À Perpignan, un couple concerné par le VIH souhaite sortir de l’isolement

, par Sandra

Jean-Pierre : J’ai un ami, pour moi c’est comme mon père. J’ai perdu mon père à l’âge 19 ans et pour moi c’est comme mon père. Ça, ça me fait du bien parce que j’ai besoin de parler à quelqu’un de plus âgé que moi. Je peux me confier à lui parfois. Ce qui fait que Victoire m’apporte beaucoup depuis que je suis avec elle. Elle m’apporte énormément et je ne pensais pas que ça colle comme ça tous les deux.

Sandra : À Perpignan, Jean-Pierre et Victoire n’ont pas trouvé d’association qui répondent vraiment à leurs besoins. Par le biais de l’association le Comité des familles vivant avec le VIH et de l’émission, ils espèrent pouvoir rencontrer des gens dans leur ville qui ont les mêmes préoccupations qu’eux.

Jean-Pierre  : Se conseiller les uns les autres, essayer de se voir avec des couples comme nous, hétérosexuels. Peut-être qui sait, avoir un lien d’amitié mais pas que ce soit étouffant. Par exemple communiquer par internet, se voir de temps en temps parce que de se voir trop ce n’est pas bon aussi. C’est vrai que parfois on s’isole, parfois on a envie de voir personne, on se coupe du monde. Mais bon, essayer d’avoir des nouveaux amis qui sont comme nous en couple peut-être que ça pourrait m’aider un peu quoi.

Victoire : Organiser des week-ends par exemple, ce serait sympa. Faire connaissance. Le premier but c’est la rencontre, et ensuite faire connaissance. Ce seront des personnes touchées par la maladie donc on est certain de se comprendre, on ne peut pas discuter de tout et de rien et de la maladie avec n’importe qui. Notamment une personne qui est négative, elle ne va pas comprendre. Elle va essayer de s’imaginer mais de là à comprendre, faut le vivre. Ce n’est pas la fin du monde mais c’est presque ça.

Sandra : Vous souhaitez entrer en contact avec Jean-Pierre et Victoire ? Laissez un message sur le site internet ou bien appelez au 01 40 40 90 25, c’est le numéro du Comité des familles vivant avec le VIH où j’enregistre cette émission.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE