Yann à Solidays 2017 : 3 jours de rencontre, d’amour, d’écoute, de prévention, de bienveillance, de musique, de vibration, de cuisine de monde

, par Sandra

JPEG - 2.6 Mo
Les membres du Comité des familles à Solidays 2017
Yann à Solidays 2017 : 3 jours de rencontre, d’amour, d’écoute, de prévention, de bienveillance, de musique, de vibration, de cuisine de monde

Sandra  : Je vous propose maintenant de partir pour le festival Solidays, ambiance !

Diffusion d’un extrait de concert du groupe Toots and the maytals, à Solidays

Sandra : Solidays c’est 80 concerts en 3 jours, c’est un truc de malade. Mais il n’y a pas que ça, il y a aussi évidemment les associations qui sont là. Il y a un village associatif où il y a, je ne sais plus combien d’associations on était Yann, est-ce que tu sais à peu près ?

Yann : 70 il me semble. Je peux me planter à 5-6 près.

Sandra : D’accord.

Yann : Ce qui est formidable, c’est qu’il n’y a pas que le VIH. Il y a la planète, il y a l’environnement.

Sandra : Oui, j’ai croisé par exemple une association de jeunes, qui propose de valoriser les jeunes, tout simplement.

Yann : Il y a une nouvelle association qui est rentrée aussi, sur le gaspillage alimentaire. J’ai trouvé ça très bien.

Sandra : Ah ouais, intéressant. L’esprit c’est vraiment la solidarité et évidemment la solidarité envers les personnes vivant avec le VIH.

Yann : Les hépatites, toutes ces maladies chroniques.

Sandra : Tout à fait, envers aussi les personnes étrangères, voilà. On est vraiment dans un esprit de bienveillance. On ne se connait pas mais finalement ce festival, tout le monde se sourit, on a l’impression de se connaitre, on passe tous un moment. C’est génial. C’est un peu hors temps.

Yann : J’avais marqué 3 jours de rencontre d’amour, d’écoute de prévention, de bienveillance, de musique, de vibration, de cuisine de monde. A ce sujet, j’ai envie de vous dire que j’ai rencontré des cuisiniers artistes totalement libre qui sont dans le Vercors, qui peuvent venir sur des événements, des actions. Alors il n’y aura pas de viande, c’est certain. Mais ils ont des lassi, une boisson à base de yaourt, divine ! J’avais aussi envie de vous dire que, j’ai retrouvé remarquable encore une fois le travail de tous les volontaires bénévoles de Solidarité Sida qui sont passés au moins sur les 3 jours, 6, 7 fois sur notre stand pour savoir si tout allait bien, si on ne manquait de rien, s’il y avait possibilité d’améliorer des choses.

Sandra : Solidarité Sida qui est donc l’association qui organise Solidays.

Yann : Absolument. Je pense qu’il faut surveiller notre site parce qu’on va avoir beaucoup de retour positifs sur les questionnaires et sur les personnes qui se sont arrêtées et qu’on a pu voir sur le stand. Je voulais faire une spéciale dédicace à notre ami Sarah Méziane qui oeuvre au Comité des familles en tant que prof de yoga. Je n’aime pas le mot prof mais je ne sais comment le dire autrement.

Sandra : Mais elle est prof (rires).

Yann : Et qui à l’arrache, on a décidé quand même de monter un petit atelier. On s’est installé devant le stand et c’était juste parfait parce que Sarah s’est assise-là, dans sa position karma et les gens sont venus petit à petit se joindre à elle, sous une chaleur accablante. Donc bravo Sarah.

Une autre petite touche comme ça, qui m’a fait un plaisir énorme, samedi soir, bien longtemps après la fermeture du stand, un moment je perds les amis et je marche comme ça, mais c’est très agréable aussi d’être seule dans cette grande foule. Et je passe à côté des objets trouvés, et comme j’avais perdu un petit châle, sans aucune importance, mais me disant de toute façon Solidays est très bienveillant, je vais quand même poser la question aux objets trouvés. J’arrive aux objets trouvés, à côté de moi sur le comptoir, un mec totalement déprimé, quasi en pleure, qui attendait de savoir si on avait retrouvé son portable, son portefeuille et tout. Et à un moment, tu vois un volontaire, un bénévole, qui lui ramène tout ça, avec le portefeuille, avec l’argent, avec les cartes de crédit et tout. Et là, on devait être dans cet espace d’objets trouvés, 80 ou 100 personnes et il y a eu une grande hola, en disant mais il y a quand même cet esprit solidaire. Le type n’en revenait pas, moi non plus. Comme quoi, le monde pourrait être tellement meilleur si chacun d’entre nous faisait un petit plus attention à celui qui est à droite ou à sa gauche.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE