Actualité

  • Home / Covid-19 et VIH / Côte d’Ivoire : pertes…
Côte d’Ivoire : pertes importantes pour le secteur d’anacarde durant la crise du Covid-19

Côte d’Ivoire : pertes importantes pour le secteur d’anacarde durant la crise du Covid-19

La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de noix de cajou. Actuellement, l’industrie est en crise en raison des mesures restrictives, pour lutter contre le Covid-19.

Les producteurs d’anacardes sont désemparés. Les intermédiaires habituels n’achètent plus rien, et les acheteurs malhonnêtes, en profitent pour brader les prix. Les petits producteurs n’ont pas le choix d’accepter de vendre leurs produits au rabais pour rembourser leurs dettes. 

Pour résoudre le problème, le Gouvernement lance une campagne médiatique. L’objectif est de mettre en relation des planteurs, qui ont des invendus, et des coopératives qui respectent le prix. Il propose également un plan d’aide en promettant 53 millions d’euros à la filière anacarde.

Le pays dépend de l’exportation. Le Gouvernement sait que la transformation pourrait améliorer les conditions de vie des producteurs. C’est pourquoi il aimerait passer de 10% à 50% de transformation d’ici 2023.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.