Enfin un local pour les personnes séropositives en Bretagne !

, par Sandra

PNG - 643.2 ko
Aperçu site internet de la MJC du plateau, l’endroit où a eu lieu la réunion pour le Comité des familles de Saint-Brieuc
Enfin un local pour les personnes séropositives en Bretagne !

Sandra : Nous allons faire un petit tour en Bretagne, avec Yann, avant de passer à la rubrique culturelle. Tu as plein de choses à nous raconter. Tu nous disais tout à l’heure dans ta présentation que ça y est, le Comité des familles à Saint-Brieuc a ouvert ses portes !

Yann : Historiquement, on se rappelle un petit peu de Loane qui maintenant a décidé, je peux le dire, car elle nous a donné son aval, de se présenter sous son vrai prénom…

Sandra : Waouh !

Yann : Oui, tu vois un peu le vrai travail fait…

Sandra : Alors là, félicitations ! Bravo Morgane, du coup ! Bravo, c’est un grand pas !

Yann : Souvent, vous avez entendu parler de Loane. Loane étant Morgane de son identité. Elle a envie, même sur la Bretagne, de se découvrir encore plus, car son amoureux, avec qui elle a un enfant, lui a dit écoute ton investissement est tellement fort, ok vas-y, moi aussi je me mets en avant du coup. Donc big up à lui aussi. Faut savoir que ces 3 personnes, que j’ai envie de nommer, Pascal de son d’artiste Mister X ainsi que Pascal de Rennes qui est aussi un militant de longue date sur la problématique du VIH, et notre amie Morgane, ont flashé depuis longtemps sur le travail fait par le Comité des familles à Paris, et ce sont dit, vu le désert que j’ai dans ma région, qui est Saint-Brieuc, pourquoi ne pas essayer de monter en tout cas quelque chose qui pourrait ressembler à cet esprit du Comité des familles. Donc ils ont bataillé pour avoir enfin une salle que l’hôpital devait leur fournir. Finalement, c’est la maison des jeunes et de la culture, et moi ça me touche parce qu’avec mon grand âge, je me rappelle quand j’étais gamin, c’était vraiment les seuls endroits avoir un petit peu de chaleur, un petit peu de culture, et aussi jouer au babyfoot ou au ping-pong. Ce n’est pas rien, pour nous c’était une échappatoire importante. Donc ils ont ouvert leurs portes et a eu enfin lieu, la première réunion du Comité des familles ou du futur Comité des familles de Saint-Brieuc. Donc ils avaient dispatché dans les hôpitaux, ils avaient mis des affiches. Le Comité des familles de Paris, tu pourrais en parler toi aussi Sandra, a fait en sorte de les aider au maximum. On s’est retrouvé, j’étais très surpris parce qu’on n’était plus de 20. Donc plus d’une quinzaine de personnes qui sont venues un petit peu à taton comme ça, en se disant oui, moi j’ai besoin…

Sandra : Séropositif ou pas séropositif ?

Yann : Sur les 20 personnes, il devait avoir à peu près 17 séropositifs, il y avait des mamans, des ados. Donc un panel très large avec des transgenres. Vraiment un panel qui montre ce qui est la séropositivité et surtout, un besoin, je dirai le premier besoin qu’on a ressenti nous les anciens je dirai, c’est ce besoin de se réunir et de pouvoir parler de leur problématique. 1er cas, c’était ça. C’était ce désert de communication entre séropositifs. Donc voilà, il y a beaucoup de soutien du coup parce qu’il y a eu un élu qui est venu, qui avait vraiment été particulièrement touché par l’historique, l’histoire de Morgane, et qui a promis, mais ça comme tu m’as gentiment proposé de les interviewer un petit peu, je pense que tu feras tout le compte-rendu…

Sandra : Super, ah bah oui je ferai le montage cette semaine.

Yann : Ce qui moi me touche c’est que j’ai vraiment l’impression si tu veux, t’as vu combien de fois on s’est dit, on a le cas de Philippe, notre correspondant à Montpellier qui a un mal fou à mobiliser des personnes et tout ça, ce n’est pas le manque de son envie, mais voilà, est-ce que la ville est plus cachée ? Faut dire que le breton est franc du collier, il faut dire que le breton, quand il donne son amitié, c’est à vie. Est-ce qu’à Montpellier, on est un peu plus dans le sud, donc il y a le tape dans le dos qui est plus rapide, mais finalement dans la continuité, c’est plus fade. Donc je dis encore un grand bravo à vous trois, Pascal, Mister X et Morgane. Et vous savez qu’on est là pour vous soutenir à tout moment et quand il faut.

Sandra : Apprenti reporter Yann ?

Yann : Avec le matos formidable que tu m’as donné, j’avais juste un bouton, je n’ai rien loupé ! Tout a fonctionné !

Sandra : J’ai hâte d’écouter ça et puis dès que possible, on diffusera ça dans l’émission de radio Vivre avec le VIH. Gros bisous Morgane, ça me fait bizarre maintenant, j’étais habitué à l’appeler Loane.

Yann : On va inventer un mélange entre Morgane et Loane. Morlane ! (rires)

Sandra : Oh non c’est horrible ! (rires). À très bientôt et, ah ! Avez-vous mangé des crêpes, des galettes ?

Yann : On a été un petit peu frustré, car la thématique a été la moule.

Sandra : Ah bon !

Yann : La moule dans tous ses états (rires). La moule du bouchot, qui est petite ferme et très gouteuse, j’aime aussi la moule d’Espagne, plus charnue, qu’on a plus en bouche. Je pourrai t’en faire des kilomètres, on les a mangées avec des frites que je conseille et à la façon bretonne, c’est-à-dire énormément de vin blanc dans la cuisson des moules. Ca tu le mets l’histoire de moules ?

Sandra : Bien sûr que je vais la mettre, c’est drôle, je ne coupe rien chers auditeurs, rien du tout ! (rires)

Alexandre : Citation en tête d’article attention ! (rires)

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE