Actualité

  • Home / ChorbaHistorique du projet…

Historique du projet chorba 

En 2002, pour la première fois, le Comité des familles a demandé aux cuisinières de l’association « Une chorba pour tous », si elles sont d’accord pour préparer une marmite afin de la partager à l’hôpital d’Avicenne. Elles ont alors préparé une délicieuse chorba spécialement pour les personnes séropositives hospitalisées. Une occasion inoubliable pour rencontrer et discuter avec  d’autres malades et leurs familles. Du fait de ce succès de cette première opération faite à titre expérimentale, les membres ont décidé de renouveler l’opération pour la période du mois de ramadan de 2006. Au fil des ans, ce « Projet Chorba » s’est développé, pour devenir depuis 2007 un repas mensuel toute l’année, avec le soutien de l’Agence régionale de santé Île-de-France (ARS).

Ces repas se dégustent dans un service de neurologie, où les personnes souffrent de troubles graves et restent souvent plusieurs mois dans le service. Sur un an, c’est environ 1 séropositif sur 10 qui fait un séjour à l’hôpital. Si c’est beaucoup moins qu’avant, ceux qui restent souffrent souvent de grosses pathologies associées au VIH, surtout s’ils ont découvert tard leur infection ou s’ils ont été pris en charge tardivement.

Il ne s’agit pas d’un projet caritatif, car les patients mangent déjà les repas proposés à l’hôpital. Ce que proposent les membres du Comité des familles, c’est un temps de partage. En recréant un lien de type familial par la solidarité entre personnes atteintes, cette action apporte une bouffée d’air frais dans la vie quotidienne des personnes hospitalisées. L’aspect convivial de ce projet participe réellement à la prise en charge médicale des malades, comme l’a souligné Jacques Gasnault, le chef du service de neurologie à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre. Pour une personne hospitalisée se retrouver avec d’autres personnes venues de l’extérieur leur apporte de la chaleur humaine et leur redonne envie de se battre contre la maladie.
Ceci contribue à une meilleure acceptation des contraintes des traitements, de la maladie et de l’hôpital. Les patients se sentent valorisés du fait de voir un groupe de personnes se mobiliser régulièrement pour venir les voir et pour prendre de leurs nouvelles.
Quand l’équipe du Comité des familles arrive, une partie des patients les attendent déjà dans la salle à manger. A la fin de chaque repas l’équipe demande aux patients de proposer des choix de menu pour les prochains repas. Les patients proposent des recettes de leur pays d’origine qu’ils n’ont pas eu l’occasion de déguster depuis de nombreux années.
Occasionnellement des musiciens recrutés par le Comité des familles viennent pour faire un mini-concert dans le but de créer une ambiance festive et amener les personnes hospitalisées à se laisser emporter. Lors d’un concert, une personne en fauteuil roulant s’est levée pour danser, d’autres tapaient des mains et des pieds à la grande surprise de l’équipe soignante.
Pour l’équipe qui anime cette action, elle permet également de prendre conscience des inégalités face à la maladie ce qui renforce leur détermination de se montrer solidaires avec les personnes qui sont à l’hôpital.
Depuis 2011, ce projet n’est plus soutenu par l’ARS Île-de-France. Malgré tout, les membres du Comité des familles ont décidé de continuer ce projet.

Pour participer à ce projet et obtenir plus de renseignements, appelez le 01 40 40 90 25.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.