Rubrique culturelle : Astor Piazzolla, un génie argentin du tango

, par Sandra

JPEG - 2.6 Mo
Yann
Rubrique culturelle : Astor Piazzolla, un génie argentin du tango

Yann : Nous partons en Argentine avec le grand Astor Piazzolla pour le morceau « Libertango ». Moi j’ai découvert, j’avais déjà entendu ce morceau joué au bandonéon par ce grand maître né en mars 1921. Il part à New York avec sa famille de 1924 à 1937. Il commence à 9 ans le bandonéon, donc c’est un petit accordéon, et deux ans plus tard, il s’attaque au piano. C’est en 1952 qu’il obtient une bourse pour étudier en France car très boycotté dans son pays pour son nouveau tango, en fin de compte. Il amenait au tango quelque chose de nouveau qui gênait un petit peu tous ces puristes. Et c’est en 1963 qu’il rentre chez lui enfin, avec son quintette, convaincu que le tango est aussi et surtout une musique à écouter. En 1971, il fonde Noveto, avec lequel il conquiert le monde. Ce morceau, « Libertango », vous avez certainement dû l’entendre chanter par Grace Jones, par Catherine Ringer qui avait fait un superbe album il y a encore deux ans avec Gothan Project. Il y a l’énorme accordéoniste qui a sorti un album entier en hommage à Piazzolla qui s’appelle Richard Galliano, donc voilà, qu’on aime ou qu’on n’aime pas le tango, qu’on aime ou qu’on n’aime pas le bandonéon, difficile de ne pas ressentir cette sensibilité qui est propre à cette musique, donc je suis ravi de vous faire partager ce petit morceau très court de 3 minutes et quelques, « Libertango », d’Astor Piazzolla.

Sandra : Merci d’avoir suivi cette émission, rendez-vous la semaine prochaine, nous parlerons d’ETP, éducation thérapeutique au patient, bye bye !

Transcription : Alexandre Bordes