Autotests et salles de shoot

, par Sandra

JPEG - 449.5 ko

Sur le front de la santé et de la prévention, deux bonnes nouvelles dans la même semaine !

- Depuis mardi 15 septembre les autotests vih sont en vente libre en pharmacie, au prix d’environ 25 €.
Dans un second temps, ils pourront être délivrés gratuitement par des associations. Les pharmaciens peuvent être sollicités pour réaliser le test, et donc pour lire le résultat. En tout c’est 15 mn. C’est fiable et facile d’utilisation et l’on peut choisir d’être seul ou accompagné.
Des tests étaient en vente libre aux Etats Unis depuis 1996 (disponibles sur internet depuis plusieurs années), mais la France est la France ! Même les associations de lutte contre le sida et les Centres de dépistage des hôpitaux s’opposaient alors à la vente en pharmacie (pour en conserver le monopole ?), jusqu’à l’avis favorable du Conseil National du Sida le 20 décembre 2012, après deux avis défavorables en 1998 et 2004 ( voir sur le site l’article Sida : les tests rapides en pharmacie

- Adoptée le 7 avril dernier par L’assemblée Nationale, le Sénat a voté aujourd’hui en faveur de « l’expérimentation » dans quelques villes de « salle d’injection à moindre risques ». Un vote serré, une victoire tardive, mais une victoire ! Car ce fut un combat. La première salle de shoot fut ouverte à Berne, en Suisse, en 1986 !

Dans la première salle de shoot

En France, l’unique expérimentation a eu lieu d’octobre 1994 à juillet 1995 à Montpellier ! Profitant d’un vide juridique (on ne fournit pas de produit mais juste du matériel d’injection), l’association Asud-Montpellier créée par Estelle Dollé s’était lancée dans l’aventure grâce à une subvention de Sidaction. Hélas, l’orgueil et l’incompétence de la pasionaria des drogués avaient envoyé le projet dans le mur, condamnant pour longtemps toute nouvelle tentative en France...

Salle de shoot : l’expérience oubliée

Comme disait Voltaire, « en France, tout arrive. Mais ça prend du temps... »

Article écrit par Philippe Douguet, correspondant du Comité des familles à Montpellier