Forum des auditeurs : enceinte et séropositive, j’ai quitté la Côte d’Ivoire pour ne pas subir le regard de ma famille

, par Sandra

JPEG - 152.2 ko
Forum des auditeurs : enceinte et séropositive, j’ai quitté la Côte d’Ivoire pour ne pas subir le regard de ma famille

- Message de aaaa

Bonjour, je viens d’arriver en France irrégulièrement. Je suis enceinte de 6 mois et déclarée séropositive, quelle mesure dois je suivre pour espérer accoucher dans de bonnes conditions, éviter que mon bébé soit infecté et me faire traiter tout en vivant légalement en France et en cherchant à travailler pour ne pas toujours dépendre d’aides sociales ??? J’ajoute que j’ai quitté la Côte d’ivoire car ma famille commençait à me voir d’un autre oeil a cause de mon statut et ça devenait pesant, je n’avais pas envie d’accoucher dans ce genre de conditions et chaque jour prendre des médicaments à vie avec des regards moqueurs. MERCI DE NE PAS JUGER !

Christian : Moi je pense vraiment que aaaa, tu n’as pas à t’inquiéter. Très sincèrement. Rapproche-toi du Comité des familles ou alors cherche une association. Tu vas rencontrer une assistante sociale qui va te prendre en main. Les femmes, excusez-moi, souffrent moins ici que les hommes. Tu es enceinte. Vraiment, c’est le paradis pour toi maintenant.

Sandra : N’exagère pas…

Christian : Mais Sandra, ces femmes sont logées, elles sont nourries, elles sont seules dans des chambres.

Sandra : J’en ai vues des femmes enceintes à la rue.

Christian : La plupart, il faut dire que la plupart des femmes enceintes, soit elles n’ont pas l’information, si elles sont malades, elles ne sont pas informées. Mais une fois que tu reçois l’information, tu sais qu’en allant taper chez Aides ou Aurore…

Sandra : Oui, oui, il y a des solutions. Mais de là à dire que c’est le paradis… je veux aussi la prévenir que ça va être un parcours du combattant. Ca va être difficile.

Christian : Je ne veux pas davantage lui faire peur…

Sandra : Oui, d’accord. Mais il faut lui dire la vérité.

Christian : Je veux lui donner tout l’espoir, qu’elle comprenne que oui, il faut déjà qu’elle fasse son enfant, quand elle va commencer à suivre bien sa trithérapie, l’enfant sera protégé et si elle suit ça très bien, il y a des possibilités que l’enfant déjà naisse sans avoir la maladie et puis, vraiment qu’elle se rapproche du Comité des familles, des différentes associations, qu’elle cesse de se lamenter. Oui, ce n’est pas du miel, ce ne sera pas très doux mais au moins ce sera passable, on va lui expliquer un certain nombre de choses. Je crois que ça va aller.

Mohamed : Je pense aussi qu’elle s’inquiète énormément. Ici, elle a les possibilités de pouvoir non seulement se soigner mais pouvoir prétendre à un accouchement simple de son enfant. Après, il ne faut pas qu’elle soit trop gourmande, il faut procéder étape par étape. Tu accouches d’abord, tu mets ton enfant au monde, tu t’en occupes, tu fais en sorte qu’il ait une bonne santé et puis tu prends soin de toi. Tu vas t’occuper de toi, tu vas rencontrer des associations. Si tu es de la région parisienne ou de la province, peu importe. En région parisienne, il y a Ikambéré qui s’occupe bien des jeunes femmes. En province aussi, il y a des réseaux de femmes qui aident à accoucher, qui accompagnent. Tout simplement, faut te battre.

Sandra : Tu peux nous appeler au 01 40 40 90 25 si tu veux qu’on parle avec toi de vive voix.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE