Actualité

  • Home / ArticlesDes séropositifs en…
Des séropositifs en province : présentation du réseau des correspondants

Des séropositifs en province : présentation du réseau des correspondants

570736-ils-ont-quitte-paris-pour-la-province.jpgDes séropositifs en province : présentation du réseau des correspondants

Sandra : Prenons maintenant le temps de parler du rôle des correspondants du Comité des familles. Prochainement une partie d’entre eux vont venir nous voir ce week-end. On va échanger ensemble sur les différents projets du Comité des familles et donc je voulais simplement dire aux gens qui habitent en province, c’est vrai que nous, on est sur Paris, donc peut-être que parfois on parle plus de ce qui se passe à Paris mais on n’oublie pas la province, c’est important. Il y a des séropositifs partout. Et donc, je vais vous citer les villes en fait où il y a des correspondants, les plus actifs. Il y a d’autres villes où il y a des correspondants mais qui ne sont pas encore prêts à se lancer, donc je ne vais pas citer les villes du coup. Alors il y a

Annecy, vous pouvez parler à Jennyfer,

Chamonix, il y a Zina,

Fort-de-France, Carole,

Lille il y a Jean,

Mâcon c’est Jean-Marc et Jean-François,

Montpellier, Philippe,

Saint-Brieuc Loane,

Strasbourg Ariane,

Toulouse Nadine

Valenciennes Ben. J’ai classé dans l’ordre alphabétique, que personne ne se vexe. –

Ben, si tu arrives en dernier, c’est juste que j’ai classé par ordre alphabétique.

Yann : Et puis comme tu sais Ben, les derniers seront toujours les premiers.

Sandra : Bien sûr ! (rires). Qu’est-ce que c’est un correspondant ? C’est tout simplement une personne qui se dit, je suis séropositif et j’ai envie que des choses se passent pour les séropositifs comme moi, de ma région, de ma ville. Comment je fais ? Vous pouvez nous contacter au 01 40 40 90 25 et puis ensemble on essaye de voir quel projet du Comité des familles pourrait s’exporter dans votre région. Par exemple, à Saint-Brieuc, Loane s’intéresse beaucoup au projet Grandes soeurs et au projet Madeleine. C’est une maman de 4 enfants, et donc elle a ce souci-là, de transmettre les connaissances. Elle, elle s’est retrouvée dans une situation un peu incroyable on va dire où les professionnels de la santé ne savaient pas en gros comment s’occuper d’une maman séropositive, ne connaissaient pas les risques de transmission. Elle s’est retrouvée isolée, comme une pestiférée. Et donc elle s’occupe du projet Grandes soeurs, qui consiste à soutenir les femmes qui apprennent leur séropositivité en cours de grossesse et le projet Madeleine qui consiste à témoigner de la vie avec le VIH et elle, elle s’est intéressée à une école d’infirmière. Chaque année maintenant elle fait ça. Et prochainement à Saint-Brieuc le 28 février, il y aura une réunion COREVIH patients où vous êtes tous conviés, vous pouvez y aller, il faut s’inscrire en revanche. Yann et Joëlle d’ailleurs vous y allez ensemble. J’ai hâte de savoir comment ça va se passer. Il y a déjà 15 patients, 15 personnes concernées qui vont témoigner pour dire ce qui va et ce qui ne va pas dans la prise en charge des personnes séropositives en Bretagne. C’est super que 15 personnes séropositives prennent la parole devant tout le monde, chapeau !

Yann : Nous, je pense qu’on sera en second plan, juste pour donner notre analyse de ce qui se passe aussi sur notre région. Et puis les appuyer parce que je crois aussi qu’il y a deux mondes. Il y a ceux qui sont pour une installation de la grosse association AIDES et d’autres qui sont, notamment le médecin de Loane, notre correspondante, qui effectivement préfère l’esprit et la philosophie du Comité des familles, peut-être moins ghettoïsé ou plus ouvert à toutes les communautés je dirai.

Sandra : Oui c’est vrai. Donc pourquoi pas avoir les deux. AIDES et puis une autre association…

Yann : Oh bah tu penses bien qu’on va être sur place avec notre stand, on ne peut que gagner la course ! (rires).

Sandra : Donc c’est ça être correspondant. Par exemple il y a aussi Jean, qui est tout nouveau correspondant à Lille et qui a envie de faire plein de choses. À Lille aussi c’est vraiment une catastrophe je dirai. Il ne se passe rien pour les personnes séropositives. Il y a l’association AIDES qui est là, bon je vais encore critiqué AIDES mais ils sont un peu plus dans la prévention en fait, donc du coup pour les personnes séropositives, il n’y a pas grand-chose. Et Jean me racontait que ses voisins sont au courant qu’il est séropositif et ils ne lui parlent plus à cause de ça. C’est grave.

Yann : La province parfois, c’est terrible.

Sandra : Il y a Jean-Marc qui est très actif avec Jean-François à Mâcon. Donc n’hésitez pas, si vous avez envie de vous investir, vous pouvez aussi soutenir les correspondants qui sont déjà dans les villes. Il peut avoir plusieurs correspondants dans une même ville, une même région. Donc n’hésitez pas, je rappelle le numéro c’est le 01 40 40 90 25. On sera vraiment très content de travailler avec vous.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.