Actualité

  • Home / Maladies associées au VIH / Cirrhose et Covid-19…
Cirrhose et Covid-19 : le duo qui ne fait pas bon ménage…

Cirrhose et Covid-19 : le duo qui ne fait pas bon ménage…

Nous savons que le coronavirus est une menace pour tous. Cependant, son impact sur les patients atteints de cirrhose est peu connu. La maladie alcoolique du foie, selon un étude américaine, montre que le carcinome hépatocellulaire sont associés à un risque de décès chez les patients, atteints d’une maladie hépatique chronique et infectés par le SARS-CoV-2.

 La région lombarde est durement touchée par ce problème depuis le début de l’année.

Cette étude a concerné 50 patients, de différents hôpitaux, cirrhotiques et infecté par le SARS-CoV-2. Les données cliniques et biochimiques liées à la Covid-19 ont été obtenues lors de l’hospitalisation et de la dernière consultation ambulatoire.

D’après cette étude, l’âge moyen était de 67 ans avec 70 % d’hommes. L’étiologie virale B/C était retrouvée dans 38 % des cas avec 52 % de cirrhose compensée. Un diabète était présent chez 18 (36 %) et une hypertension artérielle chez 29 (58 %) patients. Durant le diagnostic, 64 % des patients ont présenté de la fièvre. 42 % un essoufflement, 22 % une encéphalopathie, 96 % était hospitalisés ou ont prolongé leur hospitalisation. Une assistance respiratoire était obligatoire chez 71 %, 52 % ont reçu des antiviraux, 80 % de l’héparine. L’albumine sérique diminuée de manière significative, tandis que la bilirubine, la créatinine et le temps de prothrombine avaient augmenté au moment du diagnostic de Covid-19 par rapport aux dernières données disponibles.

La mortalité est plus élevée pour les personnes atteintes de maladie pulmonaire et hépatique et infectées par la Covid-19. 7 600 des 46 071 patients infectés par le SRAS-CoV-2 sont décédés en Lombardie, entre le 1er et le 31 mars 2020. 

Les principales causes de décès étaient les difficultés respiratoires. Mais aussi l’aggravation de la fonction hépatique conduisant à une maladie hépatique terminale. 

Aucun problème indésirable était lié à la thromboprophylaxie à l’héparine, administrée à 80 % des patients, soit aux médicaments utilisés pour lutter contre le SARS-CoV-2.

Pendant la deuxième vague de cette infection, les médecins sont plus vigilants face à la vulnérabilité et la fragilité des personnes porteurs d’une cirrhose.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.