Ipergay : les premiers résultats

JPEG - 93.2 ko

Le sommet international sur le sida se déroule cette semaine, du 20 au 25 juillet, à Melbourne. C’est l’occasion pour les investigateurs de l’essai ANRS-Ipergay de dévoiler au public ses premiers résultats.

Pour rappel l’essai Ipergay est la dernière étude de la PrEP (prophylaxie pré-exposition) qui étudie les effets de la prise de médicaments anti-VIH par des séronégatifs dans un but préventif. En plus du préservatif, les patient doivent prendre un traitement à base de Truvada, et ceci avant et après chaque rapport sexuel. Nous vous en avons parlé de nombreuses fois à l’émission de radio Vivre avec le VIH, notamment à celle du mardi 10 juin 2014. Nous vous invitons à l’écouter si vous souhaitez plus de détails sur cet essai.

Emission de radio Vivre avec le VIH du mardi 10 juin 2014

Le plus grand défi de l’étude est de s’assurer de la bonne prise du médicament par les participants de cette étude, soit le taux d’observance. Les chercheurs ont ainsi examiné la présence de Truvada dans le sang des patients à chacune de leurs visites. Selon le professeur Jean-Michel Molina, responsable de l’étude en France, interrogé par Seronet, l’observance analysée chez les bénéficiaires du traitement est à un taux très satisfaisant. Plus de 80% des concernés auraient eu des traces de Truvada dans le sang à chaque visite chez le médecin, preuve de leur assiduité des patients.

La prise de Truvada dans le cadre de la prévention laissait présager des effets secondaires assez lourds pour les patients. Pourtant selon ces premiers résultats, aucun des participants n’a dû arrêter le traitement à cause d’effets indésirables. Les antirétroviraux étant globalement bien assimilés par l’organisme des patients.

L’étude prendra fin d’ici 2016 mais pour l’instant, et ce malgré les critiques de nombreuses associations qui ne croient pas en l’Ipergay, les craintes ont été apaisées. Il reste tout de même à la PrEP à trouver de nombreux participants pour que l’étude soit finalisée. « L’objectif de 300 participants a été dépassé » - détaille l’infectiologue Jean-Michel Molina - « Nous envisageons donc d’ouvrir, dans les prochains mois, de nouveaux sites dans plusieurs pays européens afin d’arriver à notre objectif de recrutement de 900 participants qu’il faudra suivre au moins un an. »

Article écrit par Lucas Vitau.