Rubrique culturelle : Sandra Nkaké et Jî Drû à la Courneuve / le bal de l’Afrique enchantée à la fête des vendanges / Voyage sur la « Highway To Hell » d’AC/DC

, par Sandra

PNG - 761.5 ko
Rubrique culturelle : Sandra Nkaké et Jî Drû à la Courneuve / le bal de l’Afrique enchantée à la fête des vendanges / Voyage sur la « Highway To Hell » d’AC/DC

Sandra : Et c’est le moment de la rubrique culturelle présentée par Yann, et ça va déménager cette semaine ! Rock’n’roll !

Yann : Affirmatif ! Là tu penses déjà au petit morceau de la fin, AC/DC !

Donc j’ai tout de suite envie de vous dire qu’on a notre duo de choc, Sandra Nkaké Jî Drû avec Guest qui seront à la Courneuve vendredi soir, je n’ai pas le lien direct, mais Sandra m’a tout de suite proposé de mettre ça sur le site. Donc vendredi soir, si vous voulez écouter un flûtiste de talent, une chanteuse rare, c’est vraiment là qu’il faut être.

Pour prendre sa place de concert pour le concert de Sandra Nkaké et Jî Drû cliquer ici

Je vous ai parlé il y a 15 jours du fameux festival citoyen qui s’appelle la Fête des vendanges de Bagneux, ça c’est le 26 et le 27, de 10h à 18h pour le samedi et idem pour le dimanche. Alors c’est un festival citoyen, nous sommes à la 55ème édition, c’est 100 % gratuit, cette année a été mis en valeur l’honneur de la culture de la paix. Alors je me suis dit « l’honneur de la culture de la paix, bah oui, la culture, pour moi c’est la paix ». C’est un ensemble de valeurs, attitudes, comportements, modes de vie, qui rejette la violence, qui préviennent les conflits en s’attaquant à leurs racines par le dialogue et les négociations entre les individus, les groupes et leurs états. Tu vois bien que nous en sommes loin, c’est bien pour cela qu’il faut appuyer ce type d’événement.

Sandra : Hier c’était la journée internationale de la paix.

Yann : Oui. Oui, et bien moi je suis tous les jours pour la paix, hein, à quand la journée des cons, parce que là, on va tous se donner la main. Parades, spectacles de rue, le samedi. La course pour la paix, le dimanche. Avec le pressurage, à 11h du matin, donc il faudra venir avec les pieds propres. Pressurage du raisin, et le grand pique-nique du dimanche, mais savez-vous pourquoi j’ai surtout été attiré par ce festival ?

Sandra : Il y a un bal !

Yann : Car samedi soir il y a un bal ! Bravo Sandra ! Mais pas le bal traditionnel, en avant la musette, et tutti quanti, le bal de l’Afrique enchantée. Alors les puristes doivent connaître, c’est sur France Inter, une émission qui passe une fois par semaine où l’on relate comme ça les bonnes ambiances africaines, c’est des ambianceurs de fou. Donc là on ira faire un tour aussi bien au Zimbabwe, au Nigeria, en Angola, au Cameroun, à la Côte d’Ivoire, on va danser, on va se déhancher. C’est à partir de 21h, c’est sur la place Dampierre, une seule chose à vous dire, c’est que pour vous y rendre, rien de plus simple. Vous prenez le métro, vous descendez Porte d’Orléans, et là vous avez trois arrêts, bus 128, arrêt Dampierre. Vous verrez un grand blond avec des chaussures noires, c’est moi ! Vous avez une autre possibilité, c’est le RER B, arrêt Bagneux Pont Royal. Voilà, je crois que les spectacles de rue, c’est vraiment pour enfant et pour adulte, donc là c’est un moment familial à vivre tous ensemble.

La semaine prochaine mes amours, nous avons la joie de recevoir une très grande voix. Mademoiselle Eva Hakapoka, camerounaise, viendra nous présenter son dernier album Roots, avec en prime un live avec sa guitare, et je peux vous dire que je l’ai entendu qu’une fois à la Bellevilloise, quand nous avons fait une sortie avec tout le Comité des familles lors d’une soirée Africa n°1, nous étions, il y avait un silence dans la salle parce qu’elle a fait du gospel si vous voulez, donc il y a un truc, pas religieux, je dirais, mais dans tous les cas, son timbre de voix nous a tous fait, parce qu’on en a parlé après, relever les poils, c’est une grande voix. Donc vous la découvrirez demain si ce n’est déjà fait.

Vous dire quoi d’autre, je suis un peu perdu. Il y a pour les personnes qui ont besoin de se poser, de dialoguer, de se retrouver, il y a les universités des personnes séropositives organisées par AIDES.

Sandra : Alors, on va prochainement en parler aussi à l’émission, il y a un des organisateurs, je dirais, qui va venir à l’émission pour nous en parler en détail, en octobre.

Yann : Voilà, parce que tu sais ce qui me gênait c’est parce que je ne savais pas si c’était ouvert que pour les personnes de la région Île-de-France ou les personnes de Normandie ou le Nord, donc il pourra nous éclairer, en tout cas c’est du 7 au 11 novembre et c’est 20 euros de participation fixe, pour chaque personne, par contre, AIDES prend en charge le transport, le logement, et la nourriture. Franchement allez-y, pour vous reposer, pour rencontrer, pour discuter, ça ne sera que du bon pour vous. Je crois que j’ai quasiment fini, pour finir après ce beau soleil que nous avons…

Sandra : Quel soleil ? Il pleut aujourd’hui !

Yann : Je pars donc sur notre morceau !

Sandra : Alors là c’est trop marrant parce que Yann, il est dans ses papiers, il a des papiers partout. (rires)

Alexandre : Je n’y comprends plus rien, moi.

Sandra : On voit l’organisation quoi ! (rires)

Yann : Et donc je cherche quoi, tu vas me le dire ?

Sandra : Et bien tu cherches ta chronique sur…

Yann : AC/DC !

Sandra : Oui, mon groupe détesté !

Alexandre : Détesté ?! Oh non !

Sandra : Bah écoute, j’ai le droit !

Yann : Oh non, c’est difficile. Quand tu verras le clip, tu vas voir que tu aurais aimé être au milieu de tous ces gens qui sont dans une symbiose absolue, et en tout cas, je ne pense pas que ce soit des violents, même si leur musique envoie de la guitare et du gros son. Ils sont nés le 1er décembre, c’est un signe, tu vois, tu es obligée de les aimer !

Sandra : Non !

Yann : Oui, parce que le 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le SIDA. 1973, ils sont australiens, emmenés par les frères Young. Le morceau que nous allons savourer…

Alexandre : Angus ! Oui, Angus Young, pardon, c’est le guitariste.

Yann : Et il y en a une des deux qui est mort non ?

Alexandre : Oui, c’est le chanteur je crois.

Yann : Enfin voilà, ça ne les a pas empêchés de continuer leur carrière, la petite pépite que nous allons écouter, Highway To Hell, qui veut dire ?

Sandra : Autoroute vers l’Enfer.

Yann : Autoroute vers l’Enfer, alors ça n’a rien non plus de, parce qu’on ne croit ni à l’Enfer ni au reste.

Sandra : Toi non, moi oui hein !

Yann  : Donc je le rappelle, l’Enfer c’est les guitares sublimes, tu peux envoyer, ma doudou !

Sandra : N’importe quoi ! Je ne suis pas d’accord ! (rires)

Diffusion du titre « Highway To Hell » de AC/DC

Sandra : Merci d’avoir suivi cette émission, rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle émission Vivre avec le VIH, bye bye !

Transcription : Alexandre Bordes