Rubrique culturelle : Karl The Voice, chanteur de soul qui sillonne différents styles musicaux

, par Sandra

JPEG - 2.9 Mo
Karl The Voice
Rubrique culturelle : Karl The Voice, chanteur de soul qui sillonne différents styles musicaux

Sandra : Aujourd’hui, nous recevons Karl The Voice pour la rubrique culturelle, un artiste que Yann a invité pour vous chers auditeurs. Yann, à toi la parole.

Yann : Oui, merci à tous. Amis belles oreilles, je voulais vous faire un petit coup de projecteur d’abord sur notre ami Jean-Jacques Simon, qui sort son deuxième livre, “Ma place au soleil”, 30 ans de vie commune avec le VIH. Effectivement, ça n’a rien à avoir avec Yvonne qui est vraiment dans la peine encore, dans 9 ans de difficulté à écrire son témoignage. Notre ami, plus connu sous le nom de Jacko parce que c’est un militant très actif pour la dépénalisation du cannabis à l’usage thérapeutique, et voilà, je sais que tu vas le recevoir bientôt dans l’émission. Donc, c’est “Ma place au soleil, 30 ans de vie commune avec le sida”, éditions Max Milo.

Je vais revenir tout de suite à toi Karl, mais avant ça je voulais parler du groupe dont il y a une date prévue le 30 octobre, au Tamanoir et qui s’appelle Push Up. Vous êtes 8 sur scène, 8 avec des univers très différents et vous arrivez à faire de ce moment-là, de la black soul, funky coalition, rock… comment pourrait-on définir ce son des Push Up ?

Pour acheter son billet pour assister au concert de Push up vendredi 30 octobre, cliquez-ici

Karl The Voice : Ah moi j’aime bien comme définition. On fait de la musique issue de la musique afro-américaine en gros, mais avec en plus nos influences communes et respectives qui sont le rock, le blues, la soul, le funk, le reggae…

Yann  : Est-ce que je peux me permettre de parler d’un album concept et d’un visuel et d’une scène concept, étant donné qu’on parle, il y a un fil dans ce dernier album, 2e album sur cette formation que vous sortez, qui est ce monsieur dont on parle, monsieur Brown.

Karl The Voice : Monsieur Quincy Brown. C’est un ami à nous qui vit dans le 18e et comme on est un certain nombre à avoir habité ce quartier. On a eu envie de raconter son histoire. Le premier album c’était une journée particulière de Quincy. C’était une journée où il s’apercevait qu’il avait un gros problème, c’est qu’il avait perdu son boulot, sa femme qui était partie, il était tout seul avec ses deux enfants. Donc voilà, il était dans un questionnement existentiel. Et nous, on représente un peu ce qui se passe dans sa tête et aussi son environnement humain.

Yann : Il est au courant de… ?

Karl The Voice : Oui, il sait qu’on parle de lui.

Yann : C’est un groupe de fusion je dirai qui, avec des voix envoutantes, comme celle de la diva on va dire,

Karl The Voice : Sandra Nkake !

Yann : Sandra Nkake. Le poète ?

Karl The Voice : Allonymous .

Yann : Qui fait lui aussi partie d’un autre groupe.

Karl The Voice : De Afrorockerz. L’influence de base étant l’afrobeat, mais qu’ils ont décliné avec leur inventivité et leur background.

Yann : Je ne peux oublier la flûte envoutante et divine de Jî Drû, qui lui aussi est connu en tant que Jî Mob.

Karl The Voice : C’est un concept qu’il a parallèlement.

Yann : Plus house là du coup ?

Karl The Voice : Non, qui à la base était plus jazz, qui a viré vers un jazz un peu rock on va dire et qui est très intéressant.

Yann : Pour les claviers nous avons l’extra groovy de Jean Fi Dari, qui est partout ?

Karl The Voice : Oui, il est tellement talentueux que voilà…

Yann : Donc moi je suis un novice, je vous ai vu qu’une fois au Sub à Vitry. J’en suis ressorti en me disant qu’il va falloir se battre pour que la sécu subventionne, non pas le groupe, mais en tout cas rembourse les billets, parce que j’ai eu une pêche pendant 5-6 jours, je vous assure. C’est pour ça que je vous conseille d’y être le 30 octobre, au Tamanoir, à Gennevilliers. Il reste quelques places, à un tarif réduit de 6 euros, et 12 euros en plein tarif.

JPEG - 2.9 Mo
Yann et Karl The Voice

Pour parler un petit peu de toi. Tu es né à Paris, et tu es Martiniquais.

Karl The Voice : Oui, Martiniquais d’origine, les deux parents.

Yann : D’accord, tu avais commencé avec Taxi Girl, moi ça me parle beaucoup parce que Daniel Darc, parce que toute cette époque, …

Karl The Voice : Parce que Laurence Sinclair…

Yann : On est au début des années 80 là ?

Karl The voice : Oui, 1980-81. Moi, j’ai fait partie de Taxi Girl pour faire la première tournée officielle du groupe en tant que bassiste à l’époque.

Yann : D’accord. Avant de passer quelques morceaux qu’on a choisis, pour faire connaitre un petit peu plus aux auditeurs qui seraient passés à côté de toi, au début des années 90, tu participes, tu fais ton premier single, tu participes à beaucoup de projets avec Stomy Bugsy, Teri Moïse, Passi, les Neg marrons, excusez-moi pour mon anglais, je vois Karl qui fait des grands yeux assassins (rires).

Karl The Voice : Ça va (rires).

Yann : La BO de Taxi 1, I am. On va tout de suite se régaler en écoutant quelques-uns de tes projets et participations

Diffusion d’un extrait du titre “Playin 4 the city”

Karl The Voice : Alors ça, c’est Playin 4 the city, c’est un concept qu’on a monté avec un ami, qui s’appelle Olivier Portal, qui est le fils de Michel Portal, jazzman célèbre, et qui est venu ce concept à la suite des expériences sur une radio qui s’appelle radio Nova, qui à l’époque, avait la bonne idée de faire des mix en direct, et donc j’ai été convié par Loïc Dury.

Yann : De toute façon, on va en reparler de ce fameux Loïc Dury.

Karl The Voice : Oui.

Yann : Deuxième morceau, c’est “Music is my life”

Diffusion d’un extrait de “Music is my life”

Karl The Voice : Donc ça, c’est un projet qu’on avait monté avec les gens qui ont fait un label, qui s’appelait La Plage records et ça nous a amenés à nous déplacer… enfin on a monté un concept de groupe, de funk live house. Le concept du groupe s’appelait Playa Grande et le label s’appelait La Plage records. J’ai fait ce music is my life sous mon nom, Karl The Voice.

Yann : Et tu as aussi fait pour les amoureux de la love music !

Diffusion d’un extrait du titre “Mon île”.

Karl The Voice : Ça, ça s’appelle “Mon île”. Et c’est un projet solo qui est sorti sur un label américain, de Chicago, qui s’appelle ConcreteMusicGroupLL

Yann : Donc, on peut s’accrocher à trouver bientôt une galette de Karl The Voice ?

Karl The Voice : C’est dans les tuyaux en ce moment.

Yann : Yeah !

Karl The Voice : Il en est fortement question.

Yann : C’est très beau ce morceau, j’aime beaucoup. Et alors dans une autre fraterie, tu as fréquenté beaucoup les amis du rap.

Karl The Voice : Ah bah oui, on a déjà donné une liste non exhaustive mais…

Yann : Le morceau que nous allons entendre a cartonné terrible…

Karl The Voice : Et il continue à passer apparemment, c’est devenu un classique du genre. Ça s’appelle “Par tradition, appelle-moi le gros” et c’est avec Rim’K du 113.

Diffusion d’un extrait du titre “Par tradition, appelle-moi le gros”

Karl The Voice : Donc voilà, ça c’est quelque chose qui a tourné beaucoup dans les têtes et les oreilles.

Yann : Donc là, on revient sur Push Up, “The Day after”. C’est Zik Nation live session. Tu nous rappelles un petit peu, vous vous retrouvez dans un appartement et…

Karl The voice : Oui, on fait un acoustic, une version du morceau, le morceau qui a donné le nom à l’album The Day after

Diffusion d’un extrait du titre “The Day after”.

Karl The Voice : Donc ça, c’est “The Day after” mais c’est la version acoustique, quand on l’a fait sur scène c’est très différent.

Yann : Ça envoie ?

Karl The Voice : Oui, c’est très festif. C’est un morceau qu’on fait avec le public en fait.

Yann : Je tiens à te remercier. Je crois que Sandra a une petite question à te poser.

Sandra : J’en ai même deux !

Yann : Avant qu’on ne finisse avec “Kiss from the devil”. Et qu’on vous retrouve surtout sur scène le 30 novembre au Tamanoir,

Karl The Voice : Avec Janice in The Noise, qui fera notre première partie.

Yann : Merci encore Karl.

Sandra : Alors oui, une question, imagine Karl, tu rencontres une femme magnifique…

Yann : Ou un homme magnifique !

Sandra : Bon, j’ai dit une femme, c’est ma question d’accord !? (rires). Ok, une bombe quoi. Et donc voilà, ça se passe, bon contact, tu vas chez la fille, l’envie monte, vous vous apprêtez à avoir une relation sexuelle et là, elle ne pense pas à la capote. Qu’est-ce que tu fais ? Tu y vas ? As-tu des capotes sur toi ?

Karl The Voice : Déjà, j’aurais des capotes sur moi, sûr. Et quel que soit l’intensité du désir, je crois qu’aujourd’hui il vaut mieux quand on ne connait pas la personne, quand on n’a pas une relation régulière…

Sandra : Oui mais, si elle te dit qu’elle n’a pas…

Karl The Voice : Oui mais, même si elle est très jolie, bombasse, tout ce qu’on veut, je ne crois pas sur parole. Donc je pense qu’aujourd’hui, il faut arrêter de ne penser qu’avec les organes génitaux. On a un cerveau. On est informé. Il y a un risque. Donc quand il y a risque, on se protège c’est tout. C’est la moindre des choses.

Yann : Et puis après on peut aller faire un test ensemble si l’histoire…

Karl The Voice : Si l’histoire perdure, on peut se faire tester facile et en même temps après on est tranquille.

Sandra : As-tu des frères et soeurs Karl ?

Karl The Voice : Alors j’ai des demi-frères et des demi-soeurs. C’est à l’antillaise (rires).

Sandra : Arrête… je ne vois pas ce que tu veux dire par là (rires). Pas de cliché, non ! (rires).

Karl The Voice : Non mais j’en connais plein comme moi (rires).

Sandra : Admettons quelqu’un de proche dans ta famille, t’annonce sa séropositivité, quels seraient tes premiers mots ?

Karl The Voice : D’abord, de ne pas flipper, d’aller consulter et surtout ne pas désespérer parce que ce n’est pas une fin en soi. Il y a des traitements. On peut vivre avec aujourd’hui et donc de ne pas surtout se sentir malade.

Yann : Et dans ce cas-là, se rapprocher peut-être d’une association.

Karl The Voice : Oui, je pourrai donner le Comité des familles, c’est une très bonne adresse.

Sandra : Merci Karl The Voice pour ta venue, on se verra au concert, le 30 octobre.

Karl The Voice : Je peux dire un truc, j’ai une info qui est tombée là. Playin 4 the city va faire une petite reformation rapide au mois de novembre, je crois que c’est le 20 au June. On fait un live exceptionnel, à Paris, boulevard Auguste Blanqui, dans le 13e. C’est historique. Je pèse mes mots parce que ça fait 15 ans qu’on n’a pas refait ça.

Yann : Avec les mêmes membres ?

Karl The Voice : En principe ! Et c’est exceptionnel !

Sandra : Merci d’avoir suivi cette émission chers auditeurs, rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle émission et donc on termine avec le titre “Kiss from the devil”.

Karl The Voice : Chanté par Sandra Nkake, Push Up !

Transcription : Sandra Jean-Pierre