Actualité

  • Home / Hépatites / Le « traitement large »…
Le « traitement large » de l’OMS contre l’hépatite C

Le « traitement large » de l’OMS contre l’hépatite C

Aux USA, l’incidence de l’infection par le virus de l’hépatite C (HCV) s’établit à 1,2 pour 100 000 personnes. Sa prévalence à 2,4 millions de cas. La mortalité dépasse 15 000 décès par an. Sa mortalité dépasse 15 000 décès par an. Éradiquer l’HCV nécessite de pouvoir poser un diagnostic chez plus de 90 % des sujets infectés et de traiter plus de 80 % des cas diagnostiqués.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a actualisé ses recommandations en 2018, sur l’infection chronique par l’hépatite C (HCV). 

L’Annals of Internal Medecine publie un article, à propos de G.M. Abraham qui analyse ces implications concernant les cliniciens et malades américains. En effet, il faut savoir que l’infection par le virus de HCV a d’énormes conséquences aux USA, environ 15 000 décès par an.

L’OMS recommande de proposer un traitement pour les personnes âgées de minimum 12 ans, infecté par l’HCV. Ce « traitement large » repose sur 3 facteurs :

  • L’efficacité et la sécurité des agents antiviraux à action directe (DAA) qui ont supplanté l’interféron et la ribavirine.
  • La possibilité d’utiliser des molécules pan génotypiques, qui simplifie les tests pré et en cours de traitement.
  • Et la réduction du coût des médicaments antiviraux.

L’adoption de ces pratiques permettra aux praticiens américains de simplifier le traitement et de réduire les coûts sans compromettre la qualité des soins.

Un protocole de traitement pan génotypique permettrait d’atteindre un taux de réponse virale soutenue (SVR) de plus de 85 %, pour tous les génotypes viraux majeurs, selon l’OMS.

Le succès thérapeutique se traduit par une charge virale indétectable après 12 semaines de traitement effectif (SVR12). Une SVR12 réduit les pathologies liées à la cirrhose et les manifestations extra hépatiques de l’HCV.

L’OMS estime que cette approche thérapeutique globale pourrait prévenir 0,57 infection sur 20 ans pour chaque cas traité. 

Ces recommandations ont un impact sur la qualité des soins. Les protocoles thérapeutiques pan génotypiques aux USA, permettrait d’éviter un génotypage viral obligatoire préthérapeutique.

Le problème majeur du traitements par DAA est le coût. Selon les pays, allant pour 4 semaines de traitement, ça peut aller de 15 $ au Pakistan à 73 944 $ en Roumanie. Aux USA, le coût moyen est de moins de 15 000 $, sans prise en compte, dans le rapport coût /efficacité de la prévention effective de nouveaux cas d’infection par l’HCV.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.