Wilson : « Je ne pense pas qu’annoncer sa séropositivité soit bénéfique »

, par Sandra

JPEG - 3.2 Mo
Wilson : « Je ne pense pas qu’annoncer sa séropositivité soit bénéfique »

Sandra : Je voulais savoir, au Congo ok, pas de de problème, tu arrives à en parler. Mais ici, en France, en région parisienne, est-ce que tu arrives à en parler autour de toi, est-ce que tu peux dire sans problème à tes amis que tu es séropositive ?

Rosita : Bon, peut-être le dire, ça dépend de l’affinité que j’ai avec cette personne parce que j’en parle. Quand on est vraiment à l’aise, à une connaissance mais je ne le dirai pas à une personne que je connais à peine. Mais je peux en parler, je n’ai pas de problème pour en parler.

Wilson : Je rajouterai qu’en fait, d’expériences, des personnes qui sont touchées par la pathologie, en parler c’est toujours un réel soucis alors qu’il y a des campagnes pour lutter contre la maladie, contre le VIH, il y a toutes ces campagnes de sensibilisation mais en parler toujours c’est toujours très délicat dans la mesure où ça crée toujours beaucoup plus de l’empathie en fait, de la pitié en fait et donc les gens qui sont touchés par la maladie à un moment donné, ils ne cherchent pas de la pitié, ils cherchent une écoute, point. Je ne pense pas qu’à la fin c’est bénéfique pour ces personnes touchées qui font l’expérience de le dire comme ça, elles se rendent compte que ce n’est pas bénéfique et finalement se murent dans un silence parce qu’au fil du temps, ce n’est pas bénéfique, presque de façon terre à terre oui je l’ai dit, ils l’ont dit et après ? Qu’est-ce que ça apporte de plus ? Donc au final je pense que ces personnes elles revoient leur capacité de la disibilité de la maladie.

Sandra : Vos réactions sur le site comitedesfamilles.net.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE