Le VIH vu de twitter : Nouvelles missions pour le CNS / Un séropositif au Tour de France / Essai Temprano

, par Sandra

JPEG - 49.9 ko
Le VIH vu de twitter : Nouvelles missions pour le CNS / Un séropositif au Tour de France / Essai Temprano
PNG - 23.4 ko

Joëlle : « Nouvelles missions pour le CNS », c’est un tweet du compte @recherch0ns, il relaie un article du site internet de Sida Info Service. Le 26 février le Conseil National du Sida a élargi officiellement ses missions aux hépatites virales par un décret officiel prenant effet le 27 février. Le Conseil National du Sida devient ainsi le Conseil National du Sida et des hépatites. Les nouvelles attributions du Conseil National du Sida, seront de donner un avis sur les questions de société touchant au VIH/Sida et les hépatites chroniques ainsi que les infections sexuellement transmissibles sur le critère de la similitude en terme de contamination de public concerné et de dispositif de prévention et de lutte. Autre changement : le nombre de membres siégeant au Conseil est porté de 23 à 25 et leur mandat est allongé à 5 ans contre 4 ans auparavant. Pour info : Le Conseil National du Sida a été créé en 1989 et est présidé par le professeur Patrick Yéni.

Sandra : Donc ça c’est pour le tweet concernant le Conseil National du Sida et des hépatites maintenant. Donc maintenant, comme l’ANRS, l’ANRS qui est l’Agence Nationale de recherche sur le Sida et les hépatites. Maintenant, le Conseil National du Sida va s’intéresser de plus près aux hépatites. Alors que penser de cette information je ne sais pas si vous avez un avis sur cette information. Des commentaires à faire ? Bruno ou Julienne ou même peut-être Samira.

Samira : Je pense que c’est une bonne chose. Le Conseil National du Sida c’est un organisme qui a tendance à intervenir en prévention et en lutte contre le VIH. Ses prises de position sont en général vraiment très intéressantes, donc c’est une bonne chose qu’il élargisse ses compétences aux hépatites.

Sandra : Ok, très bien. En tout cas n’hésitez pas à réagir sur le site, comitedesfamilles.net et deuxième tweet Joëlle.

PNG - 84.5 ko

Joëlle : Bientôt le Sidaction mais vous pouvez prendre de l’avance en soutenant le projet « 30 ans de VIH ». Ce tweet posté le 2 mars est signé B de la VitreArrière, créateur du projet « 30 ans de VIH et un vélo », créé sur Ulule. Le créateur de ce projet s’appelle Jean-Paul Lacaze, 53 ans, séropositif qui depuis 1985 n’avait révélé sa séropositivité à personne et dont nous avons parlé il y a deux semaines dans la revue de tweet publiée sur le site comitedesfamilles.net. Pour rappel, Jean-Paul Lacaze a décidé de courir une étape du Tour de France en juillet 2015 et de dire sa séropositivité le temps de cette étape. Il effectuera une étape le 19 juillet 2015, soit 142 km à vélo à travers le massif alpin et jusqu’à 2065 mètres d’altitude. Il a décidé de concrétiser ce projet en recueillant des fonds via le site de crowfunding ulule. Il compte récolter 3000 euros et à ce jour il a récolté un peu plus de 770 euros. Il souhaite également grâce à ce projet donner un message d’espoir et de vie à travers une étape sportive qui donnera une image positive et différente de la maladie et témoigner qu’on peut passer 30 ans et plus avec une qualité de vie satisfaisante. Les fonds récoltés sont destinés à payer un vélo plus performant que celui qu’il a actuellement, et couvrir les frais de déplacement.

Sandra : Jean-Paul que nous aurons le plaisir d’entendre prochainement à l’émission, enregistrée le 17 mars. Donc il nous parlera plus en détail de son projet. Alors qu’est-ce que vous pensez de son initiative ? Donc faire une étape du Tour de France pour prouver que oui, les séropositifs peuvent faire du sport. Qu’est-ce que tu en penses Julienne ?

Julienne : Moi je trouve que c’est une bonne chose. Il avait deux handicaps, l’handicap moral et la maladie. À partir du moment où il sort de l’handicap moral, c’est que c’est une bonne information. Il sera libre, il pourra vivre comme tout le reste du monde.

Sandra : Toi tu pourrais faire une étape du Tour de France Julienne ?

Julienne : Mais s’il se sent capable ! C’est lui-même, c’est son corps. Il gère son corps comme il veut.

Sandra : Oui oui bien sûr. Et toi Bruno ? Bruno tu pourrais toi, courir une étape du Tour de France ?

Bruno : Pourquoi pas. C’est une bonne initiative. Enfin pour moi ça va dans le bon sens. Ça permet encore de déstigmatiser la maladie. Après voilà on sait très bien au Comité des familles que pour le bien-être, le sport, tout ce qui est lié avec le sport, c’est bon pour nous.

Sandra : Oui, c’est bon pour tout le monde le sport de toutes les façons. Alors, dernier tweet Joëlle que tu as sélectionné ?

PNG - 25.7 ko

Joëlle : C’est maintenant un tweet du site vih.org publié le 27 février. « Essai Temprano (Côté d’Ivoire), l’intérêt individuel d’un traitement très précoce confirmé”. Le tweet relaie un article publié sur son propre site au sujet de l’essai Temprano, mené en Afrique subsaharienne. L’étude avait été présentée par le professeur Christine Danel à la CROI, et réalisée par l’ANRS (l’Agence nationale de recherche sur le Sida), de Côte d’Ivoire à Abidjan. L’essai auquel ont participé, les équipes de l’INSERM, (l’Institut National de la santé et de la recherche médicale) du site des maladies infectieuses et tropicales, du CHU de Treichville et de 8 autres centres de prise en charge de l’infection à Abidjan de mars 2008 à janvier 2015, a tenté de répondre à la question : « Quand commencer à traiter en Afrique Subsaharienne ? » et a évalué les avantages d’un traitement antirétroviral précoce. L’essai s’est prononcé également sur le commencement d’un traitement préventif de la tuberculose, à 6 mois, à l’isoniazide, recommandé par l’OMS, (l’Organisation mondiale de la santé), chez les adultes infectés par le VIH avec un nombre élevé de CD4. Pourtant cette dernière recommandation n’est pas appliquée dans certains pays, dont la Côte d’Ivoire.

Sandra : Ok, donc encore un essai qui va dans le sens qu’une personne séropositive dès qu’elle est en gros diagnostiquée, prendre le traitement le plus rapidement possible. Julienne qu’est-ce que tu en penses de cette information ?

Julienne : L’information est bonne mais quand c’est pris par tout le monde, c’est pris en compte par tout le monde. On parle bien mais ce n’est pas ça qui se passe sur le terrain. Normalement cette maladie c’est très bien d’être diagnostiqué très tôt et ça passe.

Sandra : Pourquoi tu dis que ça se passe pas sur le terrain ?

Julienne : Puisque normalement moi je suis Camerounaise, tout le monde ne se sent pas concerné et comme c’est encore un tabou, tout le monde, tu ne peux pas aller te faire dépister. La maladie te ronge et tu ne sais même pas de quoi il s’agit, mieux vaut aller se faire dépister et quand les autres qui ont la même volonté d’aller se faire dépister sont bloqués quelque part et ça ne marche pas.

Sandra : Merci Julienne. Ainsi s’achève cette première rubrique « Le VIH vu de Twitter » par Joëlle.

Transcription  : Joëlle Hist