Actualité

  • Home / Dépistage et prévention du VIH / RDC: le sida…
RDC: le sida continue de tuer en raison du manque de moyens pour les soins

RDC: le sida continue de tuer en raison du manque de moyens pour les soins

RFI

En République démocratique du Congo (RDC), les chiffres sont alarmants…. 42% des malades atteints du sida admis à l’hôpital provincial de Lubumbashi, décèdent faute d’argent pour se soigner. Ces statistiques ont été présentées lors des Journées scientifiques, organisées conjointement par l’Institut supérieur des techniques médicales de Lubumbashi et l’université technique M’siri. Elles se sont clôturées samedi 21 août, dans la localité de Bunkeya, à 192 Km de Lubumbashi.

Ce taux de mortalité est jugé élevé par le médecin responsable du service de lutte contre le VIH dans cet hôpital provincial de Lubumbashi car l’Onusida s’est fixé comme objectif, au niveau mondial, de réduire de plus de moitié les cas de décès liés au VIH/sida et d’éliminer ce virus d’ici 2030.

Le problème du coût des soins

En RDC, les malades du sida ne reçoivent gratuitement que les antirétroviraux (ARV). Pour les autres infections, ils doivent supporter eux-mêmes le coût des soins mais la plupart d’entre eux ne le peuvent pas, faute d’argent, et par ailleurs, l’assurance maladie n’existe pas.

C’est le cas de Jessica, âgée de 23 ans, rencontrée à Lubumbashi il y a quelques jours. Atteinte du sida, elle doit en plus se faire soigner, après une opération d’appendicite qui n’a pas réussi : « Deux semaines après l’opération, la plaie s’est rouverte. Par la suite, une partie de l’intestin s’est retrouvée dehors. J’ai besoin d’une bande pour le pansement et une poudre médicale. Je n’ai pas d’argent pour en acheter. », une situation qui conduit certains malades à la mort.

Ne pas oublier la prise en charge des malades

Selon le Dr. Damas Ngoy Kyulu, médecin en charge du service de lutte contre le sida à l’hôpital Sendwe de Lubumbashi, sur 63 malades hospitalisés dans cette structure médicale en 2019, plus de la moitié est décédée : « Nous plaidons pour l’introduction dans le système sanitaire de la prise en charge gratuite des infections opportunistes pour les PVV. Ainsi, dès que les malades arrivent à l’hôpital, on a des médicaments, on a des intrants, on les prend en charge gratuitement. A ce moment-là, on peut réduire le taux de mortalité ».

Les participants aux journées scientifiques de Bunkeya demandent qu’en cette période de Covid-19, la prise en charge des malades du VIH/sida ne soit pas oubliée.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.