Hépatite D : la copine de l’hépatite B

, par Sandra

JPEG - 95.4 ko
Sandra, Karine Lacombe et Julienne
Hépatite D : la copine de l’hépatite B

Karine Lacombe : On va parler de l’hépatite Delta très rapidement. Donc l’hépatite D ou Delta. L’hépatite Delta est très liée à l’hépatite B. L’hépatite Delta c’est un virus qu’on dit défectif, c’est-à-dire qui n’est pas complet. Pour se multiplier il a besoin de l’hépatite B. Donc en fait il n’y a jamais d’hépatite Delta sans hépatite B. Mais quand on a une hépatite B, il faut absolument faire le dépistage de l’hépatite Delta. L’hépatite Delta se transmet par le sang et par le sexe. Pareil que l’hépatite B. Donc on peut acquérir les deux virus en même temps ou alors on peut acquérir d’abord l’hépatite B et ensuite l’hépatite Delta. C’est pour ça que là aussi dans les recommandations du rapport Morlat, il est fortement recommandé quand on a fait le dépistage d’une hépatite B chronique de rechercher l’hépatite Delta et ensuite de répéter une fois par an la recherche de cette hépatite Delta quand elle était négative.

Sandra : Pourquoi on ne l’a met pas dans la liste des IST l’hépatite Delta ?

Karine Lacombe : Elle en fait partie.

Sandra : Je ne l’ai pas vue.

Karine Lacombe : Elle en fait partie mais elle a un statut un peu particulier puisqu’il faut déjà avoir l’hépatite B pour avoir l’hépatite Delta. Donc c’est un peu indirect on va dire. Si on n’a pas l’hépatite B on ne pourra jamais avoir l’hépatite Delta par voie sexuelle.

Daniel : Et elle se soigne de la même façon ?

Karine Lacombe : Non, pas complètement. On peut parfois guérir de l’hépatite Delta de façon spontanée. Donc on a une sérologie de l’hépatite Delta qui est positive et pour savoir si elle est guérie ou si elle est active, il faut qu’on fasse une recherche de virus dans le sang, comme on fait pour l’hépatite B. On va faire une PCR. La PCR va permettre d’évaluer la quantité de virus dans le sang. C’est une charge virale en fait, un peu comme le VIH. On fait la charge virale de l’hépatite B, la charge virale de l’hépatite Delta. Quand cette charge virale est indétectable, c’est qu’on a guéri, on a que des anticorps qui sont protecteurs. Donc on est tranquille. En revanche, quand il y a du virus, quand il y a de la PCR Delta, la charge virale est positive, là on a une hépatite Delta qui est positive en plus de l’hépatite B. Du coup on a deux virus à la place d’un. Évidemment on est beaucoup plus malade. On a un risque de cirrhose qui est très important. En général à 30-40 ans, quand on a et le VIH et l’hépatite B et l’hépatite Delta, on a un risque multiplié par 4 ou 5 d’avoir une cirrhose. Donc c’est pour ça que le dépistage est très important. Malheureusement les traitements sont peu efficaces parce que le seul traitement pour l’instant de l’hépatite Delta c’est l’interféron. Et je vous ai dit que tout à l’heure l’interféron ne marche pas très bien, parce que quand on a le VIH on a des défenses immunitaires qui ne sont pas très bonnes. Donc l’interféron ne marche pas très bien. On guérit peu l’hépatite Delta avec l’interféron. Mais ça a quand même un intérêt, c’est que ça permet de ralentir l’évolution de la maladie. Donc ce qu’on fait en général c’est qu’on fait des cures d’un an d’interféron et puis on arrête 1 an, puis après on reprend 1 an.

Sandra : Et ce n’est pas lourd l’interféron ?

Karine Lacombe : C’est lourd, des effets secondaires...

Sandra : Avec l’hépatite C j’entends souvent que c’est l’interféron qui est le plus difficile.

Karine Lacombe : Oui, il y a beaucoup d’effets secondaires. De la fatigue, comme une espèce de grippe, ça peut faire baisser les défenses immunitaires encore plus, etc.

Sandra : On ne peut plus travailler si on se fait traiter par l’interféron, comment on fait dans la vie quotidienne ?

Karine Lacombe : C’est plus difficile. Après il y a certaines personnes qui supportent bien et d’autres qui supportent mal. Donc la seule protection contre l’hépatite Delta c’est de se faire vacciner contre l’hépatite B. Parce quand on est protégé contre l’hépatite B on ne peut pas avoir l’hépatite Delta.

Sandra : Donc se faire vacciner, très important.

Transcription : Sandra Jean-Pierre