Yann : « Il y a beaucoup d’IST qui ne se remarquent pas »

, par Sandra

Yann : « Il y a beaucoup d’IST qui ne se remarquent pas »

Sandra : Focus sur les IST. Les IST c’est quoi Francis ?

Francis : Les infections sexuellement transmissibles.

Sandra : Parfait ! Bon élève, un bon point (rires).

Yann : Avant, ça s’appelait les ?

Sandra : MST.

Francis : Maladies sexuellement transmissibles.

Sandra : D’ailleurs, je ne sais pas même pas pourquoi le nom a changé. Est-ce que vous savez ?

Yann : Maladie doit faire peur.

Christine Hamelin : Précisément non, mais c’est parce qu’il y a un spectre plus large qui est pris en compte aujourd’hui dans les IST. Je pense que c’est le terme maladie aussi qui a été récusé.

Sandra : Ok. Aujourd’hui on va s’intéresser à l’hépatite B. On estime environ 2500 personnes qui sont infectées par l’hépatite B chaque année en France. Dont 200 évolueront vers une hépatite B chronique. Connaissez-vous les signes de l’hépatite B Yann et Francis ?

Yann : Non, je connais l’hépatite C, l’hépatite A. Mais l’hépatite B c’est un grand vague.

Francis : Moi aussi.

Sandra : L’hépatite B, les signes possibles de la fièvre, de la fatigue et jaunisse.

Yann : Comme l’hépatite A.

Francis : Et C.

Sandra : Les symptômes apparaissent 2 à 8 semaines après la contamination.

Yann : Qui se passe elle comment la contamination, par quel biais ?

Sandra : C’est une infection sexuellement transmissible.

Yann : Uniquement ?

Sandra : C’est ce que j’ai comme information.

Yann : Par le sang non ?

Sandra : À vérifier. Le diagnostic c’est par prise de sang. Il y a des complications graves si ce n’est pas traité, il y a des risques de cirrhose et de cancer du foie comme l’hépatite C. Il y a une atteinte possible du nouveau-né si la mère est infectée. J’ai tout bon ?

Christine Hamelin : On n’est pas médecin (rires).

Sandra : Oui mais en tant que chercheur (rires).

Christine Hamelin : Vous connaissez aussi bien que nous.

Yann : Est-ce qu’on sait si le type cirrhose et tout ça, met le même temps qu’une hépatite C ?

Sandra : Aucune idée, je poserai la question.

Yann : Peut-être qu’un auditeur va nous répondre.

Sandra : Oui peut-être, un auditeur qui est passé par là. Il existe un vaccin, donc faut en parler à son médecin traitant. Et je rappelle que les IST fragilisent les muqueuses et augmentent considérablement le risque de contamination par le virus du VIH et inversement si on est atteint par le virus du VIH, les IST peuvent être plus graves et compliquer le traitement. Donc c’est très important déjà dans la population générale de connaître les IST mais d’autant plus pour les personnes séropositives.

Yann : D’autant qu’il y a beaucoup d’IST qui ne se remarquent pas.

Sandra : Tout à fait.

Transcription : Sandra Jean-Pierre