L’Etape du Tour 2015, réalisée par Jean-Paul, séropositif depuis 30 ans

, par Sandra

JPEG - 606.4 ko
Jean-Paul en mode entraînement
L’Etape du Tour 2015, réalisée par Jean-Paul, séropositif depuis 30 ans

Sandra  : Alors il y a Jean-Paul qui nous appelle, alors je vais le mettre à l’antenne. Bonjour, Jean-Paul.

30 ans de VIH et un vélo

Yann : Hi, Jean-Paul.

Sandra : Allô ?

Jean-Paul : Oui.

Sandra : Bonjour Jean-Paul. Bienvenu à l’émission de radio « Vivre avec le VIH ».

Jean-Paul : Merci.

Sandra : Il y a aujourd’hui, à l’émission, Yann, qui est là, qui va te saluer.

Yann : Bonjour Jean-Paul, bienvenu.

Sandra : Tu nous entends bien ? Ok. Et il y a aussi, Joëlle qui est là.

Yann : Alors on a aussi, une amie du Comité des familles mais qui pour la première fois vient, comme ça pour découvrir la radio, notre énergie et tout ça mais je suis sûr qu’elle va y prendre goût.

Sandra : C’est l’invité mystère (rires).

Yann : L’invité mystère mais bientôt vous pourrez entendre cette voix magnifique.

Sandra : Alors Jean-Paul tu nous appelles d’où ?

Jean-Paul : J’appelle de Bordeaux.

Sandra : de Bordeaux, il fait beau là-bas non ?

Jean-Paul : Il fait beau aujourd’hui oui.

Sandra : Et donc tu nous appelles pour parler et bien d’un défi que tu as envie de réaliser. Est-ce que tu peux nous raconter cela ?

Jean-Paul : C’est simple chaque année depuis une vingtaine d’années, le Tour de France cycliste propose une étape aux amateurs, c’est-à-dire, sur le parcours du Tour de France il y a une étape identique qui est proposée aux amateurs, en montagne à chaque fois, donc cette année le défi c’est que je vais la faire donc c’est 142 km dans les Alpes avec quatre ascensions de cols voilà donc c’est costaud et ça demande pas mal de préparation, voilà pour le défi.

Yann : Big up, bravo bravo ! Et tu es toi-même un cycliste averti forcément ?

Jean-Paul : Là-dessus, j’ai fait du vélo tout petit pas mal comme tout le monde d’ailleurs avec des petites roues pour commencer mais on ne va pas revenir aussi loin. Ensuite, j’en ai fait épisodiquement disons que tant que je me mettais dans des périodes sportives, c’était surtout le vélo que je pratiquais, par goût, parce que je n’aime pas courir. Quand on veut faire un peu d’exercice, le vélo c’est bien pratique et puis depuis 2 ans j’ai arrêté de fumer donc là pareil, me reprendre en main, me remettre en forme et je me suis dirigé vers le vélo, ça fait un an et demi que je roule vraiment, régulièrement quoi.

Sandra : Tu as quel âge Jean-Paul, si ce n’est pas indiscret ?

Jean-Paul : J’ai 52 ans et j’en aurai 53 au jour du défi.

Sandra : Donc, quel est le message que tu souhaites faire passer en participant à cette étape du Tour de France ?

Jean-Paul : Le message alors c’est, donc pour préciser mais ça on s’en doutait, c’est que je suis séropositif depuis 30 ans. C’est pile cette année que ça fera 30 ans en septembre. Donc le message c’est que j’ai eu une partie de chance et puis une partie de traitement qui ont bien fonctionné puisqu’aujourd’hui j’arrive à faire des performances sportives quand même pas trop mauvaises, et qu’on peut garder une qualité de vie satisfaisante même en passant par des phases difficiles. C’est ça que j’ai appris c’est que j’ai passé jusqu’en 2013, 3 ans au lit en étant très affaibli, fatigué, épuisé et puis au bout d’un moment, j’ai retrouvé le petit soupçon d’énergie qu’il fallait. Quand même quand on arrive au fond, on met un coup de talon pour remonter vers la surface et puis voilà, ça s’est enchainé comme ça. Donc je voudrais que ça puisse servir à d’autres cette expérience, oui, de renaissance on peut dire et puis bon parce que physiquement je pouvais et puis c’était surtout psychologiquement que j’ai eu cette période difficile et puis voilà maintenant ça va beaucoup mieux donc c’est ça le message. La qualité de vie qu’on peut avoir, au bout de 30 ans de VIH, l’espérance de vie et tout ça quoi et puis même effacer certaines traces des traitements par le sport, les lipodystrophies des choses comme ça, tout ça peut, ça peut se récupérer plus ou moins et puis voilà. Et puis arrêter de fumer aussi c’est la meilleure chose que j’ai faite aussi durant cette période.

Yann : Bon, il y a de l’amour derrière toute cette motivation ? Qu’est-ce qui se passe ? C’est génial tout ça.

Jean-Paul : Disons que c’était un rebond comme je disais après une période difficile. Il y avait la crise de la cinquantaine qui était là aussi je pense. Elle peut arriver à d’autres âges donc elle porte d’autres noms parce qu’on peut l’avoir à 40 ans, enfin peu importe chacun fait la sienne à un moment ou l’autre. Mais c’est ça, c’est que le VIH s’additionne à ça, c’est des éléments qui font que la vie n’est pas toujours facile, et puis on peut reprendre du poil de la bête et puis voilà refaire les choses qu’on croyait plus possibles. Non, il n’y a pas d’amour particulier, je n’ai rencontré personne, si peut-être que j’ai décidé de m’aimer un peu plus, ce qui n’est pas toujours évident, c’est une étape à franchir.

Yann : Et puis de toute façon avec le corps sculptural que tu vas avoir après cette performance tu vas tomber quoi. Ça va tomber ! C’est ce que je te souhaite mon Jean-Paul.

Jean-Paul : C’est accessoire mais pourquoi pas oui oui.

Sandra : Et ben donc, du coup toi ça te parle parce que toi aussi tu as une certaine expérience dans le VIH ?

Yann : Oui et puis moi je fais du vélo, j’aime le vélo. J’ai toujours aimé le vélo parce que je trouve que dès qu’on monte sur un vélo, il y a l’esprit qui s’envole un petit peu, on est hors temps je trouve mais enfin je ne te dirais pas que je fais du vélo, de manière intensive, comme notre ami Jean-Paul mais c’est toujours un plaisir d’être sur un vélo oui.

Jean-Paul : C’est exactement ce que je ressens aussi, c’est vraiment très bon pour la tête parce que l’effort peut être dosé, on n’est pas forcément dans les mêmes souffrances qu’en course à pied et du coup on peut tenir longtemps, plus facilement quoi. Parce que dimanche par exemple à l’entrainement j’ai fait 170 km donc voilà, c’est à peu près ça.

Yann : C’est énorme !

Sandra : Ça prend combien de temps 170 km en heure ?

Jean-Paul : Sur le vélo à rouler, 6 heures à peu près.

Sandra  : Waouh, avec des arrêts ?

Jean-Paul : Oui en temps de déplacement ça fait 6 heures, en temps total, il faut rajouter 1h30

Sandra : Ah ouais d’accord.

Yann : Tu es presque à du 30-35 km à l’heure ?

Jean-Paul  : Oui 30. Sur les sorties plus longues c’est un peu moins rapide, mais sur des sorties…

Yann : Ah oui, c’est quand même un niveau très haut là non ?

Jean-Paul : À 100 km, j’arrive à tenir 35 km par heure de moyenne sur 100 km, si les conditions sont bonnes.

Sandra : Félicitations ! Alors c’est quand cette étape que tu vas courir ?

Jean-Paul : Alors ça sera exactement le 19 juillet et le parcours sera St Jean de Maurienne à La Toussuire, donc c’est une boucle autour de la Maurienne, où on escalade 4 difficultés principales, le 19 juillet voilà.

Yann : Alors Jean-Paul tu as un sponsor, tu as une équipe qui te suit, tu as une association VIH qui s’est intéressée autour de ton action, vas-tu mettre un tee-shirt 30 ans déjà ? Auras-tu des groupies qui essaieront de courir après toi avec des grandes affiches et panneaux : durer dans le VIH c’est possible. Jean-Paul en est la preuve. Enfin dis-nous visuellement comment tu vas faire pour que ça devienne un effet boomerang et qu’on ait tous envie d’aller sur des vélos l’année prochaine pour te rejoindre.

Jean-Paul : Pour les groupies, j’aimerais bien mais ce n’est pas encore au programme mais pour le reste j’ai un partenaire en coaching qui s’appelle WTS coaching qui me donne des programmes d’entrainement et ensuite j’ai signé dans un club récemment pour pouvoir faire des entraînements collectifs et courir un peu sur les petites courses locales en préparation donc je suis au SAM Mérignac, un club omnisports de la banlieue bordelaise, et puis là j’ai les sponsors du club, avec Véloland le partenaire pour le matériel, donc ça c’est les partenaires, qui m’aide de façon et d’autres, et puis après je recherche des bonnes âmes prêtes à contribuer sur le projet tel qu’il est placé là sur ULULE en financement participatif.

Sandra : Joëlle avait une question pour toi Jean-Paul.

Joëlle : C’était pour rebondir, vous avez créé votre projet sur la plate-forme de crowfunding ULULE, et donc il y a deux semaines donc vous aviez réuni, autour de 770 euros, à combien vous en êtes aujourd’hui ?

Jean-Paul : Très exactement à l’heure qu’il est j’en suis à 1 056 euros, et il reste 25 jours. Donc le principe c’est d’atteindre la somme de 3000 euros, autrement à l’échéance je ne touche rien donc c’est un peu…

Sandra : Et ces 3000 euros alors ils servent à quoi ?

Jean-Paul : Alors ils vont servir principalement à acheter un vélo, parce que c’est le plus gros poste de dépenses. Je n’ai pas de vélo adapté. Pour l’instant je m’entraine avec un vieux vélo qui a une quinzaine d’années, les vitesses passent mal, enfin des problèmes techniques et donc on ne peut pas le remettre en l’état donc c’est disproportionné par rapport à la valeur du vélo. Il faut que je trouve un vélo neuf et ça coute par rapport à ce qu’il faut aujourd’hui pour courir à 2000 euros, c’est une somme importante, que je n’ai pas à ma disposition, puisque je touche que les 800 euros d’AAH par mois donc c’est un peu difficile. Ensuite un peu de matériel et le séjour, le trajet et l’hébergement bon, qui ne coutera pas cher puisque j’ai un vieux camping-car et je dors dedans, voilà donc ça nous amène à un budget de 3000 euros, et puis on en est au tiers avec 50 personnes qui ont contribué.

Yann : On peut déjà féliciter toutes ces personnes qui t’aident par cette bannière participative. Tu as fait un petit courrier à ces fabricants en leur demandant une aide ? Ca peut les intéresser de mettre en valeur quelqu’un comme ça qui est dans l’effort et qui est dans le combat d’une maladie.

Jean-Paul : Je fais les deux en parallèle, j’ai contacté beaucoup d’associations, sur le projet, il est au 19 juillet donc j’ai un peu plus de temps, alors que la période de crowdfunding se termine le 10 avril, là c’est plus court et là il nous reste 25 jours, donc j’axe beaucoup sur cette partie-là pour l’instant et en parallèle oui j’ai d’autres contacts, avec les médias, bon ça bien sûr puisque ça relaie très bien, avec le milieu associatif aussi mais bon après, ce qui est plus partenariat officiel avec des fondations ou autre, je n’ai pas les portes d’entrée et puis après voilà, c’est un peu la difficulté de la prise de contact, je n’ai pas d’attaché de presse non plus pour m’aider donc voilà je fais tout par mes propres moyens.

Sandra : Une dernière question parce qu’on a un autre appel à recevoir. Oui ?

Yann : Non c’était pour savoir, je ne sais pas l’équipe radio, Joëlle, t’as une idée de communication peut-être qu’il puisse un peu contacter les fabricants tout ça ?

Joëlle : Les plates-formes de crowdfunding sont un bon moyen de récolter des fonds.

Yann : Oui, non mais je parlais surtout des fabricants de vélo. Comment on peut faire pour taper chez les gens qui fabriquent en leur demandant une aide sur ce projet peut-être.

Sandra : Oui peut-être ben je suppose, que Jean-Paul l’a déjà fait. Oui on peut réfléchir à la question ensemble. Oui oui. Et justement Jean-Paul, si on veut t’aider, si on veut te donner un peu de sous ou te soutenir, on fait comment ?

Jean-Paul : Alors on peut aller directement sur ulule.com et taper dans le moteur interne, 30 ans de VIH, on arrive sur le projet, ensuite, on peut faire un don avec une contrepartie, puisqu’on offre des cadeaux en échange des participations de chacun donc c’est en allant sur ulule.com, et taper 30 ans de VIH, en recherche, à moins que je sois sur la page d’accueil directement mais si ce n’est pas le cas, je vérifie en même temps. Non non mais on trouve facilement. À partir du moment où on est sur ululue et qu’on tape le projet dans leur moteur de recherche.

30 ans de VIH et un vélo

Sandra : D’accord, je mettrai sur le site comitedesfamilles.net et la page, enfin le lien qui va vers ulule pour ton projet. En tout cas bon courage, bonne continuation, et puis ben j’espère que tu nous feras une belle étape du Tour de France, ça va être super quoi.

Jean-Paul : Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de tout ce qui se passera après oui oui avec plaisir merci beaucoup pour les encouragements.

Yann : Et pense à nous envoyer quelques photos sur le site ou tu te rapproches de Sandra et puis on essaiera de les mettre sur le site ou de faire quelque chose autour de ce projet moi je trouve ça chouette.

Sandra : Si je pouvais y aller même ce serait top quoi.

Yann : Tu m’étonnes.

Jean-Paul : Avec plaisir.

Sandra : Merci Jean-Paul.

Jean-Paul : Merci à vous, au revoir.

Transcription : Joëlle Hist