au bout d’un mois j’ai tout arrêté. Ça va faire bientôt un an, un an que je me renferme sur moi-même, un an que je ne vis plus, un an que cette maladie, que j’ai soi-disant, occulte, m’obsède, un an que je suis enfermé avec toutes ces questions car ne l’acceptant pas je n’en parle pas.
Pensez-vous qu’il se peut qu’une erreur soit survenue de la part du laboratoire ? Éclairez-moi je vous en prie car je ne sais vraiment plus quoi faire. Le fait d’avoir commencé ce traitement durant un mois à savoir Triumeq et de l’avoir arrêté du jour au lendemain peut-il fausser les résultats ?? J’attends votre réponse.
Merci.

Corinne Isnard-Bagnis : Moi, je ne suis pas spécialiste du VIH au sens où je m’occupe des complications rénales. Mais c’est sûr que parfois il y a des tests qui sont discordants. Je pourrai juste engager Mikado à revoir une équipe médicale pour discuter de toutes ces questions qui sont vraiment importantes. On ne peut pas rester dans des interrogations. En même temps la présence du virus sur la charge virale, est probablement un élément diagnostic très important aussi. Donc je pense qu’il faut vraiment aller rediscuter de ça avec son équipe.

Yann : Et c’est vrai que le western bloc est vraiment le top de la confirmation d’un test. Donc, il y a peu de chances qu’il n’y ait pas de trace, si le western bloc a donné positif le résultat.

Alexandre : Bah justement, le western bloc lui a été négatif. Et c’est les deux autres tests qui ont été positifs.

Sandra : Moi aussi je ne suis pas spécialiste. Mais bon, après je ne sais pas quand est-ce qu’il aurait pu être contaminé. Il y a plein de facteurs qui rentrent en jeu. En tout cas, ce qu’on peut lui dire c’est de prendre courage et à revoir une équipe médicale. Peut-être, s’il veut refaire un test, auprès de l’association AIDES qui font les tests rapides. Et là, il y a des personnes qui sont là pour expliquer comment ça se passe, comment on vit avec le VIH. J’ai moi-même été dans certaines associations et les gens sont vraiment adorables, ça se passe bien. C’est chaleureux. Et puis bah nous aussi on est là, au Comité des familles. On peut très bien être une écoute attentive, s’il a besoin de parler. On est toujours dans l’écoute, sans jugement. Mikado, tu peux nous appeler au 01 40 40 90 25 ou bien on peut correspondre aussi par mail.

Alexandre : Merci. On va passer au deuxième message, celui de Tran.

- Le message de Tran suite à l’article Les raisons pour une personne séropositive de demander le statut travailleur handicapé

Quand on porte des ragots sur la situation d’une personne sur le point d’avoir un emploi et ces ragots vont jusqu’aux oreilles de l’employeur qui décide de changer d’avis de ne plus embaucher est-ce grave le fait de dire qu’elle touche les AAH ? Elle a x maladie sans arrêt, les gens font des divulgations pour que les employeurs n’embauchent pas c’est très dégueulasse en plus de porter atteinte à la vie privée,
on porte le fardeau de discrimination pour un emploi en FRANCE depuis 5 ans comment faire et réagir des critiques disant c’est bien fait pour elle elle eu ce qu’elle mérite

Yann  : D’où l’intérêt de la reconnaissance de travailleurs handicapés qui permet aussi de passer directement par CAP Emploi et plus par Pôle emploi, où là en fin de compte on essaye de trouver la personne qui a un handicap, la profession dont elle est capable de faire. Et je rappelle qu’il y a énormément de sociétés qui emploient des personnes à reconnaissance handicapée vu que c’est un droit et une obligation pour les entreprises de plus de 100 ou je ne sais plus exactement combien d’employés. Autrement, ils payent des amendes très importantes. Donc moi, pour mon cas, j’ai été très bien reçu par CAP Emploi où on a pu travailler ensemble. En plus, on a un seul et même référent, ce qui est quand même très appréciable. Et cette reconnaissance de travailleurs handicapés, malgré tout, elle est quand même relativement donnée facilement vu qu’elle n’apporte que cette aide-là. L’accès à l’emploi plus juste pour la personne en souffrance ou en handicapée.

Alexandre : Donc CAP Emploi accessible sur Internet ?

Yann : Absolument et puis voir avec le médecin, l’infectiologue, c’est l’infectiologue qui remplit la demande avec la COTOREP, enfin, comme ça ne s’appelle plus la COTOREP mais la MDPH. Donc voilà, c’est mon conseil que je donne.

Sandra : Si j’ai bien compris le message, je crois qu’elle a une collègue qui malheureusement subit des discriminations parce que ses collègues supposent qu’elle est séropositive et donc il y a des ragots, tout ça. Donc effectivement, non, ce n’est pas normal. Normalement, le médecin du travail est là pour protéger les employés. Je ne sais pas comment ça se passe dans son boulot mais donc on a déjà eu le témoignage ici d’une personne séropositive, c’était Laura, qui a subi des discriminations de la part de ses collègues et son médecin du travail l’a aidé pour pouvoir s’en sortir, pouvoir porter plainte contre le patron. Le médecin du travail il est lui aussi soumis au secret médical et donc il est là vraiment pour protéger les salariés. Si cette personne subit des discriminations, qu’elle n’hésite pas à en parler au médecin du travail. Sinon, si ça se passe toujours mal, bon… travailler dans un endroit où on est rejeté, c’est très compliqué donc… changer de boulot mais ce n’est pas simple non plus de changer. C’est compliqué, il faudrait qu’on ait la situation complète de la personne. En tout cas, qu’elle ne reste pas seule dans son problème et qu’elle trouve des moyens de porter plainte. Il y a aussi le Défenseur des droits qui est là pour ça. N’hésitez pas à en parler.

Christian : Ici en France, il y a quand même des structures qui prêtent attention par rapport à des phénomènes comme ceux-là. Comparativement à d’autres pays comme là où moi je viens, où on s’en fout, tu peux te plaindre nulle part et donc vraiment encourager cette personne davantage d’essayer d’aller toucher là où il faut pour entrer réellement dans ses droits quoi. Ce n’est pas normal.

Alexandre : Et ne pas hésiter à aller voir les associations qui peuvent l’aider aussi.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE