Actualité

  • Home / Dépistage et prévention du VIH / De l’argent pour…
De l’argent pour mettre fin au sida

De l’argent pour mettre fin au sida

Selon une modélisation de l’Onusida, investir 29 milliards de dollars par an dans la riposte au VIH dans les pays à revenus faibles d’ici 2025 pourra sur le long terme à mettre un terme au sida.

En effet cet investissement permettrai de combler les retard comme nous l’explique Onusida.
« Ces investissements venant des donateurs et des pays les plus riches les plus sévèrement touchés par la pandémie de VIH devraient provoquer une chute vertigineuse des nouvelles infections annuelles au VIH »

Les estimations annoncent que les infections au VIH passeraient de 1,7 millions en 2019 à 370 000 en 2025.

Quant aux décès liés à des maladies opportunistes, ils passeront de 690 000 en 2019 à 250 000 en 2025. 

Dans la Déclarations politique des Nations Unies pour mettre fin au sida de 2016, les pays avaient convenu d’investir 26 milliards de dollars dans la lutte contre le VIH d’ici 2020. Cependant, 76 % de l’objectif a été atteint en 2019. 

Ainsi, aucun des objectifs pour 2020 n’ont été atteints. En plus de cet échec, 3,5 millions personnes supplémentaires ont été infectées par le VIH. 

« Nous sommes en retard pour mettre un terme au sida d’ici 2030 », confirme Jose A. Izazola, conseiller spécial de l’Onusida pour le suivi des ressources et les finances. 

La modélisation d’Onusida montre tout de même que des investissements ciblés permettraient d’avancer dans la lutte contre le VIH. Et aussi d’engendrer des progrès afin de rattraper le retard pour mettre fin au sida d’ici 2030. 

Une augmentation des dépenses est nécessaire pour rattraper le non-respect de l’objectif de 2020. 

Les investissements seront concentrés dans les services de prévention du VIH qui passeront de 5,3 milliards de dollars de dépenses en 2019 à 9,5 milliards de dollars en 2025. 

Il faut également un meilleur accès au traitement, surtout pour les populations clé. 

Pour Jose Izazola. « C’est le moment ou jamais d’investir. » La question est maintenant de savoir qui suivra.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.