Yann : « Il ne faut pas oublier que la moitié de notre magnifique paysage a été construit par des personnes venant de l’immigration »

, par Sandra

"Nous appelons à voter contre la candidature de Madame Le Pen", écrivent dans un texte transmis à l’AFP (l’Agence France Presse) ces neuf présidents ou directeurs d’organismes publics de recherche, parmi lesquelles le CNRS (Centre national de recherche scientifique) ou encore l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Ils considèrent que "l’élection du 7 mai prochain n’est pas jouée d’avance".
"Le programme de madame Le Pen est porteur de régression et de déclin sur tous les plans : économique, social, culturel et bien sûr scientifique", ajoutent-ils. "Sur d’innombrables sujets, les migrations, la santé, l’environnement et jusqu’à l’histoire de notre pays, les idées véhiculées par le Front National sont en contradiction ouverte avec les évidences indiscutables établies par la recherche et avec la nécessaire autonomie de la communauté scientifique", écrivent-ils dans cet "appel".

Sandra : Voilà, j’avais envie de parler de ça parce que c’est très rare que la communauté scientifique s’engage autant dans la politique, fasse un texte commun. Donc vous aujourd’hui dans l’équipe, Christian, Mohamed, Yann, quel est votre avis sur le Front National, le FN. Est-ce que vous avez lu le programme de Marine Le Pen ?

Yann : Je suis un mauvais citoyen, je n’ai lu aucun programme. Je passe la parole à mes amis. Mais je peux revenir après pour donner mon avis sur le Front National.

Christian : Nous voyons la bataille, la lutte que cette dame mène. Je peux penser à un groupe de nazi, qui était caché dans l’ombre et puis qui finalement se sont réveillés très progressivement pour se manifester au grand jour. Vous avez vu les débats ces derniers temps n’est-ce pas dans les médias. C’est une femme quand même très entrainée à la parole, elle est prête. Ce n’est pas un combat très facile et voyez-vous c’est une grande dynastie. Si aujourd’hui elle est vaincue, demain, il y a Marion Maréchal qui reviendra certainement. J’ai des voisins qui ont commencé à faire leurs bagages, l’autre m’a dit si elle prend le gâteau, c’est la grande déportation ! On sera obligé de partir. Je dis non. Le pouvoir change beaucoup. Il y a certains présidents qui avaient une main de fer, qui pensaient que lorsqu’ils prendront le pouvoir, vont gérer le pouvoir d’une certain main de fer mais on les a mis au pouvoir et puis ils ont beaucoup changé, il y a des accords qui ont été signés avec certains pays, il y a beaucoup de choses qui ont été dites depuis des années, depuis des lustres. Vous ne pouvez pas venir comme ça, d’un revers de la main, balayer tout. Ca peut être la catastrophe. Donc aujourd’hui simplement, je souhaite de mon coeur que véritablement les choses se passent bien. Voyez-vous, quand Trump a pris le pouvoir dernièrement, aujourd’hui, il s’emmerde. C’est un monsieur qui était dans ses affaires, il se réveillait à tout heure, il ne se réveillait pas à 7h je veux dire. Aujourd’hui, son directeur de cabinet lui demande de se réveiller à 7h, d’aller au boulot à telle heure, il a des règles, il a des trucs. Il s’emmerde ! Il est fatigué, il veut abandonner cette histoire. Le pouvoir n’est pas très facile pour le FN. J’espère que… je n’ose pas trop dire quoi.

Mohamed : Je ne cautionne pas les thèses du Front National. Je n’ai rien de spécifique à dire. J’attends, comme tout citoyen.

Sandra : Toi aussi tu n’as pas lu le programme de Marine Le Pen ?

Mohamed : Si, je connais ses grandes lignes mais comme je n’ai jamais adhéré et je ne cautionne pas ses thèses négationnistes, je ne m’intéresse pas.

Yann : Je rejoins complètement Mohamed si tu veux. Je connais des personnes qui voteront Front National sur le sud de la France, dans mon entourage direct sur Paris et sa banlieue non. Après, ça ne me dérangerait pas de pouvoir avoir un débat un peu constructif avec certaines personnes qui pour moi, j’ai de toute façon l’impression qu’ils se trompent de route. On ne peut pas fermer un pays comme la France qui a toujours été un pays d’ouverture, de culture. Il ne faut pas oublier que la moitié de notre magnifique paysage, que ce soit le métro, les immeubles et tout ça ont été construits par des personnes venant de l’immigration notamment. Donc non. C’est complètement un autre siècle et ça sent la merde surtout tout ce qu’elle peut dégager. Après je comprends ces personnes qui vont voter blanc. Je comprends ces personnes qui ont envie d’abstention. Malheureusement, ce n’est pas pris en compte. Parce qu’encore une fois, qu’est-ce qui nous arrive ? On va voter un financier pour éviter la grosse catastrophe. C’est simplement ça qui me met dans un… parce que tout est bien foutu quand même. Faut bien penser que les financiers sont ravis que ce soit Macron. On va continuer à la sauce hollandaise pendant 5 ans minimum avec un durcissement beaucoup plus fort, c’est-à-dire plus libéral. J’entends les petites PME et tout ça qui sont ravis parce qu’il va avoir une flexibilité pour jeter plus facilement les salariés et les personnes qui sont les plus nécessiteuses et qui sont les moins cultivés et qui ont le moins de répondant et qui sont les plus faibles. Donc on en prendra toujours plein la gueule.

Sandra : Tu disais le métro a été construit par des gens qui viennent de…

Yann : La France a été faite avec les étrangers !

Sandra : Ca me rappelle la guerre aussi. La guerre 39-45 a été gagnée par des gens… et là, on ne leur demandait pas s’ils étaient français ou pas.

Christian : Ce que Yann dit est assez pertinent. Franchement, c’est dernièrement qu’on a remercié ces valeureux guerriers…

Sandra : Oui, les Sénégalais.

Yann : Les tirailleurs.

Christian : Voyez-vous, si vous remettez des millions, des milliards à quelqu’un qui ne peut plus jouir de cet argent, il ne pourra rien faire de ça. Il restera…

Yann : Je vais même te dire Sandra, je suis en colère que l’Etat rembourse, je ne comprends pas… je sais que c’est une démocratie, je sais qu’il faut aider les parties à se monter, mais je ne comprends pas ce système, dès que tu es à 5%, on te rembourse la totalité de ta campagne, t’as intérêt à faire gonfler le prix qu’a couté ta campagne, tout ça, qui est-ce qui le payent ? C’est nous !

Sandra : C’est vrai. Et juste par rapport au programme du FN, je l’ai lu, bon, en diagonale j’avoue. Mais je me suis intéressé à ce qu’elle proposait dans la santé, au niveau des associations, j’ai essayé de voir. Bon, je n’ai pas trouvé grand-chose. Mais en tout cas, en ce qui concernant la santé, ce qui va directement impacter les membres du Comité des familles, je pense à eux…

Yann : Les malades…

Sandra : Avec elle, l’aide médicale d’état ce sera terminé, pour les malades étrangers et même pour ceux en situation régulière. Elle propose un délai de carence de deux ans, c’est-à-dire que pendant cette période-là, la sécurité sociale ne prendra pas en charge leurs soins, sauf en cas d’urgence vitale ou de maladie contagieuse grave. Je ne sais pas ce qu’elle entend par maladie contagieuse grave…

Yann : Les nouvelles maladies qui vont sortir.

Sandra : En tout cas, c’est très inquiétant.

Yann : Ca me fait même mal, je te cache, je comprends ta vision journaliste mais ça y est là, on lui a déjà donné trop de temps de parole.

Sandra : Ouais ok, d’accord (rires).

Yann : Non mais tu comprends ce que je veux dire ? A la fin, on se posait la question si ce n’est pas presque les médias qui font la politique.

Sandra : Ca, je suis d’accord.

Yann : Quand tu n’es pas très alerte et que tu ne te renseignes pas, que tu regardes que la télévision, tu es complètement manipulé. Donc si tu ne vas pas un peu à d’autres sources, ou si tu n’as pas un contact avec la réalité comme nous, avec ces personnes qui arrivent et qui souffrent, oui, c’est un peu facile de dire, oui c’est les étrangers qui nous prennent tout. Moi, si je passe, et bah vous êtes sur que c’est vous les Français que je vais servir en premier.

Sandra : Mais si l’AME est supprimée, peut-être qu’il y a des gens qui s’en foutent des étrangers, mais si l’AME est supprimée ça aura un impact sur nous aussi puisque ces gens-là vont quand même être soignés par les médecins, eux, ils vont quand même prendre en charge les personnes à l’hôpital donc ça va faire effet boule de neige, il y aura plus de monde dans les urgences. Par exemple, si quelqu’un a une petite toux ou quoi, il ne pourra pas être remboursé par la sécu et bah il ira aux urgences et ça aura forcément des effets négatifs sur nous aussi. Donc même si vous vous en foutez des étrangers, réfléchissez à ce que fait Marine Le Pen.

Christian : C’est difficile Sandra de se passer des étrangers. Sincèrement, ils payent plus d’impôts, c’est eux qui payent bien les impôts ici dans ce pays. C’est eux qui travaillent dans les égouts, très tôt le matin, lorsque nous autres nous sommes couchés, c’est eux qui vident les poubelles, c’est eux qui sont dans les bouches de métro, c’est eux qui sont partout.

Yann : Ils rapportent plus à l’Etat qu’ils ne coutent, faut le rappeler.

Christian : Ils acceptent tout ! On accepte tout ! Je ne savais pas ce qu’on appelait bénévolat, je suis à prêt d’un an et plus à faire du bénévolat. Je ne savais pas que, tu fais du bénévolat, tu n’as pas de sous, tu n’as rien mais…

Mohamed : C’est bien beau, on dit les étrangers mais il y a quelque chose que je trouve d’aberrant, c’est que ça fait déjà 2-3 mandats qu’ils nous parlent du droit de vote des étrangers et que jusqu’à aujourd’hui, ils ne votent pas encore. Donc c’est bien beau de polémiquer sur leur dos mais ils n’ont pas le droit de s’affirmer dans la vie citoyenne, ils sont laissés pour compte.

Yann : Ah, ils ont le droit de payer leurs impôts, ça oui !

Christian : Mais on s’affirme. Par exemple, moi je suis à Tandem Ile-de-France où je donne les cours de pédagogie différentielle. Je m’intègre, je suis ici, je suis à la radio avec vous, je suis au Comité des familles, mais on bosse très dur ! Les migrants, les étrangers travaillent très durs. Je ne suis pas un cas isolé, nous sommes des milliers comme ça. On ne peut pas faire sans les étrangers. Nous même au Cameroun, on a plein d’étrangers, on ne les a jamais…

Yann : Et puis si Marine passe, il faut dire une chose aussi, ce ne sera pas comme les médias essayent de nous le dire ou comme j’en ai parlé avec certains copains, ce ne sont pas la faute des abstentionnistes ni la faut des gens qui votent blancs. C’est d’abord le choix, je ne dis même pas la faute, mais le choix des gens qui votent Le Pen.

Sandra : Ah oui !

Yann : Donc on est bien d’accord. Après, je n’ai aucune tracasserie, elle ne passera pas ! Il y a toujours… déjà on voit le ralliement qu’a réussi à avoir Macron. Donc on est sûr qu’au niveau des statistiques, normalement, bon on a toujours des surprises qui peuvent arriver mais je crois encore un petit peu, déjà pour moi me dire qu’il y a 2 et demi sur 10 personnes qui ont des pensées extrême droite, je trouve ça déjà énorme en pourcentage.

Sandra : Ah ouais, c’est inquiétant.

Yann : Tu fais une fête avec 50 personnes, t’es sûr que tu as 5 fachos.

Sandra : Bon, le débat continue sur le site comitedesfamilles.net

Yann : Ah, tu nous as bien énervé ! (rires).

Sandra : Ouais ! Je vais encore vous énerver, je ne sais pas, je vous propose d’écouter une chanson de Pierre Perret qui justement rend hommage (rires) à toute la politique de Marine Le Pen.

Yann : Ohlala, ça doit être coton ! (rires)

Diffusion du titre “La bête est revenue” de Pierret Perret.

Yann : Super découverte, je ne la connaissais pas cette chanson.

Sandra : Je l’ai découverte hier.

Mohamed : Moi non plus.

Yann : Ca me fait penser à "Les loups sont entrés dans Paris" de Reggiani.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE