Forum des auditeurs : Je suis séropositive, encore sous le choc aujourd’hui / Guerre de vaccins

, par Sandra

JPEG - 39.8 ko
Forum des auditeurs : Je suis séropositive, encore sous le choc aujourd’hui / Guerre de vaccins

- Message de Sara

Bonjour,
Je suis camerounaise, mariée avec un français. Nous résidons au Cameroun j’ai découvert que mon mari était séropositif et qu’il m’avait caché la vérité. J’étais choqué, je suis encore sous le choc aujourd’hui, ensuite je suis allée me faire dépister et moi aussi je suis séropositive. C’est alors que j’ai décidé de demander le visa pour venir me prendre en charge en France et j’ai obtenu un visa d’un ans multiple entrée. J’ai besoin de savoir comment je peux avoir la prise en charge ici avant même d’arriver au titre de séjour, je suis a ce jour à Versailles. Merci.

Sandra : Je vais répondre à Sara. Pour avoir la prise en charge, il suffit de se présenter dans n’importe quel hôpital, un infectiologue vous prendra en charge et vous expliquer les démarches à faire. Il y aura aussi une assistante sociale qui pourra vous expliquer toutes les démarches à faire. En ce qui concerne la demande du titre de séjour, vous pouvez appeler l’association Info migrants au 01 53 26 52 82, qui est une structure où il y a des juristes qui pourront répondre à vos questions. J’ai compris que vous êtes en région parisienne. Donc je vous invite à venir nous voir au Comité des familles. Vous pouvez nous appeler au 01 40 40 90 25. Pour tout ce qui concerne les questions sur le VIH, nous pourrons vous aider et vous pourrez rencontrer des membres qui sont infectés par le VIH ou qui ont un membre dans leur famille qui est séropositif. N’hésitez pas à venir.

Yann, bonjour. Bienvenu à l’émission !

Yann : Bonjour, je marchais à pas de loup pour que justement tu ne dises pas que j’étais en retard.

Sandra : Trop tard, je l’ai dit en début d’émission.

Yann : Ah mince !

Sandra : Je suis comme ça, je dis la vérité aux auditeurs.

Yann : Mais il n’y a pas qu’une vérité dans la vie !

Sandra : Oula….

Yann : Ohlala, ce matin j’ai la pêche ! Je vais vous mettre du gros son africain, je vais vous parler de tous les festivals qui arrivent fin mai dans nos charmantes banlieues. C’est le début de l’été !

Sandra : Super. Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Yann : Oui. Yann, séropositif depuis 1990, traité en 1992, certainement attrapé entre les années 85-86 à l’époque où j’ai fait des bêtises avec la seringue. Deux enfants qui sont passés à travers, une grande fille de 25 ans et un garçon de 6 ans. Je te l’ai dis, j’ai la patate, j’aime la vie. Donc, je comprends les difficultés qu’amènent toutes ces maladies, et dieu sait si j’en ai, et j’en ai effacées, et j’en aurai des nouvelles. Mais l’important, c’est de ne pas rester seul, de rencontrer du monde, et du monde associatif, c’est pas mal aussi.

Sandra : Super ! On va continuer avec le forum des auditeurs, je vais prendre le message de JCM, qu’on connait bien à l’émission, qui a réagi à une de tes rubriques Alexandre, où parlais du possible vaccin contre VIH, avec la firme Biosantech. Et donc voici son message et tu pourras donner quelques précisions pour ceux qui n’ont pas encore entendu parler, oui Alexandre, ce n’était pas prévu, mais tu vas le faire !

Yann : Non mais on est là, toutes tes rubriques on s’en rappelle.

- Le message de JCM :

Un vaccin thérapeutique permettant d’éviter de prendre les traitements pendant longtemps chez une bonne moitié de patients ferait perdre une sérieuse concurrence aux trithérapies, même si l’on sait que le prix des traitements est très artificiel et politique, on se doute que les enjeux financiers sont très importants.

Pour l’instant, que voit-on ? Des annonces non vérifiées mais très prometteuses de Biosantech : 9 patients sans besoin de prendre de nouvelles trithérapies (opacité néanmoins sur ces séropositifs : comment ont-ils été choisis... en effet on a déjà observé que des patients n’appartenant pas aux non progresseurs peuvent se dispenser de traitement s’ils ont été traités très forts et aussitôt après leur contamination).

Une réponse de Delfraissy qui accuse Biosantech de "crimes" qu’il n’a pas commis, use des pires procédés pour discréditer... ce qui pourrait être un concurrent très sérieux à ses propres travaux à l’ANRS ou à son choix politique de prévention du sida (un vaccin thérapeutique banaliserait encore plus le VIH et induirait une politique de prévention "libérale" opposée à celle menée actuellement, prévention qui rencontre des obstacles politiques).

Alexandre : C’est intéressant comme réaction. Il ne faut pas voir ou tout blanc ou tout noir. Il n’est pas utile et pertinent de sous entendre que Delfraissy est totalement tout noir là-dedans entre guillemets, dans le sens où c’est le diable qui est à la botte des labos pharmaceutiques ou de quoi que ce soit. Je ne pense pas que ce soit vrai. C’est juste que Biosantech est connu malheureusement dans le cas des effets d’annonce et qu’ils ont choisi un moyen de communication particulièrement osé et particulièrement risqué. En effet, pour le coup, niveau effet d’annonce, ils ont fait assez fort. Le problème c’est que les médias sont aussi responsables là-dedans. Quand on voit le titre des articles, c’est vraiment “un vaccin contre le sida”, avec les effets d’annonce qu’on connait. Et là pour le coup, ce sont les médias qui sont responsables. C’est complexe ce qui se passe avec Biosantech puisqu’en fonction des différentes annonces qui sont faites au sein des recherches de Biosantech, il y a le docteur Erwann Loret qui n’a pas dit que ça allait être un véritable vaccin contre le VIH, en revanche il a dit que ça allait être très prometteur, qu’il y aurait des possibilités de traitement à court ou long terme. Et il y a ensuite d’autres personnes, d’autres chercheurs au sein du pôle qui a fait ces recherches, qui ont été beaucoup plus mesurées. Donc c’est très flou au niveau de la communication. On sait que les recherches sont faites, l’article a été publié dans la revue Retrovirology. Après il y a des recherches qui sont faites, des avancées qui sont faites mais dans tous les cas, d’ici 2-3 ans, il n’y aura rien. Je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit comme nouveau produit miracle dans vos pharmacies d’ici 2 à 3 ans. Ca m’étonnerait vraiment parce que les recherches continuent d’être faites et il faut des financements et les financements nécessaires pour y arriver sont énormes.

Sandra : Esther, petite question pour toi. Le vaccin contre le VIH, est-ce que tu y crois ?

Esther : Je ne sais pas du tout. Si ça sortait dans le marché, oui, j’y croirais, je pense. De toute façon, tous ces trucs avec les pharmaceutiques et les maladies de longues durées, je crois que les informations ne sont pas claires. Il n’y a pas beaucoup de transparence donc on est un peu face aux pharmaceutiques. S’ils sortent ce truc, on croit mais je crois qu’il n’y a pas beaucoup d’informations très claires.

Sandra : N’hésitez pas à réagir sur le site comitedesfamilles.net

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE