10.05.2022
#vih
#sida
#drogues
#hepatites

Piqûres de drogues en soirée : quels risques d’infections par le VIH ?

Partout en France, plusieurs plaintes ont été déposées depuis le mois de mars par des victimes droguées à leur insu avec une seringue. VIH, hépatites.. Faisons le point sur les risques encourus. 

C’est une nouvelle qui inquiète. Depuis mars, des dizaines de jeunes femmes et hommes affirment avoir été drogués à leur insu en soirée, en boite de nuit ou en festival. Ils racontent avoir été piqués par une seringue dans le bras, au niveau de la cuisse ou de la fesse. La piste du GHB est étudiée, mais les autres drogues sont également suspectées. Pour l’instant, aucune substance n’a été identifiée selon Le Parisien

Selon les différentes victimes, les symptômes peuvent être une douleur intense, des sensations de malaise, des vertiges, des bouffées de chaleur, des pertes de mémoire pendant la soirée, une envie de dormir, des nausées, des troubles du comportement. Les personnes ne ressentent pas forcément la piqûre. Certaines ont constaté un hématome et un petit point rouge - signe d’une injection -  au lendemain de leur soirée.

Des risques d'infections par le VIH et les hépatites

Le risque d’être infecté par le VIH et/ou les hépatites virales B et C est bien présent. Pour rappel, l’un des facteurs de transmission de ces infections est l’injection de seringues souillées. En d’autres termes, si l’agresseur utilise plusieurs fois le même outil pour droguer ses victimes, il y a un risque de transmettre les virus. 

Dans une vidéo préventive, le ministère de l’Intérieur indique la démarche à suivre en cas d’agression. Premièrement, il faut se rendre dans un service d'Urgences ou dans un Centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic (CEGIDD) dans les 48 heures. Un examen sanguin est également effectué pour vérifier s’il n’y a pas d'infections par le VIH et les hépatites. Un second test sera demandé 3 mois après le premier. Les professionnels de santé peuvent aussi donner un Traitement Post-Exposition (TPE) pour empêcher une contamination potentielle par le VIH. 

En second, le ministère invite la victime à se rendre rapidement dans un commissariat ou à la gendarmerie pour porter plainte. Elle sera examinée par un médecin légiste pour constater les blessures et les lésions, mais aussi pour réaliser un examen sanguin et urinaire afin d'identifier la substance administrée lors de l’injection. Ces examens seront pris en charge par la justice. 

Sources : 

  • Vidéo préventive du ministère de l’Intérieur, 28 avril 2022. 
  • “VIDÉO. «J’ai senti des douleurs très intenses et une envie de dormir» : le témoignage de Rose, victime d’une piqûre sauvage en boîte”, Le Parisien, 29 avril 2022.

Crédit photo : Diana Polekhina

Vous avez une question par rapport à cet article ?
Elle a peut-être déjà été traitée dans notre section FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse ou vous avez une remarque particulière ?
Posez-nous votre question ici :

Tags similaires :
Articles similaires :
PrEP : 4 personnes sur 10 l'arrêtent au bout de six mois
10.05.2022
Voir
EMPLOI : Chargé.e de prévention
10.05.2022
Voir
L’AFRAVIH publie une encyclopédie en ligne sur le VIH
21.04.2022
Voir