Un rappel important pour les parents séropositifs

, par Sandra

JPEG - 12.8 ko
Un rappel important pour les parents séropositifs

Sandra : Les nouveaux diagnostics d’enfants qui naissent avec le VIH sont les plus fréquents dans quelle population ?

Catherine Dollfus : C’est ceux qui prennent mal leur traitement. Il n’y pas de couleur. Puis en plus, je pense que si on dit que c’est une question de couleur de toute façon en gros en France aujourd’hui c’est 80% de la population des femmes séropositives qui sont des femmes africaines subsahariennes. Donc de toute façon majoritairement, il se trouve que c’est elles qui sont séropositives et enceintes. Alors après le biais...

Sandra : En France, combien d’enfants infectés par le VIH qui vivent en France en moyenne ?

Catherine Dollfus : Alors ça on n’a pas vraiment de chiffre comme ça parce qu’il n’y a pas de registre, de calcul de ce genre de choses et puis après ça dépend aussi où est-ce qu’on met la barre enfant parce que pour les statistiques, pendant un temps c’était jusqu’à 15 ans et après jusqu’à 18. Donc ce qui est sûr c’est qu’il reste des enfants infectés par le VIH. On a des nouveaux diagnostics tous les ans. La majorité quand même a plutôt entre 10 et 17 ans qu’entre 0 et 10 ans. C’est surtout des adolescents qui deviennent jeunes adultes. Et puis on continue à dépister des séropositivités qui sont passées inaperçues quelquefois aussi d’enfant par exemple... oui il y a une chose que je voudrai dire, c’est qu’il n’y a pas d’âge pour penser qu’un enfant dont les parents sont séropositifs est ou n’est pas infecté. C’est à dire que moi dans les nouveaux patients que je suis, il y a des enfants qu’on a dépistés parce que leur mère a eu une toxoplasmose, leur mère a une tuberculose, leur mère a eu un problème de santé x ou y. On a diagnostiqué la mère et à ce moment-là le médecin a pensé à faire faire une des sérologies aux enfants. Il y a un certain, des gens auraient dit s’il a plus de 10 ans, ça va c’est bon, il se porte bien. Maintenant que ce genre de chose est banni et qu’on dit tout enfant, quel que soit son âge il faut lui faire un test. Moi j’ai eu des enfants de 15, 17, 18 ans, 16 ans qui ont été diagnostiqués au moment d’une complication de leur parent. Donc il n’y a pas d’âge. Quand un adulte n’avait pas eu de test avant et qu’on lui dépiste une séropositivité, s’il a des enfants il faut tester tous les enfants quel que soit leur âge.

Yann : C’est bien de le rappeler.

Catherine Dollfus : C’est très important. L’enfant peut n’avoir aucun signe extérieur et avoir 20 T4. Donc vraiment il n’y a pas d’âge. Et on ne peut pas faire la politique de l’autruche en disant puisqu’il va bien, puisque je vois qu’il est bien, ça me fait trop flipper de faire le test. Au moins ça me rassure de me dire qu’il est bien extérieurement. Bah non.

Sandra : Dans le rapport Morlat j’ai vu qu’ils avaient mis 1500 enfants infectés par le VIH vivent en France.

Catherine Dollfus : Oui, c’est ce qu’on dit là comme ça régulièrement. C’est un ordre de grandeur qui est de cet ordre-là. On est probablement, si on est stricto sensu, probablement autour de 1000 que de 1500 pris en charge connu, repéré en tant que tel.

Transcription : Sandra Jean-Pierre